DOC NEWS : VEILLE SUR L'ACTUALITE EN SANTÉ


Elaborées par les documentalistes de l'Irdes, Marie-Odile Safon et Véronique Suhard, les Doc News rassemblent de façon thématique les résultats de la veille documentaire sur l'actualité en santé, réalisée à partir de lettres d'actualités et de revues de presse en ligne, ainsi que du suivi de sites français et étrangers.

De périodicité bimensuelle, elles présentent les nouveautés sur la politique de santé selon les thématiques mentionnées ci-dessous :




DOC NEWS DU 3 JUILLET 2015

Assurance maladie

Nouvelle présidence à la MSA

Espace social européen, 29 juin 2015
Un mois après l'élection de son nouveau président, Pascal Cormery (collège non-salariés) et de son vice-président, Thierry Manten (collège salariés), la MSA organisait une conférence de presse pour présenter les enjeux de ce mandat pour les 5 années à venir. Trois "axes" :
- Assurer un haut niveau de qualité de service, avec un renforcement de l'attention portée à trois types d'assurés : les jeunes, les agriculteurs en difficultés, et les employeurs de main d'oeuvre qui seront concernés par les chantiers de la DSN et du TESA (Titre Employeur Simplifié Agricole).
- Une institution unie et responsable. "Il est nécessaire de faire face aux contraintes budgétaires et de réfléchir à faire évoluer les collaborations, l'organisation, et les mutualisation entre les caisses entre les caisses pour faire diminuer les caisses et être compétitifs" a souligné Pascal Cormery. 
- Un développement de l'activité : en plus des partenariats existants avec d'autres régimes (Caisse de Prévoyance et de Retraite du Personnel de la SNCF et Caisse de Coordination aux Assurances Sociales de la RATP), la MSA est  disposée à "répondre aux opportunités qui se présenteront".
Parmi les autres actualités : le paiement de la revalorisation des petites retraites agricoles à échéance du 8 novembre. Les derniers résultats de la fraude ont également été présentés, 25,4 Ms € (+ 13%) pour 2014, avec une hausse importante pour les cotisations et travail dissimulé qui représentent 63% du volume global soit 15,9 Ms € (+30%). Bilan "très satisfaisant " pour la COG 2014 avec un taux de mise en oeuvre de 79,7% et 17 cibles atteintes sur 28 indicateurs de résultats. Le calendrier de négociations pour la feuille de route 2016-2020 du régime s'étalera de septembre à décembre 2015. Enfin, à propos du RSI, la MSA est favorable à une "coopération renforcée" mais écarte toute fusion.

20 mesures pour les assurés du RSI

 Marisol Touraine, Christian Eckert, Secrétaire d'Etat au Budget, et Martine Pinville, nouvelle Secrétaire d'Etat chargée du Commerce se sont rendus au RSI jeudi afin de "marquer la mobilisation du gouvernement", a souligné la Ministre de la Santé. 20 mesures pour les assurés de ce régime reprenant des propositions du rapport d'étape des députés socialistes Fabrice Verdier et Sylviane Bulteau (remis au Premier ministre le 8 juin), ont été présentées à la sortie du conseil d'administration. Six "angles d'attaque" :
- Donner aux assurés une meilleur visibilité sur leurs cotisations sociales et les facilités de paiement (ajustement du calendrier de paiement dès 2015, information du montant des cotisations dû dès la déclaration de revenus,…)
-Faciliter les démarches (accélérer le remboursement de cotisations dès cette année, télé-règlement sécurisé, simplification des règles d'affiliation en cas d'exercice de plusieurs activités)
- Garantir un accueil et une écoute de qualité, améliorer la communication (déploiement de médiateur de terrain, internalisation du traitement d'une partie des appels téléphoniques, …)
- Adaptation des procédures de recouvrement
- Amélioration du suivi des travailleurs indépendants en difficulté
- Intégration des usagers dans l'amélioration des procédures (mobilisation sur l'engagement de service des personnels du RSI, renforcer le dispositif "RSI à votre écoute", …).

La réforme de l'aide complémentaire santé rentre en vigueur au 1er juillet

Le gouvernement prévoit au 1er juillet de réformer les contrats ACS et de permettre aux bénéficiaires de profiter du tiers payant lors de consultations médicales, deux ans avant l'ensemble des patients.

