DOC NEWS : VEILLE SUR L'ACTUALITE EN SANTÉ


Elaborées par les documentalistes de l'Irdes, Marie-Odile Safon et Véronique Suhard, les Doc News rassemblent de façon thématique les résultats de la veille documentaire sur l'actualité en santé, réalisée à partir de lettres d'actualités et de revues de presse en ligne, ainsi que du suivi de sites français et étrangers.

De périodicité bimensuelle, elles présentent les nouveautés sur la politique de santé selon les thématiques mentionnées ci-dessous :




DOC NEWS DU 5  JUIN 2015

Assurance maladie

La protection sociale en France et en Europe en 2013 : Rapport Drees

Les comptes de la protection sociale sont l'un des comptes satellites des comptes nationaux.
Les données de ce rapport correspondent aux données semi-définitives de l'année 2013 et aux données définitives des années 2006 à 2012.  En France, les années 2012, 2013 et 2014 sont marquées par une faible croissance du PIB, entre 0,2 % et 0,7 % par an. Malgré ce contexte dégradé, la réduction du déficit public au sens de Maastricht se poursuit. En particulier, le solde des administrations de Sécurité sociale, quoique toujours déficitaire de 8,5 milliards d'euros en 2014 (contre 9,1 milliards en 2013), s'améliore continûment depuis 2010. Néanmoins, les Français, bien que toujours demandeurs d'une protection sociale de haut niveau, sont de plus en plus préoccupés par la question de la dette.
> Lire le suite sur le site de la Drees

Généralisation de la couverture santé collective en entreprise et généralisation du tiers payant : les complémentaires à la recherche s'une solutionn technique

A l'heure de la généralisation de la couverture santé collective en entreprise, les complémentaires santé veulent plus que jamais se rapprocher des professions de santé en contractualisant avec eux, ceci afin de mieux les rémunérer. Tel est le message qu'ont fait passé Guillaume Sarkozy (Malakoff-Médéric) et Thierry Beaudet (MGEN), lors d'une rencontre presse organisée, le 28 mai, par l'Association des Journalistes de l'Information Sociale (AJIS). Par ailleurs, les trois principales fédérations de mutuelles (FNMF), d'institutions de prévoyance (CTIP) et d'assureurs (FFSA) se réunissent pour la première fois lundi 1er juin afin de plancher sur la création du dispositif technique. Le projet de loi santé prévoit que cette solution technique soit présentée dans un rapport transmis à la ministre de la Santé au plus tard le 31 octobre prochain, pour entrer en application au 1er janvier 2017.
> Le Quotidien du médecin, 28 mai 2015

Réflexion sur le tiers payant : Tiers-payant: les complémentaires santé lancent leur association

La Mutualité Française, le Centre technique des institutions de prévoyance (CTIP) et la Fédération française des sociétés d'assurance (FFSA) ont créé lundi une "association commune" pour "simplifier" la généralisation du tiers-payant d'ici à fin 2017. Cette association "organisera la coopération entre les différents acteurs (assurance-maladie obligatoire, éditeurs de logiciels des professionnels de santé, opérateurs de tiers-payant, GIE SESAM-Vitale)" et mettra en place "un serveur d'ouverture des droits en ligne". Le "dispositif sera testé dès la fin de l'année 2015 pour s'assurer qu'il répond" aux exigences et des ajustements pourront être faits.
> Le Généraliste, 1er juin 2015

Cnamts: 10 engagements de qualité de service pour les affiliés LMDE

Espace social européen, 29 mai 2015
 La Cnamts présentait hier après-midi la "nouvelle organisation au profit de l'amélioration de la qualité de services pour les étudiants", dans le cadre de sa reprise de la gestion du régime obligatoire. Outre les éléments que nous avons déjà présentés (voir notre lettre du 21 mai), la caisse nationale a pris une série d'engagements :
- Procédure d'inscription "sans rupture de droits, sans perte d'information, sans formalité inutile"
- Remboursement de soins en moins de 7 jours avec la carte Vitale et échanges automatisés avec "la plupart des OCAM"
- Accès au compte Ameli et réponse par mail en moins de 48 heures
- Numéro de téléphone dédié, (durée d'attente moyenne de 2 minutes 30)
- 2 100 points d'accueil (délai d'attente inférieur à 20 minutes pour rencontre un conseiller)
- Gestion nationale pour faciliter les mobilités géographiques
- Mise en place d'une cellule de conciliation
- Instauration de modalités de transfert "fluides et simplifiée" vers le régime de base à la fin du parcours étudiant

> Dossier de presse de la Cnamts, 1er juin 2015

Un rapport de la Cour des comptes préconise un renforcement des contrôles par les caisses d'assurance maladie des conditions d'attribution de la CMU-C et de l'Aide à la complémentaire santé (ACS).

