QUI SOMMES-NOUS ?

PUBLICATIONS

ENQUETES

SEMINAIRES ET COLLOQUES

PARTENARIATS

SERVICES

COMMUNIQUES DE PRESSE




Document de travail /
Working paper
n° 46, mars 2012

 

 

Une perspective européenne des performances d'intégration sociale des migrants âgés

Caroline Berchet (LEDa-LEGOS-Université Paris-Dauphine, Irdes)
Nicolas Sirven (Irdes)
Communiqué de presse du 23 mars 2012

 

Cette étude sur les relations entre la migration et l’intégration sociale s’inscrit dans le cadre du projet de recherche HEAPS qui étudie la santé et la participation des personnes âgées à la société. Il s’agit d’examiner l’hypothèse selon laquelle l’intégration sociale des immigrés diffère essentiellement de celle des natifs en raison de la durée de résidence dans le pays d’accueil. Ce facteur constitue un indicateur de la distance sociale des migrants aux natifs. Les déterminants de la participation sociale et de la confiance interpersonnelle sont analysés aux plans individuel et institutionnel. Les résultats, obtenus à partir des données de l’enquête SHARE complétées par des séries macro-économiques, indiquent que la population immigrée présente une plus faible probabilité que la population native de participer à des activités collectives et d’avoir confiance en autrui. Cependant, l’intégration sociale des immigrés s’accroît avec la durée de résidence dans le pays d’accueil. L’analyse révèle, par ailleurs, des différences de vitesse d’intégration entre les pays européens. Du point de vue des politiques publiques, ces résultats suggèrent que l’intégration sociale des immigrés est plus rapide dans les sociétés caractérisées par un environnement social favorable, où les niveaux d’inégalité de revenu et de corruption sont faibles.


 

 

Cross-Country Performance in Social Integration of Older Migrants. A European Perspective


   

This paper provides new empirical evidence on the relationship between migration and social integration. It is integrated into the research project HEAPS, which concerns the health and the participation of the Olders in society. It explores the hypothesis that migrants essentially differ from non-migrants with regard to the length of residence in the country – which is a proxy of migrants’ social distance to natives. The determinants of social participation and interpersonal trust are examined at both the individual and institutional level. Using SHARE data and macroeconomic series, the analysis indicates, as expected, that the immigrant population presents a lower likelihood than the native population to get involved in social activities and to trust other people. Nevertheless, the more immigrants have spent time in the host country, the more they take part in social activities. The analysis also reveals significant cross-country differences in immigrants’ speed of social integration. From a public policy perspective, our results suggest that immigrants’ social integration is more rapidly achieved in “fair” countries – i.e. those with a more favourable social environment – where the levels of income inequality and perceived corruption are lower.


Contacts :


Voir aussi : Questions d'économie de la santé n° 172 de janvier 2012

 

L'Irdes en direct :

Anne Evans
evans@irdes.fr
Tél./fax : 01.53.93.43.02
Sandrine Béquignon
bequignon@irdes.fr
Tél./fax : 01.53.93.43.17