> Fiche explicative sur l'Acs, éditée par le Fonds Cmu
> Réforme de l'aide à la complémentaire santé : "un vrai gain de pouvoir d'achat" (Touraine), La Tribune, 29 juin 2015
> Complémentaire santé : le dispositif de Touraine pour les Français modestes, Le Parisien, 29 juin 2015

> Le tiers-payant applicable mercredi pour les bénéficiaires de l'ACS
(Le Parisien/Aujourd'hui en France, Les Echos, La Tribune, Le Quotidien du Médecin - 29 juin 2015; Le Moniteur des Pharmacies - 28 juin 2015)

Entrée en vigueur du tiers-payant intégral pour les bénéficiaires de l'aide à la complémentaire santé (ACS)

Le tiers-payant intégral entrera en vigueur le 1er juillet pour les bénéficiaires de l'aide à la complémentaire santé (ACS). Ceux-ci devront avoir souscrit un des dix contrats complémentaires sélectionnés et pourront économiser entre 14 et 36%. La plupart des renouvellements de contrat se fera en janvier; entre temps, seuls les nouveaux signataires bénéficieront du tiers-payant sur la part complémentaire. Ils seront également dispensés de la participation forfaitaire d'1 € par consultation. L gouvernement va lancer une campagne sur internet (www.info-acs.fr) et mettre en place un numéro de téléphone (0811 365 364) et l'assurance-maladie informera par courrier les potentiels bénéficiaires,. L'objectif est de toucher de 1,3 à 1,4 million de personnes contre 1,2 million aujourd'hui.
> Le Quotidien du médecin, 29 juin 2015  

Tiers-payant, la maison commune s'installe

Lettre d'Espace social européen, 2 juillet 2015
L'association commune FNMF, CTIP et FFSA sur le tiers-payant généralisé est maintenant installée. Son président est Emmanuel Roux (Dg de la FNMF), ses deux vice-présidents sont Jean-Paul Lacam (délégué général du CTIP) et Pierre François (Dg santé et prévoyance de Swiss Life).
Ses membres sont : pour les IP (ou GPS), AG2R La Mondiale, Humanis, Klésia, Malakoff-Médéric, Pro-Btp. Pour les assureurs, Allianz, Groupama, MMA/Covéa, et Swiss Life. Pour les mutuelles, Eovi-MCD, FMF, Harmonie, LMG et Mgen.
Sur le fond du dossier, quatre voies d'action sont possibles :
-Un accord général de tous les opérateurs du tiers payant avec éclatement des flux d'information à la source du poste du professionnel de santé sur la base d'une application normée. Pas de problèmes techniques en soi puisque ce type de dispositif existe déjà. Pour la petite histoire, on notera que le décret sur le tiers-payant ACS prévoit une dérogation au flux unitaire de l'assurance maladie au profit d'un lien professionnel de santé-gestionnaire de tiers payant-ocam.
- Un flux Cnamts type Noémie 3 ou version ACS "dure" sur la base d'une lecture littérale de l'article 26 de la loi de modernisation de santé du gouvernement, faute de consensus entre acteurs de l'assurance santé.
- La mise en place de concentrateurs communs (AMO-Ocam) en amont et en aval du poste du professionnel de santé pour éclater les flux d'informations.
- Un "embourbement" de la généralisation du tiers-payant au-delà du calendrier fixé par la loi de santé. Compte tenu que la montée en puissance des modes de paiements numériques, ce qui rend caduc le débat au-delà des volets ACS et ALD.

Les pistes de la Caisse Nationale d'Assurance Maladie pour économiser 3 Mrds

La Caisse nationale d'assurance maladie (Cnam) propose, dans un rapport présenté ce jeudi à son conseil d'administration et dont Le Figaro a eu connaissance, des actions concrètes pour freiner les dépenses à hauteur de 2,98 milliards d'euros sur trois ans, dont  715 millions d'euros dès l'année prochaine. La Cnamts préconise, entre autres, de rester moins longtemps à l'hôpital, mieux prescrire,  et développer la prévention. Elle alerte aussi sur le coût élevé des innovations thérapeutiques.

> Le Figaro, 1er juillet  2015

Le Monde, 2 juillet  2015

Démographie

Economie de la santé

Les bénéficiaires de l'aide sociale départementale en 2013 : Etude de la Drees

Sont présentés dans ce document les résultats de l'enquête sur les bénéficiaires de prestations de l'aide sociale (aide sociale aux personnes âgées, aide sociale aux personnes handicapées, aide sociale à l'enfance, insertion) par départements au 31 décembre 2013, d'une part, sur la France métropolitaine et, d'autre part, dans les départements d'outre-mer hors Mayotte.À la fin 2013, en France métropolitaine, 3,8 millions de prestations ont été attribuées au titre de l'une de ces quatre formes d'aide : 1,4 million d‘aides ont bénéficié aux personnes âgées et 382 000 prestations ont été attribuées au titre de l'aide sociale aux personnes handicapées. Enfin, 308 000 prestations ont été allouées au titre de l'aide sociale à l'enfance et près de 1,7 million d'allocataires ont bénéficié d'une aide au titre de l'insertion (RSA et contrats uniques d'insertion).
> Lire la suite sur le site de la Drees