03/06/2015 - La Cour des comptes rend public, le 3 juin 2015, un rapport sur le fonds de financement de la protection complémentaire de la couverture universelle du risque maladie, demandé par la commission des finances du Sénat .L'enquête porte sur la couverture maladie universelle complémentaire (CMU-C), créée en 1999, et l'aide au paiement d'une complémentaire santé (ACS), instituée en 2004. La Cour examine l'évolution des règles d'éligibilité et du recours effectif à ces dispositifs qui visent à assurer l'accès aux soins des ménages défavorisés, le niveau de la protection qu'ils procurent, ainsi que les risques qui affectent leur gestion et leur soutenabilité financière. Elle formule douze recommandations. 

> Lire le rapport

> La Cour des Comptes réclame plus de contrôle sur la Cmu et l'Acs, Le quotidien du médecin, 3 juin 2015

L'assurance-maladie veut réduire la durée des arrêts maladie

L'assurance-maladie planche sur un plan d'action contre l'augmentation des indemnités journalières, due principalement à l'allongement de la durée des arrêts maladie. En 2013, plus de 203,6 millions de journées d'arrêt maladie ont été indemnisées au bénéfice de 4,7 millions de personnes, pour un coût de 7 milliards d'€. 76% des arrêts durent moins d'un mois et génèrent 20% des dépenses; 19% des arrêts durent entre un et six mois et représentent 41% des dépenses, et les 5% d'arrêts longs génèrent 39% des dépenses. 55% des journées indemnisées pour ces arrêts longs concernent des troubles musculo-squelettiques et des troubles mentaux (épisodes dépressifs), 14% des tumeurs et 9% des traumatismes.

> Le Moniteur des Pharmacies, 2 juin 2015

Démographie

Economie de la santé

Les dépassements d'honoraires médicaux toujours en hausse

21/05/2015 -  L'Observatoire citoyen des restes-à-charge en santé vient de publier une nouvelle étude sur les reste à charge. Cette dernière révèle que le montant total des dépassements d'honoraires des médecins est toujours à la hausse, En 2014, plus de 2,8 milliards d'euros ont été facturés aux patients au-delà des tarifs de l'Assurance maladie, en progression de 6,6% par rapport à 2012. Avec 2,5 milliards d'euros (+7,7%), les médecins spécialistes demeurent les principaux bénéficiaires de ces dépassements, toujours plus loin devant les généralistes qui eux voient leurs dépassements diminuer de 1,5 % à 300 millions d'euros (-1,5%).
> Lire le communiqué et le dossier de presse, sur le site du CISS

Rapport de la Cour des comptes sur le budget de l'Etat 2014

Le rapport sur le Budget de l'Etat rendu public par la Cour des comptes le 27 mai 2015,souligne que la dette de l'État à l'égard de la Sécurité sociale augmente à nouveau en 2014 à 368 millions d'euros. Le budget de l'État finance des prestations sociales servies par les organismes de sécurité sociale - allocation aux adultes handicapés, aides au logement, Revenu de solidarité active -, et des mesures d'exonération de cotisations sociales en faveur de zones géographiques et de publics particuliers. Il verse, en outre, des subventions à des régimes spéciaux de retraite. Les concours de l'État sont en augmentation de 722,8 millions d'euros en 2014, soit près de 3 % par rapport à l'année 2013. Cette augmentation est essentiellement liée au dynamisme des dépenses d'intervention au titre du RSA et de l'AAH. La Cour pointe la sous-budgétisation récurrente de deux dispositifs, l'aide médicale d'État et le RSA-activité.
> Site de la Cour des comptes

Avis du comité d'alerte sur le respect de l'Ondam 2015

Le Comité d'alerte sur l'évolution des dépenses de l'Assurance maladie estime dans son avis publié le 26 mai que l'objectif national de dépenses de santé fixé par le Parlement dans le budget de la Sécu pour 2015 devrait "pouvoir être respecté", mais sous une forme plus contrainte qu'en 2014, si l'on veut respecter l'objectif revu à la baisse suite au programme de stabilité 2015-2018. Il appelle à la vigilance sur les soins hospitaliers comme sur les soins e ville, sur la progression des dépenses d'indemnités journalières, après un début d'année marqué par une épisode grippal particulièrement virulent.
> Portail de la Sécurité sociale

