DOC NEWS : VEILLE SUR L'ACTUALITÉ EN SANTÉ


Elaborées par les documentalistes de l'Irdes, Marie-Odile Safon et Véronique Suhard, les Doc News rassemblent de façon thématique les résultats de la veille documentaire sur l'actualité en santé, réalisée à partir de lettres d'actualités et de revues de presse en ligne, ainsi que du suivi de sites français et étrangers.

De périodicité bimensuelle, elles présentent les nouveautés sur la politique de santé selon les thématiques mentionnées ci-dessous :




DOC NEWS DU 29 AVRIL 2016

Assurance maladie

La PUMA remplace la CMU de base

Une lettre réseau de l'assurance maladie confirme, dans le cadre de la Protection universelle maladie (PUMa), la disparition de la CMU de base, de la notion d'ayant droit, du dispositif de maintien des droits aux prestations en nature maladie, de l'aide médicale d'État complémentaire.

> Site Gipsi

L'ACS : neuf mois de mise en oeuvre du nouveau dispositif

Dans sa dernière lettre, le Fonds Cmu dresse le bilan de la mise en oeuvre de la réforme de l'ACS. Un suivi du nombre de contrats éligibles à l'ACS souscrits a été mis en place avec les 11 groupements proposant une offre ACS. Au 29 février 2016, on compte 845 000 utilisateurs de l'aide sur les contrats A, B, C, ce qui correspond à un taux de montée en charge de 109 % par rapport aux effectifs rattachés aux 11 groupements au 31 mai 2015.

> Références, la lettre du Fonds CMU, avril 2016

Complémentaires santé : comment les nouvelles règles réduisent l'accès aux soins (reste à charge)

L'Opinion enquête sur l'impact des contrats dits "responsables" des complémentaires santé, qui concernent plus de neuf contrats santé sur dix en France. En échange du plafonnement de certaines garanties, ils permettent de bénéficier d'une taxation à 13,27% sur les primes (au lieu de 20,27%). Il s'agit officiellement de décourager la progression des dépassements et de ralentir la spirale inflationniste de certains secteurs, sur les frais d'optique notamment. Mais les plafonds prévus impactent surtout les dépenses de consultations de spécialiste ou d'interventions chirurgicales, pour lesquelles le reste à charge augmente. Selon Vincent Harel, directeur santé-prévoyance grands comptes chez Mercer, un accouchement par césarienne en Ile-de-France qui coûte en moyenne 1.200 € n'aurait entraîné aucun reste à charge avec les anciennes règles pour des garanties moyennes. Mais il peut aujourd'hui coûter 500 € à la patiente.

> L'Opinon, 17 avril 2016

Point d'étape sur l'amélioration de la protection sociale des indépendants

Six mois après le rapport des députés Fabrice Verdier et Sylviane Bulteau, puis la mise en place par ses ministres de tutelle du comité de suivi, le Régime social des indépendants (RSI) fait le point sur son fonctionnement et ses réalisations. Gérard Quevillon, président national, et Stéphane Seiller, directeur général, soulignent l'implication de leurs équipes et confirment les progrès réalisés pour une protection sociale des chefs d'entreprise indépendants solide, pérenne et efficace. Les avancées récentes portent notamment sur l'amélioration de la relation de service avec ses assurés, la simplification du parcours utilisateur et le renforcement de la couverture sociale.

> Lire le communiqué de presse

Le groupe MGEN-ISTYA-HARMONIE sera créé à l'automne : 1er groupe mutualiste de protection sociale

Le groupe MGEN-ISTYA-HARMONIE sera créé à l'automne. L'organisation, la gouvernance et les grandes orientations stratégiques sont maintenant définies. En plus des autorisations règlementaires (notamment de l'Autorité de la concurrence), le rapprochement doit être validé en juin et en juillet prochains lors des assemblées générales de chaque mutuelle impliquée, et le groupe pourra être constitué officiellement durant l'automne 2016. Le futur géant mutualiste sera, à la fois, le premier acteur de l'assurance santé qui pourrait couvrir près de "10 millions" de personnes, et le premier réseau d'offre de soins et de services privé non-lucratif. Le futur groupe comptera notamment 700 établissements de soins et services dans l'Hexagone. Chaque mutuelle conservera toutefois son identité.
> Le communiqué de presse