Rapport de la Cour des Comptes sur la certification des comptes Sécurité sociale 2014

Pour la 2e année consécutive, la Cour des Comptes a certifié les comptes 2014 de la Sécurité sociale, avec des réserves, qui portent sur les remboursements de soins de ville: "les prestations sont affectées par des anomalies dans la gestion des droits des bénéficiaires, par le contrôle insuffisant des pièces justificatives et par des erreurs de liquidation", avec un impact financier estimé entre 0,7 million et 1,1 million d'€. Ces anomalies concernent principalement des "facturations de médicaments, de produits et de prestations injustifiées au regard des prescriptions (quantité délivrée excédant la prescription, renouvellement à tort, double facturation...) ou encore des facturations indues d'indemnités kilométriques par des professionnels de santé ou des transporteurs sanitaires". La Cour demande à l'assurance-maladie de renforcer ses contrôles en ciblant plus particulièrement les professionnels de santé présentant une mauvaise qualité de facturation..
> Site de la Cour des comptes  

Etat de santé

Nutrition, pollution, santé respiratoire: premières données de l'étude "Elfe"

Le site d'Egora.fr revient sur les premiers résultats d'Elfe, Étude longitudinale française depuis l'enfance, portant sur quelque 18.000 enfants nés en 2011 et leurs parents. Les résultas concernent : l'allaitement maternel qui progresse en maternité, avec 59% des mères, le suivi pour l'alimentation des mères, des recommandations PNNS [Programme national nutrition santé], les expositions aux polluants de l'environnement (plomb, bisphénol A, dioxines, furanes, pesticides organophosphorés, retardateurs de flamme bromés) qui baissent par rapport aux études antérieures françaises et étrangères, mais demeurent plus élevées pour le mercure, les polychlorobiphényles (PCB) et les insecticides de la classe des pyréthrinoïdes. Enfin, 6,5% des enfants de deux mois présentant des sifflements dans la poitrine, dont 7,3% chez les garçons et 5,5% chez les filles", indique le Pr Chantal Raherison (Bordeaux).
> Egora.fr

Géographie de la santé

Handicap

Hôpital

Tarification à l'activité : quel impact sur les réadmissions à l'hôpital ? Etude de la Drees

Mise en place en France en 2004, la « tarification à l'activité » (T2A) avait pour but d'inciter les établissements de santé à davantage d'efficience, concept qui associe productivité et qualité des soins. Les études existantes se sont surtout intéressées à la dimension économique. L'effet de la T2A sur la qualité des soins et des prises en charge constitue néanmoins une question majeure pour la politique de santé. Cette qualité est appréhendée ici par le taux de réadmission à trente jours après un séjour chirurgical, une hausse des réadmissions pouvant être le signe d'une dégradation de la qualité des soins.
> Lire la suite sur le site de la Drees

Temps d'attente pour une IRM : Etude Isa 2015

Les Français attendent en moyenne 30,3 jours pour passer une IRM, comme en 2012-2013, contre 37,7 jours en 2014, selon la dernière étude de l'association Imagerie Santé Avenir (ISA). Les délais varient d'une région à l'autre.
> Pourquoi Docteur ,  24 juin 2015

Inégalités de santé

Revenus minima garantis : la moitié des bénéficiaires vivent avec moins de 920 euros par mois en 2012 : Etude de la Drees

Tandis que le niveau de vie médian de la population de France métropolitaine s'élève à 1 650 euros par mois en 2012,la moitié des personnes vivant dans un ménage bénéficiaire d'un revenu minimum garanti disposent de moins de 920 euros. Les personnes percevant l'allocation aux adultes handicapés (AAH) ont le niveau de vie médian le plus élevé avec 1 210 euros. Le montant plus élevé de l'AAH tient compte de leur incapacité totale ou partielle de travailler. Les allocataires du RSA activité seul et ceux bénéficiant du minimum vieillesse se situent à 1 000 euros par mois. Viennent ensuite les bénéficiaires de l'allocation de solidarité spécifique (ASS) et leur famille avec moins de 960 euros par mois pour la moitié d'entre eux. Les allocataires les plus modestes sont ceux qui sont le moins bien insérés dans l'emploi : 820 euros pour le RSA socle majoré et 740 pour le RSA socle non majoré.
> Lire la suite sur le site de la Drees

Obésité, caries, prévention… : Les inégalités sociales de santé perdurent chez les enfants de 6 ans : Etude de la Drees

Dès l'âge de 6 ans, indicateurs de santé et habitudes de vie rendent compte de fortes disparités selon le milieu social. La prévalence de la surcharge pondérale et la santé buccodentaire en sont une illustration. En 2013, 12 % des enfants de grande section de maternelle sont en surcharge pondérale et 3,5 % sont obèses. L'enquête de santé scolaire réalisée en 2012-2013 confirme la stabilisation de la prévalence de la surcharge pondérale amorcée depuis 2006 et le maintien des inégalités sociales de santé.