Etat de santé

Epidémie de grippe : Publicaion de l'InVS

La grippe a eu cette année une ampleur relativement forte, au 14e rang des valeurs les plus élevées observées ces 30 dernières saisons. Au pic de l'épidémie, la prévalence était de 1082 cas pour 100 000 habitants cet hiver contre 967 cas pour 100 000 habitants l'hiver précédent (données OpenHealth).
Les données chiffrées de ce bilan sont en ligne sur le site de l'InVS..
> Site de l'InVS

Statistiques sanitaires mondiales 2015

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) publie ses statistiques sanitaires mondiales, à l'approche de la date butoir des Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD). L'OMS rend compte des indicateurs sanitaires mondiaux pour l'espérance de vie et la mortalité, les principales maladies infectieuses, les taux de couverture des services de santé, les facteurs de risque, les systèmes de santé, les dépenses de santé et les iniquités en matière de santé. Les OMD ont joué un rôle positif pour l'amélioration de ces indicateurs, bien que les résultats restent mitigés, avec de larges écarts entre les pays. S'agissant des taux de mortalité infantile, qui ont diminué de moitié, l'objectif d'une réduction de deux tiers ne pourra pas être atteint. S'agissant de la mortalité maternelle, celle-ci a significativement baissé, mais, dans la région Afrique de l'OMS, une femme sur deux accouche encore sans la présence d'un personnel qualifié. La tendance de la propagation du VIH a pu être inversée, mais la cible révisée de l'accès universel aux traitements antirétroviraux ne pourra pas être atteinte. Enfin, les progrès escomptés s'agissant de l'accès à l'eau potable et à l'assainissement ne pourront être atteints. En septembre, les pays s'entendront pour fixer de nouveaux objectifs ambitieux pour l'horizon 2030.
> Site de l'OMS

Les Européens sous-estiment les problèmes de poids

Près d'un tiers des Européens en surpoids ne réalisent pas qu'ils le sont, et estiment leur poids "normal", selon une enquête présentée par l'Association française d'étude et de recherche sur l'obésité (Afero) à l'occasion de la Journée européenne de l'obésité. Un déni que l'on retrouve également chez les personnes obèses: 80% se disent en "surpoids". Enfin, un quart des Européens ne sait pas que l'obésité peut provoquer un diabète, de l'hypertension artérielle ou des maladies cardiaques.
> Le Quotidien du Médecin, 22 mai 2015

Géographie de la santé

Handicap

Hôpital

Une convention pour le développement de l'HAD en Ehpad

Actusoins 21/05/2015 - Dans le cadre des Salons Santé Autonomie, neuf fédérations représentant les établissements d'HAD ou les Ehpad ont signé, une convention de partenariat pour le développement de l'hospitalisation à domicile (HAD) au sein des Ehpad.
> lire la suite

Publication des coûts moyens 2013 des séjours hospitalier par l'ATIH

27/05/2015- L'ATIH publie les coûts moyens 2013 des séjours hospitaliers en médecine, chirurgie, obstétrique (MCO) dans les hôpitaux (ex-DG) et les cliniques (ex-OQN). Ce référentiel se présente sous la forme de deux échelles de coûts, une pour chaque secteur de financement, organisées selon la classification (V11g) des groupes homogènes de malades (GHM). Les coûts moyens ont été calculés à partir des données issues de l'étude nationale de coûts (ENC) portant sur l'activité 2013.

> Sur le site de l'ATIH

La HAS se mobilise pour réduire les risques associés aux soins

27/05/2015 - Un patient hospitalisé sur 10 subirait un évènement indésirable lors de ses soins. Contrairement aux idées reçues, l'erreur individuelle du professionnel n'est pas la cause principale de tels évènements. En effet, les données recueillies à ce jour mettent en cause d'autres dysfonctionnements. Dans 1 cas sur 3, c'est le travail en équipe dont la communication (entre professionnels et vers le patient) qui en est la cause. La HAS dresse aujourd'hui un bilan et dévoile sa stratégie pour que l'équipe et le patient soient les acteurs clefs de la diminution des risques associés aux soins.

