QUI SOMMES-NOUS ?

PUBLICATIONS

ENQUÊTES

SÉMINAIRES ET COLLOQUES

PARTENARIATS / PROJETS

SERVICES

3 QUESTIONS À... : DECEMBRE 2009





1/ Les comportements de passage à la retraite sont-ils très différents d'un pays européen à un autre ?

En Europe, les taux d’emploi des seniors demeurent très différents d’un pays à l’autre. Même s’il existe une tendance commune à l’augmentation (de 36,4 % en 1997 à 44,7 % en 2007), cette proportion passe de 70 % en Suède à moins de 34 % en Italie et est de 38 % pour la France.

De nombreux facteurs interviennent dans le fait d’être en emploi qui sont assez similaires d’un pays à l’autre. Les déterminants individuels (l’âge, l’état de santé, le niveau d’études), les déterminants contextuels (la structure du ménage et les conditions de travail) et les déterminants systémiques (la protection sociale au sens large) participent à la décision de partir à la retraite. Toutefois, les déterminants systémiques contribuent davantage à expliquer les différences de taux d’emploi que les déterminants individuels ou contextuels.

2/ En quoi votre recherche sur les déterminants de départ à la retraite des seniors en Europe se distingue-t-elle de la littérature existante sur le sujet ?

Notre recherche se distingue par la prise en considération des caractéristiques à la fois individuelles, contextuelles et systémiques. De plus, nous montrons que les trois volets de la protection sociale (emploi, retraite, maladie) expliquent le comportement des seniors. Les caractéristiques du système de santé ou de prise en charge de l'incapacité ont autant d’importance que les caractéristiques liées au système de retraite.

L’effet collectif des trois systèmes est supérieur à la somme des effets de chaque système. Il existe une forme de complémentarité entre les systèmes de protection sociale. Les différences entre les pays sont ainsi à rechercher dans les différences institutionnelles ou systémiques des pays.

Toute politique publique visant à favoriser l’activité des seniors en Europe devrait donc tenir compte non seulement de la complexité des déterminants individuels mais aussi de l’ensemble des systèmes de protection sociale, et non uniquement ceux liés à la retraite.

3/ Quelles sont les particularités de l'enquête SHARE sur laquelle vous appuyez en grande partie votre étude ?

L’enquête SHARE est une cohorte constituée d’un échantillon de 20 000 ménages européens (15 pays) de 50 ans et plus, interrogés tous les deux ans depuis 2004. L’Irdes participe à la réalisation de SHARE en France depuis son origine.

C’est un outil très performant pour observer, comprendre et mesurer les différences et les similitudes entre les pays européens. Il n’existe pas en Europe d’autres systèmes d’information ayant ces caractéristiques. Plus particulièrement, dans le cadre de l’analyse de la participation à l’emploi des seniors, la pluridisciplinarité du questionnaire permet aux chercheurs d’introduire une multitude de facteurs explicatifs pour mieux éclairer le débat public.

L’enquête SHARE se révèle aussi être très utile pour analyser d’autres politiques publiques liées au vieillissement dans une perspective européenne comme les politiques de santé, en matière d’Assurance maladie, de transferts intergénérationnels, de dépendance…

Propos recueillis par Anne Evans

Toutes les questions à...

Lire la suite...

Lettre d'information
Vous inscrire
Nous contacter
Mentions légales
Commander
Plan du site
Plan d'accès
Postes à pourvoir
Liens utiles
Nouveau sur le site
Nouvelles publis


8 décembre 2009