> Lire le suite sur le site de la Drees

AIDES dénonce une dégradation du droit au séjour pour soins

Lettre Sfsp, 19 juin 2015
L'Observatoire des malades de l'association AIDES publie un troisième rapport sur le droit au séjour pour soins. Un rapport, qui, dans la lignée des éditions précédentes, ne manque pas d'épingler les attaques faites au droit au séjour pour soins. Le rapport s'ouvre sur un point juridique de la situation, dénonçant, alors qu'un projet de réforme de l'immigration suscite de nouvelles inquiétudes, un affaiblissement de la protection juridique des étrangers gravement malades. Suite à une présentation de la méthodologie employée, il détaille des dysfonctionnements observés lors de la phase administrative, telle que la demande excessive de pièces, ou des délais d'instruction anormalement longs. AIDES pointe du doigt les entorses à la déontologie médicale lors des procédures. L'association analyse les discriminations dans l'accès à la carte de résident, dénonce l'enfermement et l'expulsion d'étrangers malades. Par ailleurs, le rapport traite du cas particulier des personnes transsexuelles. Sévère, le rapport se fait aussi force de propositions, avec un ensemble de recommandations visant à pallier aux dysfonctionnements observés.
> Site d'AIDES

Médicaments

Utiles dans l'anxiété, les benzodiazépines restent une solution temporaire

La HAS vient de réévaluer les benzodiazépines dans le traitement de l'anxiété et a décidé de maintenir un intérêt thérapeutique important pour ces produits. Elle publie en parallèle une fiche mémo afin d'aider les médecins à proposer une stratégie d'arrêt progressif des benzodiazépines. Ces travaux ont été réalisés suite à la réévaluation des benzodiazépines hypnotiques en juin 2014 et s'inscrivent dans la continuité des précédentes actions de la HAS.

> Communiqué et fiche mémo sur le site de la Has

AFIPA : 3e observatoire Européen sur l'automédication

Cette 3e édition de l'observatoire (pdf, 35 pages) s'est intéressée aux modèles de prise en charge en Europe (Allemagne, Belgique, Espagne, France, Italie, Pays-Bas, Royaume-Unis, Suède). Que ressort-il cette année ?
 Tout d'abord, en France, la part de marché de l'automédication est toujours inférieure à la moyenne européenne. Pourtant, malgré un marché est en légère régression en 2014 (- 0,4% en valeur et - 0,7% en volume), le potentiel de développement de l'automédication en France est important. Et ce d'autant plus que la France reste le 2ème pays le moins cher en Europe ! La raison de ce blocage est notamment politique et réglementaire : il n'y a eu aucun délistage en 2014 (délistages opérés dans d'autres pays européens).
 Chiffres clés :
- 32,1€ par an sont dépensés par les Français en automédication
- La moyenne annuelle des dépenses en Europe est de 45,8€
> Site de l'Afipa

Présentation des résultats intermédiaires de l'étude pharmaco-épidémiologique  IPOP (Investigation des Prescriptions délivrées en Officine pour les Personnes âgées)

23 juin 2015 - La personne âgée polymédiquée souffre des effets du vieillissement physiologique et de pathologies diverses d'origine cardiaque, rénale, métabolique, ostéo-articulaire, neuro-psychique etc… La gravité de ces maux est variable et peut donner lieu à des prescriptions indépendantes les unes des autres (médecin généraliste, spécialiste). Cette addition de prescriptions engendre  une polymédication  qui peut induire des risques iatrogéniques.
> Lire le communiqué de presse des laboratoires Teva,
> Des ordonnances mal comprises des patients et des pharmaciens, Egora.fr, 24 juin 2015

Médicaments, ces ordonnances qui tuent

Psycom, 16 juin 2015
Un médicament est par définition censé nous soigner... Pourtant, chaque année en France, les médicaments sont responsables d'au moins 18.000 décès. C'est plus que les accidents de la route et les suicides réunis.
La France est le pays européen où l'on consomme le plus de médicaments et 9 fois sur 10 les consultations se soldent par la rédaction d'une ordonnance. Cette habitude a une conséquence directe : les risques d'accidents médicamenteux se multiplient. Chaque année, on estime que 150.000 patients sont hospitalisés à cause d'effets indésirables provoqués par leurs traitements. Ces accidents peuvent être la conséquence d'effets secondaires connus ou d'erreurs humaines : médicaments mal pris, mal prescrits, intéractions entre plusieurs molécules ou avec des aliments qui peuvent rendre les traitements inefficaces ou toxiques. Une population est particulièrement exposée à ce risque : les personnes âgées. La moitié des médicaments est consommée par les plus de 60 ans et passé 75 ans, une personne prend en moyenne 9 médicaments par jour ! Un cocktail chimique aux conséquences désastreuses. Un tiers des hospitalisations des personnes âgées serait ainsi dû aux médicaments. La Haute Autorité de Santé a récemment publié une mise en garde concernant l'abus de benzodiazépines (anxiolytiques, somnifères) chez les personnes âgées. Des médicaments qui seraient à l'origine de 20.000 chutes fracturées par an et de 1.800 décès.
> Allo docteurs 