> Dossier de presse et chiffres- clés sur le site de l'HAS

Marisol Touraine reçoit le rapport intermédiaire de Jacqueline Hubert et Frédéric Martineau sur les groupements hospitaliers de territoire

28/05/2015 - Ce rapport rend compte des conclusions de la mission sur la mise en place des groupements hospitaliers de territoire (GHT), l'une des innovations phares du projet de loi sur la modernisation du système de santé.  Elle leur demandait notamment de participer "à la conception du dispositif et à la définition des outils et des modalités de sa mise en oeuvre", mais aussi de "relayer auprès des différents acteurs du système de santé les enjeux stratégiques de leur développement".
> Les groupements hospitaliers de territoire "plébiscités" avant d'exister, mais sous réserve de vingt conditions, Localtis.info, 28 mai 2015

> Lire le rapport

Rapport de l'Observatoire national de la radiothérapie 2009-2013

L'Institut national du cancer (INCa) publie le rapport de l'Observatoire national de la radiothérapie intitulé : « Situation fin 2013 et évolution depuis 2009 ». Le rapport, destiné aux acteurs du secteur de la radiologie oncologique, a pour principal objectif de leur fournir des données homogènes et communes. Il permet également d'évaluer les impacts des politiques nationales sur le secteur de la radiothérapie en France. La radiothérapie est actuellement en pleine mutation, grâce à l'évolution des techniques qui permettent des radiations parfaitement ciblées. Le rapport présente les données relatives à l'état de l'ensemble des équipements dédiés à la radiothérapie, l'activité de chaque établissement ainsi qu'aux effectifs médicaux et paramédicaux spécifiques à cette discipline. Il détaille la situation à la fin 2013 et l'évolution depuis 2009 s'agissant du personnel, des plateaux techniques et de l'activité des centres de radiothérapie oncologique.
> Site de l'INCA

Inégalités de santé

Une pauvreté très présente dans les villes-centres des grands pôles urbains : Etude de l'Insee

En France métropolitaine, en 2012, le taux de pauvreté est le plus élevé dans le Nord et le Sud-Est, ainsi qu'en Seine-Saint-Denis. Le taux de pauvreté est le plus important dans les villes-centres des grandes aires urbaines, où la pauvreté touche particulièrement les familles monoparentales, les familles nombreuses et les ménages jeunes, ainsi qu'en dehors de l'influence des villes. Les inégalités de niveaux de vie à l'intérieur des régions et des départements sont souvent fortes ; elles sont les plus prononcées à Paris, dans les Hauts-de-Seine, et en Haute-Savoie, du fait d'un niveau de vie particulièrement élevé de la partie aisée de la population qui y habite. Le niveau de vie médian est généralement plus élevé dans l'espace urbain, en particulier dans les couronnes des grands pôles urbains. Pour les personnes les plus pauvres, la part des prestations sociales dans le revenu disponible est importante et varie fortement selon les régions ; elle est la plus élevée dans les villes-centres où elle représente en moyenne 46 % du revenu disponible pour les 10 % de personnes les plus modestes. À l'inverse, pour les personnes les plus aisées, la part des revenus du patrimoine est alors prédominante : dans les villes-centres, qui concentrent souvent les plus fortes inégalités, elle représente en moyenne 30 % du revenu disponible pour les 10 % de personnes les plus aisées.Une pauvreté très présente dans les villes-centres des grands pôles urbains.

> Site de l'Insee

Les inégalités de santé : Etude de la Documentation française

Dans cette étude parue dans Cahiers français (les) n° 386, mai-juin 2015, pp.68-73, l'auteur, Dominique Polton examine les politiques mises en place dans certains pays pour lutter contre les inégalités de santé. Celles ci comportent des actions pour améliorer l'accès aux soins et la prévention des facteurs de risque, mais aussi des mesures générales visant à agir sur les inégalités de revenu, d'éducation, de conditions de vie en amont du système de soins.
> Site de la Documentation française

L'hébergement social, hors urgence : plus de 81 000 personnes sans logement accueillies en établissements : Etude Drees

Un tiers des 81 000 personnes accueillies en 2012 dans l'hébergement social, hors urgence, ou le logement adapté ont moins de 18 ans. Les familles regroupent 61 % des personnes hébergées. La sortie de structures d'hébergement recouvre un cinquième des motifs d'admission. La perte d'un logement suite à des difficultés économiques, l'insalubrité ou le surpeuplement représentent 14 % de ces motifs, en hausse de 6 points par rapport à 2008 ; les demandes d'asile 26 %, comme en 2008.
> Suite sur le site de la Drees