Déremboursement des prothèses dentaires : Rapport de la Cour des comptes

Dans un rapport provisoire, la Cour des comptes appelle la Sécurité sociale à ne plus rembourser les prothèses dentaires. En cause, le constat "accablant" d'un secteur qui est l'exemple de "faillite des politiques publiques face aux professionnels". Selon les magistrats, le "désengagement" des pouvoirs publics, le "manque de transparence du secteur", ainsi que "l'indigence des contrôles de la profession" expliquent aujourd'hui l'état de santé bucco-dentaire "médiocre" de la population française. Un cinquième des patients renoncent aujourd'hui à consulter leur dentiste, à cause de la progression des dépassements d'honoraires. La Cour appelle donc à "réformer profondément l'organisation des soins bucco-dentaires" en laissant les complémentaires santé rembourser seules les soins lourds (prothèses dentaires, etc.). Elle pourrait en contrepartie concentrer ses moyens sur les actes dentaires plus légers de prévention et d'entretien.
> Le Figaro, 25 avril 2016

Démographie

La localisation géographique des immigrés : Publication de l'Insee

Au 1er janvier 2012, la France compte 65,2 millions d'habitants dont 5,7 millions d'immigrés. La population immigrée est davantage concentrée sur le territoire que celle des non-immigrés. Ainsi, huit immigrés sur dix résident dans des grands pôles urbains, contre six non-immigrés sur dix. En particulier, 38 % des immigrés (2,2 millions de personnes) habitent dans l'aire urbaine de Paris, où résident par ailleurs 17 % des non-immigrés (10,2 millions de personnes). Les immigrés sont en revanche moins présents que les non-immigrés dans les zones peu ou très peu densément peuplées.
> Lire la suite sur le site de l'Insee

Economie de la santé

Avis du Comité d'alerte n°1 du 13 avril 2016 sur le respect de l'objectif national de dépenses d'assurance maladie

Les dépenses de santé ont atteint 181,8 milliards d'euros en 2015, un montant "très proche" de l'objectif fixé par le gouvernement, mais 2016 s'annonce "plus difficile que les années précédentes", prévient mercredi le comité d'alerte sur les dépenses d'assurance maladie.

> Site securite-sociale.fr

> Les Echos,14 avril 2016

Etat des lieux des soins de santé en 2014 : Etude du Cleiss

Comme chaque année, le CLEISS procède à l'état des lieux des dépenses de soins de santé en France des assurés des régimes étrangers et des dépenses à l'étranger des assurés des régimes français. L'étude s'intéresse, d'une part, aux soins de santé dispensés sur le territoire français à des assurés des régimes étrangers dans le cadre de la coordination (règlements européens et conventions bilatérales). Ainsi, en 2014, près de 734 000 assurés ont bénéficié de soins en France dans le cadre de la coordination pour un montant de près de 480 millions d'euros pris en charge par les institutions françaises. D'autre part, ce numéro traite des soins de santé servis à des assurés des régimes français à l'étranger, que les assurés aient fait l'avance des frais puis demandent le remboursement à leur retour en France ou que ces soins aient été pris en charge par l'institution étrangère dans le cadre des accords internationaux de sécurité sociale.

> Décryptage, n° 19, avril 2016

Etat de santé

Personnes en situation de prostitution/travailleurs du sexe : la HAS publie un état des lieux sanitaire pour améliorer l'accompagnement de ces personnes

Afin de mieux connaître l'état de santé des « personnes en situation de prostitution/travailleurs du sexe » et de contribuer à une politique de santé adaptée à leurs besoins notamment au travers de la définition d'une politique de réduction des risques, la HAS publie un rapport sur leur situation sanitaire. Ce document a été réalisé en concertation avec des représentants d'associations et de professionnels de santé.

