QUI SOMMES-NOUS ?

PUBLICATIONS

ENQUÊTES

SÉMINAIRES ET COLLOQUES

PARTENARIATS / PROJETS

SERVICES

3 QUESTIONS À... : AVRIL 2008





3 questions à... Thierry Rochereau (chargé de recherche, Irdes) et responsable du terrain de l'Enquête santé protection sociale.

1/ L’édition de l’enquête ESPS démarre, concrètement qui est concerné ?

L’Enquête santé protection sociale est une enquête réalisée depuis 1988 par l’Irdes. Elle recueille des informations sur l’état de santé, l’accès aux soins, la couverture santé et le statut économique et social des personnes. En 2008, plus de 20 000 personnes vont être sollicitées pour y participer.

Les personnes enquêtées sont issues des fichiers des trois principaux régimes de l’Assurance maladie : le régime des travailleurs salariés, le régime des professions agricoles et le régime des indépendants. Tous les membres de leurs ménages participent à l’enquête. L’échantillon étudié est représentatif des assurés sociaux vivant en France.

L’enquête, annuelle de 1988 à 1997, est bisannuelle depuis 1998. Le protocole de tirage permet la ré-interrogation des mêmes individus à quatre ans d’intervalles. Les ménages sont sollicités par téléphone ou par des visites en face-à-face. L’enquête est réalisée en deux vagues, au printemps puis à l’automne, pour tenir compte de la saisonnalité de certaines pathologies. Depuis 2006, l’enquête ESPS est complétée d’un suréchantillon de bénéficiaires de la CMU pour pallier la sous-représentation de cette population dans les enquêtes en population générale.

2/ Comment se positionne cette enquête par rapport aux autres enquêtes santé (enquête Insee, baromètre santé…) ?

L’Enquête santé protection sociale (ESPS) présente trois principaux atouts qui la rendent unique. Tout d’abord, ESPS est une enquête menée tous les deux ans. Cette périodicité en fait un outil réactif pour les chercheurs et décideurs. L’enquête 2008 comporte par exemple des questions sur la franchise de 50 centimes d’euros par boîte de médicaments en vigueur depuis janvier dernier. Très vite, nous pourrons donc faire une première analyse de l’impact de ces franchises à partir des comportements de recours aux soins des Français.

L’enquête ESPS présente également une dimension de panel qui permet des études longitudinales spécifiques. Deux publications récentes sur les changements de couverture complémentaire au passage à la retraite (QES n° 126) et le lien entre santé et travail (QES n° 125) exploitent cette dimension. Enfin, il s’agit de la seule enquête santé qui offre la possibilité d’associer les données recueillies aux fichiers de prestations de l’Assurance maladie. Ce dispositif unique permet d’analyser, avec un grand degré de finesse, les consommations de soins, en volume et en dépense.

3/ Ce lancement coïncide avec la diffusion des premiers résultats de l’édition 2006. Quels en sont pour l’instant les premiers résultats ?

L’enquête ESPS 2006 intègre des questions sur le médecin traitant. Une première analyse montre qu’en 2006, seuls 5 % des assurés étaient réfractaires au médecin traitant. Le « médecin traitant », dispositif considéré comme obligatoire par 80 % des assurés qui avaient choisi un médecin traitant, se substitue très souvent au schéma informel du médecin de famille. Cette réforme apparaît neutre en termes de satisfaction des patients sur leur prise en charge médicale (QES n° 124).

Autre information importante issue de l’édition 2006 : le poids de la complémentaire santé individuelle dans le budget des ménages. Pour la première fois, nous avons pu estimer ce que nous appelons « le taux d’effort », autrement dit la part du revenu des ménages consacrée à l’achat d’une complémentaire santé. Ainsi, ce taux d’effort est de plus de 10 % dans les ménages les plus pauvres (moins de 800 € par unité de consommation) et de moins de 3 % parmi les plus riches (plus de 1 867 € par unité de consommation). On constate également que ce taux d’effort augmente avec l’âge, en même temps que les besoins de soins. Ainsi, il est d’environ 3 % quand le chef de famille a moins de 30 ans, de 4 % quand il a entre 30 et 45 ans, de 5 % quand il a entre 45 et 65 ans et de 7 % au-delà de 65 ans. Voici donc à titre d’exemples des résultats importants issus de l’édition 2006 de l’enquête ESPS, l’ensemble des premiers résultats sera publié dans un rapport, disponible mi-avril.

Toutes les questions à...

Lire la suite...

Lettre d'information
Vous inscrire
Nous contacter
Mentions légales
Commander
Plan du site
Plan d'accès
Postes à pourvoir
Liens utiles
Nouveau sur le site
Nouvelles publis


8 avril 2008