Polymédication chez les patients âgés : Etude Ifop

Les premiers résultats de l'étude Ipop, portant sur 493 ordonnances de patients âgés polymédiqués délivrées dans 50 officines, montre que les ordonnances comptent en moyenne sept médicaments, dont cinq en nom de spécialité et deux en dénomination commune internationale (DCI), et sont pour 26% écrites à la main. Cette étude, conduite en partenariat avec le service ICAR du groupe hospitalier universitaire La Pitié-Salpêtrière (Paris) avec le soutien de Teva Laboratoires, montre que 30% de patients ne savent pas pourquoi leurs médicaments leur sont prescrits et 59% sont en quête d'informations.
> Le Quotidien du médecin, 25 juin 2015

Pharmacien demain : du conseil adapté au parcours de soins sécurisé

Tableau de bord Celtipharm, 19 juin 2015
Début février, Coopération Santé avec le soutien institutionnel du G5 Santé, organisait un colloque sur l'interprofessionnalité en pharmacie et le développement de l'automédication. Les actes de ce colloque sont maintenant disponibles, vous y retrouverez les interventions des participants et surtout, la synthèse des débats : « Le modèle français est-il satisfaisant ? » et « Le nouveau parcours de soins, pourquoi et comment ? ».
> Actes du colloque « Pharmacien demain : du conseil adapté au parcours de soins sécurisé »

Pharmacie: changement dans la réglementation au 1er juillet

De nombreux changements relatifs à la réglementation pharmaceutique inter viendront au 1er juillet: nouvelles règles d'affichage des prix des médicaments en pharmacie (apposition d'une affichette stipulant: "Le prix des médicaments non remboursables est libre. Le prix des médicaments remboursables est réglementé. Au prix des médicaments, peut s'ajouter, dans les conditions définies par la réglementation, un honoraire de dispensation par boîte et par ordonnance. À votre demande, un justificatif de paiement peut vous être remis."); logo commun européen pour les sites de vente en ligne de médicaments, baisses de prix et nouveaux tarifs forfaitaires de responsabilité (TFR) pour 55 groupes génériques, principalement des inhibiteurs de l'enzyme de conversion.
> Le Quotidien du Pharmacien, 29 juin 2015

Canicule et médicaments: le point de l'ANSM

L'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) vient de publier une mise au point sur le bon usage des médicaments en cas de vague de chaleur. Le document attire l'attention des médecins sur certaines molécules, susceptibles d'aggraver un "syndrome d'épuisement-déshydratation" ou un coup de chaleur, d'induire une hyperthermie, voire d'aggraver indirectement les effets de la chaleur.
> Site de l' ANSM

NTIC : Internet, open data

Le Manuel de l'Opendata

Ce manuel traite des aspects légaux, sociaux, et techniques des donnes publiques/ouvertes. Il est principalement concu pour ceux qui cherchent à rendre leurs données publiques/ouvertes.
> En ligne  

Open Data : au tour de la Cnaf

La Cnaf a ouvert mardi le site Cafdata. Plus de 50 jeux de données à différentes échelles territoriales ont été mises en lignes portant les publics bénéficiaires des allocations familiales, les activités des Caf et les offres de services. D'autres seront ajoutées dans les prochains mois. Cafdata est référencé sur www.data.gouv.fr. La branche famille organisera également un Hackaton les 2 et 3 octobre prochains en Seine-Saint-Denis.

ACS : lancement d'un site internet dédié

Il comprend notamment un simulateur des droits et un comparateur d'offres,  et d'une plate-forme téléphonique (0811365364).

>  www.info-acs.fr

Alzheimer : un site dédié aux enfants

L'association LECMA-Vaincre Alzheimer lance Alzjunior.org, un site internet d'information sur la maladie d'Alzheimer à destination des enfants de 6 à 12 ans, afin d'impliquer les plus jeunes, parfois directement confrontés à la maladie avec des grands parents malades.