> Rapport sur le site de la HAS

15 Recommandations pour un changement d'orientation de la politique des drogues en France - rapport de la Fédération Française d'Addictologie

Suite à une audition publique sur la réduction des risques et des dommages (RdRD) organisée les 7 et 8 avril 2016, ce rapport invite à un changement de paradigme vis à vis des conduites addictives.Plutôt que de « lutter contre » des produits et des comportements et de ne donner comme perspectives aux personnes ayant unproblème avec ces conduites que la stigmatisation et l'abstinence, la RdRD vise en priorité à prévenir et à diminuer les conséquences négatives, sanitaires et sociales, des conduites addictives, avec de biens meilleurs résultats tant pour la société que pour les individus.

> Rapport en ligne sur le site de la FFA

Baisse de l'incidence et de la mortalité par cancer : : Bilan 2015 de l'INCA

Selon le bilan 2015 de l'Institut national du cancer (INCa), 211.000 nouveaux cas de cancers ont été diagnostiqués l'année dernière chez les hommes. Soit une incidence en baisse de 1,3% entre 2005 et 2012. Chez les femmes, l'Institut relève 174.000 nouveaux cas en 2015, soit cette fois une légère hausse de 0,2%, qui tend toutefois à ralentir sur le moyen terme, précise Le Généraliste. En 2015, 150.000 décès liés à un cancer ont été recensés, un peu plus (84.100) chez les hommes que chez les femmes (65.400). Mais la tendance est un peu plus favorable aux premiers: taux de mortalité en baisse de 1,5% par an entre 1980 et 2012 et même de 2,9% sur une plus courte période (2005-2012). Chez les femmes, le taux de mortalité baisse de 1% par an de 1980 à 2012, avec là encore une accélération de la décélération de 2005 à 2012 (-1,4%). Des chiffres qui témoignent une nouvelle fois des progrès faits dans le traitement des cancers, avec notamment une hausse de 5% des patients pris en charge dans les établissements hospitaliers en 2014, par rapport à 2010.
> Site de l'Inca

Géographie de la santé

Carte de France des victimes des pesticides

Générations Futures a collecté plusieurs centaines de témoignages de victimes de pesticides et a commencé à les recenser sur une carte de France interactive qui indique les points noirs des traitements qui auraient eu des incidences sur la santé des riverains ou de professionnels exposés.. L'association a ainsi géolocalisé environ 400 témoignages de victimes, professionnels ou riverains, qui se disent exposés aux pulvérisations de produits chimiques. Les problèmes sont présents dans toutes les régions, ou presque. Si l'on compare ces données avec une carte du recensement agricole en France, on s'aperçoit que les témoignages sont les plus nombreux dans les régions de cultures céréalières, de vignobles, maraîchères... Sur le site victimes-pesticides.fr, il suffit de cliquer sur la carte pour avoir accès aux témoignages, écrits ou par vidéo, validés par leurs auteurs. Parmi la vingtaine de témoignages d'exploitants et salariés agricoles figurent ceux d'agriculteurs dont la maladie a été reconnue maladie professionnelle ou est "en cours de reconnaissance professionnelle".
> Site de Générations Futures

Handicap

Accès à la santé des personnes en situation de handicap et de précarité : Etude de la MRIE Rhône-Alpes

Cet état des lieux a été réalisé entre janvier 2015 et janvier 2016, avec l'objectif de proposer des réponses à partir de l'analyse des situations constatées sur les territoires de la métropole de Lyon et du département du Rhône.

> Site de la MRIE

Hôpital

Qu'est-ce qu'un établissement de santé ? Dossier de vie publique

Au sommaire du dossier en ligne : Qu'est-ce qu'un établissement de santé ? ; Quelles sont les missions des établissements de santé ? Que sont les établissements publics de santé ? Que sont les établissements de santé privés d'intérêt collectif ? Que sont les établissements de santé privés à but lucratif ? etc.

> Site de Vie Publique

AVC : une prise en charge précoce réduit le risque de moitié

Une étude internationale publiée hier dans le New England Journal of Medicine, montre que dans 25% des cas, un accident vasculaire cérébral (AVC), est précédé d'un accident ischémique transitoire (AIT). La prise en charge de ces patients dans les 24 heures après son apparition permet de réduire de moitié le risque d'AVC. En France, entre 15.000 et 25.000 AVC pourraient ainsi être évités chaque année si les victimes étaient prises en charge dès l'apparition des premiers signes, note Pourquoi Docteur. Certains pays, comme l'Angleterre, ont d'ailleurs déjà ouvert des services spécialisés dans la prise en charge des AIT. "La France, elle, n'a pas sauté le pas. Seulement deux de ces cliniques existent dans le pays, celle de Bichat à Paris et une autre au CHU de Toulouse-Rangueil.