Médicaments

Politique du médicament : les propositions du CISS

Dominique Polton (conseillère auprès du directeur général de la Caisse nationale d'assurance maladie) est en charge du groupe de travail sur l'évaluation du médicament et doit rendre ses conclusions à la fin du mois de juin. Par ailleurs, le Collectif Interassociatif Sur la Santé (CISS) profite de cette opportunité et réclame des évolutions sur :
     - les critères d'évaluation des produits de santé,
     - a prise en charge des médicaments à faible SMR,
     - la fixation du prix du médicament, la politique du générique,
     - l'efficience de la prescription médicamenteuse,
     - la sécurité des médicaments et de la prescription médicale.
 Plus spécifiquement, le CISS propose une « remise à plat des médicaments remboursables, sur la base d'un critère simplifié afin d'améliorer d'abord l'accès de l'ensemble de la population à des soins de qualité et d'exclure ensuite du remboursement les médicaments dépourvus d'intérêt thérapeutique démontré ».
De même, sur la politique du générique, dont les effets sont loin d'être négligeables dans nos officines, le CISS recommande de pousser encore plus ces médicaments, via la prescription en premier lieu de génériques, une meilleure communication concernant leur qualité / sécurité / efficacité.
> communiqué et note du CISS, 20 mai 2015
> Les patients pour une remise à plat de la liste des médicaments remboursables, Egora.fr, 23 mai 2015

Médicaments: "Les contrefacteurs sont bien plus réactifs que les politiques"

L'Institut international de recherche anti-contrefaçon de médicaments (IRACM) s'attaque une nouvelle fois à l'absence de législation internationale dissuasive face à la hausse du trafic de faux médicaments. Un marché qui devient pourtant pour le crime organisé, selon Bernard Leroy, directeur de l'IRACM, à quelques jours de la journée mondiale de la contrefaçon du 5 juin. En attendant la signature d'autres pays, dont la France et la Russie, les peines encourues par les trafiquants de médicaments sont bien moindres que celles prévues pour le recel de drogue, pour des profits bien supérieurs.
> Le Quotidien du Médecin, 1er juin 2015

NTIC : Internet, open data

Impact de la e-santé sur l'aménagement des territoires en 10 exemples concrets

Sur le blog d'un consultant e-santé, une série de 10 articles analyse l'impact de projets e-santé sur l'aménagement de nos territoires. Il tente de mettre en lumière certaines initiatives et des projets plus ou moins avancés, notamment en matière de télémédecine.
> A lire sur le blog lemonde de la esante

Territoire de Soins Numérique (TSN) : PASCALINE, « PArcours de Santé Coordonné et Accès à L'Innovation NumériquE »

Lettre de l'Urps Rhône-Alpes, 29 mai 2015

C'est le programme rhônalpin de TSN (Territoire de Soins Numérique), projet porté par le ministère de la santé, visant à expérimenter sur cinq territoires pilotes jusqu'en 2017 des services innovants dans la santé.
Des cinq régions sélectionnées pour mener à bien ce projet TSN, la région Rhône-Alpes est la seule où les professionnels libéraux ont en charge la gestion complète de trois projets. PASCALINE comporte également cinq autres projets pilotés par cinq structures différentes : l'ARS Rhône-Alpes, le Conseil Départemental de l'Isère (38), le Cluster i-Care, le CISS-RA et le GCS SISRA. Le territoire concerné par ce programme est  situé entre les arrondissements de l'Est de Lyon et la ville de Bourgoin-Jallieu en Isère et concerne 235 000 habitants (voir la cartographie).
L'URPS Médecins RA a démarré depuis le mois de mars 2015, avec des représentants des autres URPS de la région Rhône-Alpes (Biologistes, Infirmier(e)s, Kinésithérapeutes, Pharmaciens, Sages-Femmes) ces trois projets qui portent sur :
•    Un carnet de vaccination électronique
•    Une étude d'impact sur les pratiques des nouveaux objets connectés
•    La mise en place d'un réseau social professionnel sécurisé.
L'URPS Médecins RA a comme objectif de concevoir ces services innovants et outils numériques en cohérence avec les pratiques quotidiennes des professionnels sur le terrain. C'est une opportunité pour se faire entendre.
> Pour en savoir plus