> Alzjunior.org

Politique de santé, politique sociale

Fin de vie: le Sénat rejette le texte qu'il avait remanié

Par 196 voix contre et 87 voix pour, le Sénat a rejeté mardi la proposition de loi sur la fin de vie, largement remaniée.  Le texte des députés Jean Leonetti (LR) et Alain Claeys (PS) rend contraignantes les "directives anticipées" du patient et prévoit le recours dans certains cas à la "sédation profonde et continue" pour les malades en fin de vie, les sénateurs ayant supprimé la notion "jusqu'au décès". Marisol Touraine a dit avoir "infiniment de regrets qu'il n'y ait pas de texte qui sorte du Sénat", tout en faisant part de sa "satisfaction que la proposition de loi dénaturée ait été rejetée". Le texte va repartir en deuxième lecture à l'Assemblée nationale, où il avait été adopté à une large majorité en mars.

> Le Quotidien du Médecin, 23 juin 2015

Film sur les dons d'organes

Lors de la Journée nationale du don et de la greffe d'organes du 22 juin, l'Agence de la Biomédecine a diffusé sur internet et les réseaux sociaux le film "The Man Who Died the Most in movies", avec pour message: "Pour tous ceux qui ne meurent qu'une fois, dites à vos proches si vous êtes pour ou contre le don d'organes".  François Hollande a dit "sa reconnaissance à tous les donneurs et à leurs familles qui, jadis comme maintenant, font de ce don une admirable réalité". Dans une interview à Ouest France, Marisol Touraine a tenté de rassurer sur le "consentement présumé" au don prévu dans la loi de santé. Les nouvelles dispositions devraient se mettre en place à partir du 1er janvier 2017.  Pour mémoire : 20.311 personnes avaient besoin d'une greffe en 2014 et 5.357 ont pu en bénéficier.  L'Agence de la Biomédecine se fixe l'objectif  de 57.000 greffes fin 2016.
> Le Généraliste, 22 juin 2015

Lancement du comité de pilotage de la grande conférence de la Santé

Lancée le 8 février 2013, la Stratégie nationale de santé a pour objectif de préserver notre système de santé face à de nouveaux enjeux, tels que l'allongement de la durée de vie ou le développement des maladies chroniques en particulier en matière de prévention et d'amélioration de l'organisation des soins. Organisée en janvier 2016, la Grande conférence de la santé veut marquer un temps fort d'échanges entre les acteurs de notre système de santé. Le Premier ministre en a confié la préparation à Anne-Marie BROCAS, Présidente du Haut conseil pour l'avenir de l'assurance maladie, et à Lionel COLLET, Conseiller d'Etat, professeur de médecine. Ils examinerons  les thématiques suivantes : la formation initiale et continue des professionnels de santé ; les métiers et compétences ;  les parcours professionnels et les modes d'exercice.

> Communiqué de presse du ministère

>Trois ministres pour lancer le comité de pilotage de la Grande Conférence de la santé, Localtis.info, 24 juin 2015   

A quoi sert la grande Conférénce santé ?

Lettre Espace social européen, 2 juillet 2015

La "Grande" conférence santé voulue par Manuel Valls, accompagné pour la circonstance par Marisol Touraine, Najat Vallaud-Belkacem et Thierry Mandon est lancée. Le contenu du rendez-vous normalement programmé début 2016 porte sur la formation initiale et continue des professionnels de santé, les métiers et les compétences ainsi que les parcours professionnels et les modes d'exercice.
Tout cela a déjà fait l'objet d'innombrables rapports depuis plusieurs années et se déroulera a posteriori de la loi santé de Marisol Touraine. Et donc on voit mal la ministre déposer un nouveau texte de réforme à l'automne 2016, en pleine pré-campagne présidentielle…
le comité de pilotage est composé de hauts fonctionnaires connus et compétents : Anne-Marie Bricas, (Igas et présidente du Hcaam) et Lionel Collet (conseiller d'Etat). On note toutefois une vraie hostilité, au mieux une indifférence des syndicats médicaux libéraux sur cette initiative. CSMF, FMF et SML ont donc annoncé un boycott. MG-France participera cependant. Pas sûr donc que l'affaire se déroule paisiblement...

Politique publique

Prévention

Rapport du CEDES sur les addictions

Le Conseil économique, social et environnemental (CESE) s'inquiète, dans un rapport sur les addictions, de l'usage excessif des écrans et des jeux vidéo par les jeunes (5% des adolescents en feraient un usage problématique). Les jeux vidéo sont le 2e motif de consultation médicale après le cannabis, à égalité avec l'alcool et le tabac. Aussi, l'instance demande une évaluation des jeux les plus addictogènes par un comité d'experts indépendants et la mise en place par les pouvoirs publics d'une signalétique obligatoire. Les produits les plus addictifs sont : le tabac (32% des consommateurs en sont dépendants), suivi de l'héroïne (23%), de la cocaïne (17%) et de l'alcool (15%). Pour lutter contre le tabagisme, le Conseil recommande de mieux contrôler les stratégies marketing des fabricants et les actions de lobbying au Parlement.
> Le Monde, 24 jui n 2015

