QUI SOMMES-NOUS ?

PUBLICATIONS

ENQUÊTES

SÉMINAIRES ET COLLOQUES

PARTENARIATS / PROJETS

SERVICES

COMMUNIQUES DE PRESSE




Document de travail /
Working paper
n° 55, mars 2013

 

 

Discrimination salariale selon l'état de santé en France

Mohamed Ali Ben Halima, Emeline Rococo

 

A partir des données de l’Enquête santé et protection sociale (ESPS), ce travail a pour objectif d’évaluer le niveau de discrimination salariale selon l’état de santé en France en 2010. Afin de mesurer l’écart de salaire selon l’état de santé des individus, l’analyse prend en compte la sélection endogène de l’état de santé et l’impact des conditions de travail sur le salaire et la santé des individus à partir de trois indicateurs d’état de santé : l’état de santé perçu, les limitations d’activités et les Affections longues durée (ALD). L’écart de salaire entre les individus en bon et en mauvais état de santé ainsi estimé est décomposé selon la méthode d’Oaxaca et Neumann (2004) en prenant en compte l’endogénéité de l’état de santé. Les résultats montrent l’existence de discrimination salariale envers les individus en mauvaise santé quel que soit l’indicateur d’état de santé considéré.

Les individus se percevant en mauvaise santé reçoivent en moyenne un salaire horaire plus faible de 13,8 % à celui des individus se déclarant en bonne santé. En revanche, des écarts plus faibles sont constatés pour les individus souffrant d’une ALD et de limitations d’activités, respectivement de 6 % et 1,2 %. La décomposition des écarts de salaires montre que la « part inexpliquée », attribuable à une discrimination salariale, s’élève à 65 % de l’écart de salaire selon l’état de santé perçu, contre 51 % pour les limitations d’activités et les ALD.


Nous suivre :

Contacts :

  Anne Evans
evans@irdes.fr
Tél./fax : 01.53.93.43.02
Sandrine Béquignon
bequignon@irdes.fr
Tél./fax : 01.53.93.43.17