Politique de santé, politique sociale

La commission du Sénat réécrit la loi sur la fin de vie

La Commission des affaires sociales du Sénat a voté mercredi la proposition de la loi Leonetti-Claeys sur la fin de vie en lui apportant des modifications substantielles. Le titre a été changé, le texte visant à créer "nouveaux droits pour les personnes malades en fin de vie" et non plus "de nouveaux droits en faveur des malades et des personnes en fin de vie". Concernant l'obstination déraisonnable, les obligations minimales pour la mise en oeuvre de la procédure collégiale ont été précisées. Sur la sédation profonde et continue jusqu'au décès, le distinguo est fait entre patients conscients et inconscients qui doivent tous présenter une souffrance réfractaire et la sédation peut être faite dans un établissement médico-social.  Le texte sera examiné en séance les 16 et 17 juin.
> Le Quotidien du Médecin,  27 mai 2015

Retraite, handicap, santé, les nouvelles propositions "pour simplifier la vie des Français"

Espace social européen, 2 juin 2015
Le secrétaire d'Etat à la Simplification, Thierry Mandon, a présenté hier 92 nouvelles mesures de simplification, 52 sont destinées aux entreprises et 40 à la population. Parmi ces dernières, les principales pistes dégagées en matière de protection sociale:
- Santé : renouvellement automatique de l'ACS pour les bénéficiaires de l'APA, plus de double déclaration d'arrêt maladie pour les demandeurs d'emploi, mesures pour les assurés de la MSA (changement de situation et demande d'attestation en ligne, etc …)
- Handicap, 10 dispositions issues de la Conférence nationale de décembre : extension jusqu'à 5 ans de la durée d'attribution de l'AAH (si taux d'invalidité supérieur à 50%), allongement de 3 à 6 mois de la durée de validité du certificat médical comme justificatif auprès d'une MDPH, accélération du traitement des demandes AAH, tiers-payant pour l'acquisition d'aides et d'équipements techniques, …
- Retraites : généralisation du guichet unique de demande de retraite complémentaire, simulation des futurs droits à la retraite sur le site internet de l'Agirc-Arrco, …
- Prestations familiales :  échange à distance avec les CAF, dispense pour les locataires de logements sociaux de déposer une demande d'aide au logement et de signaler leur déménagement (démarches effectuées par les bailleurs auprès des CAF), dématérialisation des échanges entre bailleurs en tiers payant et CAF, ...

Création de l'Agence nationale de Santé publique : remise du rapport de préfiguration à Marisol Touraine

02/06/2015 - La loi de modernisation de notre système de santé prévoit la mise en place d'une Agence nationale de Santé publique en 2016. François Bourdillon, directeur général de l'Institut de veille sanitaire t de l'Institut national de prévention et d'éducation pour la santé a présenté aujourd'hui à Marisol Touraine, ministre des Affaires sociales, de la Santé et des Droits des femmes, un rapport de préfiguration concernant la création de l'Agence nationale de santé publique – Santé Publique France. Ce rapport détaille la démarche, les missions et les principaux enjeux pour le futur établissement.

> Communiqué de presse sur le site du ministère
> Lire le rapport

Politique publique

Prévention

Carte interactive des programmes d'éducation thérapeutique disponibles en France sur le site Priorité santé Mutualiste

Cette carte permet la localisation de tous les programmes d' ETP autorisés par les agences régionales de santé. Elle est accompagnée d'un dossier documentaire décrivant les modalités de fonctionnement de des ces programmes.
> sur le site Priorité santé Mutualiste

Prévision – Evaluation - Méthodologie

Psychiatrie

Réglementation

Soins de santé primaire

Les conditions d'installation des médecins de ville en France et dans cinq pays européens : Rapport ONDPS

Les dispositifs qui tendent à organiser l'offre de ville sont beaucoup plus récents et conservent le statut de correctifs incitatifs : il s'agit en particulier de la loi HPST de juillet 2009 qui impose aux nouvelles ARS de définir le maillage pertinent de leur région.
> Site du Ministère chargé de la santé