Lancement d'un test de prévention des cancers grand public par l'Inca

L'Institut national du cancer (INCa) lance, sur son site internet www.e-cancer.fr et sur les réseaux sociaux #préventiondescancers et #jefaisletest, un test "prévention-cancers" permettant aux Français d'évaluer leurs risques au regard de leur comportement de santé (consommation de tabac et d'alcool, alimentation...), renvoie à des informations pour changer leurs habitudes (mangerbouger.fr) et évoque les dépistages possibles. 
> Le Quotidien du Médecin, 23 juin 2015  

Démarche orientée patients : fiches de la Haute Autorité de santé

La Haute Autorité de santé (HAS) a publié trois fiches sur la démarche centrée sur le patient, personnalisation des soins, éducation thérapeutique et suivi, s'appuyant sur le partenariat entre les professionnels de santé, une équipe pluri-professionnelle, le patient et ses proches.

> Le Moniteur des Pharmacies, 25 juin 2015

Prévision – Evaluation - Méthodologie

Psychiatrie

Brochure de Psycom  "Santé mentale et vieillissement"

Cette brochure vient enrichir la collection "Santé mentale et...". En 2060, la France comptera plus de 23,6 millions de personnes âgées de plus de 60 ans (INSEE,2010). Ce bouleversement démographique engendrera un choc entre une société basée sur la rapidité, la glorification de la jeunesse et une population grandissante de personnes âgées ayant un autre mode de fonctionnement et une autre vision. De plus, l'augmentation de l'espérance de vie s'accompagne d'un développement des maladies chroniques (cancer, affections respiratoires chroniques, diabète...), qui entraînent des incapacités et des besoins d'accompagnement.
 > Site de Psycom

Plan d'action européen sur la santé mentale 2013- 2020

Les problèmes de santé mentale constituent une problématique de santé majeure en Europe : chaque année, environ 25% de la population européenne est touchée par des troubles mentaux. La prévalence des troubles mentaux est plus élevée dans les populations les plus défavorisées. La Région européenne de l'OMS doit donc relever des défis divers sur les plans du bien-être mental de la population, de la fourniture de soins et de la qualité des soins en direction de la population atteinte de troubles mentaux. Aussi la Région européenne de l'OMS a défini sept objectifs et un ensemble de mesures dans son plan d'action (2013-2020). Parmi ces objectifs, donner à tous les mêmes chances de former un bien-être mental tout au long de la vie, particulièrement pour les populations les plus vulnérables. L'OMS souligne également que les personnes atteintes de maladie mentale ont des droits humains qui doivent être respectés et protégés.
Site de l'OMS

Réglementation

Décret n° 2015-770 du 29 juin 2015 relatif aux modalités de mise en oeuvre du tiers payant pour les bénéficiaires de la couverture maladie universelle complémentaire et de l'aide au paiement d'une assurance complémentaire de santé

Selon ce décret, l'organisme servant les prestations du régime de base de l'Assurance maladie sera l'interlocuteur unique du professionnel de santé. C'est lui qui versera au médecin ou à l'établissement de santé la totalité de la somme prise en charge par l'Assurance maladie et par l'assurance complémentaire. Un schéma qui pourra différer uniquement en cas de convention signée par des professionnels de santé avec des organismes complémentaires.
> Lire le décret,  paru au JO du 30 juin 2015
Argus de l'assurance, 29 juin 2015

Soins de santé primaire

Sondages

Statistiques

Systèmes de santé

Obamacare validé !

Espace social européen, 29 juin 2015
C'était couru mais cela va mieux ainsi. La grande réforme du mandat de Barack Obama, l'Obamacare (la réforme de l'assurance maladie) a été une nouvelle fois validée par la Cour suprême des Etats-Unis. Le contentieux portait sur le droit pour l'Etat fédéral de verser des aides fiscales pour l'acquisition d'une assurance maladie pour les plus défavorisés. Un enjeu pour 7 millions de futurs cotisants. Le système repose sur l'action des Etats fédérés au travers de bourses d'échanges liant les assurés aux assureurs. Mais 34 Etats républicains bloquent la réforme. D'où l'action de Washington pour supplier les carences locales.