Sondages

Sondage FHF / Ipsos : Observatoire de l'égalité d'accès aux soins - 2ème vague

19/05/2015 -  Renoncement aux soins, droits des patients, coopérations… La FHF dévoile, ce 19 mai, les résultats de l'Observatoire de l'égalité de l'accès aux soins qu'elle a commandité auprès de l'institut Ipsos. Les résultats montrent que 84% des Français ont aujourd'hui une bonne image de l'hôpital public français,mais 89 % d'entre eux estiment que l'hôpital public est en danger.
Sur le site de la FHF

La formation aux professions de la santé en 2013 : Etude de la Drees

Ce document de travail présente les résultats de l'enquête auprès des établissements de formation aux professions de santé en 2013.Cela concerne tous les élèves ayant effectué une inscription ou ayant été diplômés en 2013.
16 formations ont été enquêtées : ambulancier, infirmier, sage-femme, masseur kinésithérapeute, technicien en laboratoire médical, aide soignant, pédicure podologue, manipulateur d'électro-radiologie médicale, ergothérapeute, psychomotricien, auxiliaire de puériculture, puéricultrice, infirmier anesthésiste, infirmier de bloc opératoire, cadre de santé et préparateur en pharmacie hospitalière.
> Suite sur le site de la Drees

Statistiques

Systèmes de santé

L'OMS pointe la faiblesse des systèmes de santé d'une trentaine de pays

Une trentaine de pays dans le monde ont des systèmes de santé très faibles, semblables à ceux qui ont permis au virus Ebola de ravager la Guinée, le Liberia et la Sierra Leone, a averti hier l'Organisation mondiale de la santé. Selon le Dr Krech, directeur à l'OMS du département d'éthiques et déterminants sociaux de la santé, il faut désormais tirer d'urgence les leçons de cette épidémie afin de "mettre en place des systèmes capables de résister" à de tels désastres. Les pays identifiés sont pour la plupart situés en Afrique, mais aussi en Asie et en Amérique latine.

Travail et santé

Remise du rapport du groupe de travail "Aptitude et médecine du travail" : rapport Issindou

26/05/2015 - Cette mission était centrée sur la notion d'aptitude et les enjeux qui s'y attachent pour les salariés et les employeurs, d'une part, les médecins du travail, d'autre part, et pour le système français de protection de la santé au travail.

> Rapport du groupe de travail
> Médecine du travail : vers une fin de la visite d'aptitude systématique ? L'Express, 26 mai 2015

Le député socialiste Benoit Hamon plaide pour la reconnaissance du burn-out comme maladie professionnelle

25/05/2015- Il a déposé des amendements en ce sens, dans le cadre du projet de loi sur le dialogue social. Il s'en explique dans une interview accordée au journal Libération.
> Lire l'interview
> Burn-Out : Rebsamen fait un petit geste, Les echos.fr, 28 mai 2015

Manuel Valls annonce la simplication et la mise en place de certains mécanismes du compte pénibilité.

26/05/2015 - Ces décisions s'inspirent des propositions faites par le rapport Christophe Sirugue, Gérard Huot et Michel de Virville et remis au gouvernement le mardi 26 mai.Ce dernier dentifie plusieurs facteurs de complexité et de risques liés à la mise en oeuvre des 10 facteurs d'exposition, en particulier pour les TPE-PME.
> Manuel Valls simplifie le compte pénibilité, le Monde 26 mai 2015
> dossier de presse sur le site du gouvernement
> Rapport " Compte personnel de prévention de la pénibilité : propositions pour un dispositif plus simple, plus sécurisé et mieux articulé avec la prévention"

Vieillissement

Parution de l'enquête Mercer 2015 sur le risque dépendance

Pour financer la perte d'autonomie, les Français ne peuvent pas compter sur leur entreprise. Sur 80 sociétés interrogées par la structure spécialisée dans le conseil en ressources humaines Mercer fin 2014, 91 % – soit 200 000 salariés – d'entre elles ne couvrent pas leurs salariés contre ce risque. La moitié d'entre elles estime qu'une prise en charge de la dépendance reste un projet à plus ou moins long terme.
> Enquête Mercer
> Risque dépendance : 91 % des entreprises ne couvrent pas leurs salariés, WK-RH, 18 mai 2015

Nominations

Pascal Cormery, 57 ans, exploitant agricole, a été élu président de la Caisse centrale de la MSA

par le nouveau Conseil d'administration lors de l'Assemblée générale élective qui s'est tenue le 28 mai 2015.

AUTRES REVUES DE PRESSE EN LIGNE

COORDONNEES DES JOURNAUX