Travail et santé

La souffrance psychique en lien avec le travail chez les salariés actifs en France entre 2007 et 2012, à partir du programme MCP : Etude de l'InVS

La souffrance psychique en lien avec le travail prend de plus en plus d'importance dans les pathologies d'origine professionnelle. Or, celle-ci ne figure dans aucun tableau de maladie professionnelle reconnue par les différents régimes de sécurité sociale.  À partir des données issues du Programme de surveillance des maladies à caractère professionnel (MCP), les taux annuels de prévalence de la souffrance psychique en lien avec le travail ont été calculés pour la période 2007 à 2012. Des régressions logistiques univariées et multivariées ont été réalisées pour tester l'association entre la souffrance psychique en lien avec le travail et l'âge, la catégorie sociale et le secteur d'activité.
> Lire la suite sur le site de l'InVS

Les arrêts maladie repartent à la hausse dans la fonction publique territoriale en 2014

Toutes causes confondues, 42% plus de quatre des agents des collectivités territoriales ont été absents au moins une fois l'an dernier, pour une durée moyenne de 24 jours, soit un taux d'absentéisme de 8,7%, en hausse de 18% depuis 2009, selon une étude de la société d'assurance spécialisée Sofaxis réalisée auprès d'un échantillon de 376.815 agents affiliés à la Caisse nationale de retraite des agents des collectivités locales (CNRACL) de plus de 18.000 collectivités. 30,6% des agents ont été en arrêt pour maladie, contre 29,2% l'année précédente. 48% des arrêts concernent une maladie ordinaire, devant les arrêts longue maladie/longue durée ou les accidents de travail. Le coût moyen des absences par agent s'est élevé à 1.921 €.
> Le Généraliste, 26 juin 2015

L'agence européenne pour la santé au travail publie deuxième édition de son Enquête européenne parmi les entreprises sur les risques nouveaux et émergents (ESENER)

23/06/2015 -  Les résultats de l'enquête, tirés de réponses recueillies sur près de 50 000 lieux de travail dans 36 pays, dont les 28 États membres, permettent d'avoir une vue détaillée de la façon dont les risques pour la sécurité et la santé au travail (SST) sont gérés sur les lieux de travail en Europe.

> Communiqué de presse de l'UE-OSHA et principaux résultats

Vieillissement

La CNSA  publie l'édition 2015 de ses "Chiffres clés de l'aide à l'autonomie"

La 6e édition des Chiffres clés de l'aide à l'autonomie publiée par la CNSA met à la disposition des acteurs et décideurs du secteur médico-social des données actualisées. La Caisse consacre, par ses ressources propres et les crédits d'assurance maladie qu'elle gère, près de 23 milliards d'euros au financement des politiques d'aide à l'autonomie, à peu près à parité entre personnes âgées et personnes handicapées. S'y ajoutent, notamment, des financements de l'Etat, de la Sécurité sociale et des conseils départementaux. Soit un ensemble de réponses qui doivent progresser et mieux s'articuler pour renforcer la solidarité pour l'autonomie
> Chiffres-clés 2015
> En dix ans, l'objectif global de dépenses pour les personnes âgées a progressé de 125%, Localtis.info, 25 juin 2015

Un nouveau rapport de la Banque mondiale jette un regard sur les problèmes et les opportunités liées au vieillissement de la population

Si les sociétés d'Europe et d'Asie centrale font face au vieillissement, tel n'est pas le cas des individus qui en sont les membres. C'est une tendance qui, selon un nouveau rapport de la Banque mondiale intitulé Golden Aging: Prospects for Healthy, Active and Prosperous Aging in Europe and Central Asia, procède non pas du prolongement de l'espérance de vie, mais plutôt de la baisse du taux de fécondité. Le rapport conclut que les conséquences sociales et économiques des sociétés vieillissantes sont complexes et diverses, mais pas nécessairement négatives. Le rapport recense des possibilités dignes d'intérêt dans un éventail de domaines de l'action publique.
> Rapport en ligne sur le site de la Banque mondiale

"Vieillir est-il une maladie"

La FDA américaine fait part de sa rencontre avec une équipe médicale, emmenée par Nir Barzilai, directeur de l'Institut de recherche sur le vieillissement de l'Albert Einstein College of Medicine (New York), pour discuter de la prise en charge du vieillissement. Les chercheurs vont présenter le projet TAME, acronyme de "Targeting Aging with Metformin", c'est-à-dire "Ciblage du vieillissement avec la metformine". Cette molécule, couramment utilisée contre le diabète de type 2, a notamment provoqué le ralentissement du vieillissement et le prolongement de la vie chez des souris. L'équipe de chercheurs s'appuie de plus sur une étude statistique britannique au long cours, publiée en 2014 par la revue Diabetes, Obesity and Metabolism et qui a impliqué plus de 180.000 personnes.
> Le Monde (blog) - 23 juin 2015

Nominations

Joëlle Huillier est nommée rapporteur du projet de loi Vieillissement à l'Assemblée nationale

La députée remplace Martine Pinville, rapporteur du texte en première lecture, désormais assignée au secrétariat d'État au Commerce, à l'Artisanat, à la Consommation et à l'Économie sociale et solidaire.

AUTRES REVUES DE PRESSE EN LIGNE

COORDONNEES DES JOURNAUX