> Pourquoi Docteur, 22 avril 2016

> The New England Journal of Medicine

Absentéisme : la liste noire des hôpitaux du Figaro

20/04/16 - Une enquête du Figaro, réalisée à partir des "Données des bilans sociaux des établissements, via HospiDiag", montre que pas moins de 22 hôpitaux publics français ont connu en 2014 un taux d'absentéisme supérieur à 30 jours par agent hospitalier et par an. C'est sept jours de plus que la moyenne des 329 établissements publics de plus de 300 employés (23,8 jours), base retenue par Le Figaro pour son enquête, qui est déjà plus élevée de 7 jours que dans le privé, tous secteurs confondus.
> Le Figaro, 20 avril 2016

Les unités de soins de longue durée (USLD) - Rapport IGAS 

Ce rapport décrit les missions et modes de fonctionnement des USLD, en s'attachant à présenter ce qui les différencie et les rapproche des EHPAD. La deuxième partie consacrée aux questions liées à la tarification montre notamment l'inadaptation aux USLD de certains des outils utilisés. La troisième tente de présenter un état des lieux populationnel en dépit du caractère insuffisant des informations disponibles. La quatrième met en garde contre le risque de dénaturer la vocation des USLD si on en fait " la " solution d'aval de la prise en charge d'un ensemble composite de diverses pathologies ou déficiences. Enfin, le rapport propose deux scenarios d'évolution des USLD, qui nécessitent de préciser et de redéfinir leurs missions et leur articulation avec d'autres structures.
> Site de l'Igas

Inégalités sociales de santé       

Plan pluriannuel contre la pauvreté et pour l'inclusion sociale - Bilan 2013-2015 et perspectives 2016-2017

Bilan des politiques d'accès à l'emploi, aux soins, à l'éducation, au logement et les aides aux familles mis en oeuvre depuis la mise en place du plan.

> Dossier de presse et chiffres clés sur le site du Ministère

Médicaments   

NTIC : open data, internet

Ouverture du portail des Maisons de services au public

Les Maisons de services au public délivrent une offre de proximité en permettant aux habitants de zones isolées de trouver des informations et faire des démarches administratives en un lieu unique. Elle offre aux habitants une aide, une écoute et un accompagnement dans leurs démarches de la vie quotidienne : aides et prestations sociales, emploi, insertion, retraite, énergie, prévention santé, accès aux droits,  mobilité, vie associative…
Ce site est doté d'un outil cartographique pour trouver une maison par géolocalisation ou recherche manuelle.

> Site du portail

Verrouillage des données de santé : Rapport de la Cour des comptes

"Un retard considérable a été pris dans l'exploitation du système national d'information inter-régime de l'Assurance-maladie (Sniiram) au bénéfice de la santé publique, de la recherche", estime la Cour des comptes dans un rapport cité hier par le site spécialisé Acteurs publics. On retrouve notamment parmi ces données les prescriptions de médicaments ou encore les remboursements de la Sécurité sociale. Selon l'institution, "la Caisse gère les données comme si elle en était propriétaire, alors qu'elle ne devrait être qu'un support technique". La gestion des conditions d'accès à la base est en outre laissée à "des acteurs plus souvent rivaux que complémentaires, l'Institut des données de santé (IDS) et Cnil (Commission nationale de l'informatique et des libertés, NDLR), l'un plutôt libéral au regard des possibilités d'ouverture, l'autre, au contraire, d'approche très restrictive", d'après la Cour des comptes.

> Le Point, 19 avril 2016

L'Assurance Maladie lance une nouvelle application mobile pour smartphone : l'annuaire santé d'ameli

L'Assurance Maladie lance une nouvelle application mobile gratuite : l'annuaire santé d'ameli.  Elle permet d'avoir des informations sur les tarifs, horaires, spécialité, localisation, carte Vitale des professionnels de santé sur son smartphone.

> Communiqué de presse

Ameli lance son appli mobile " Annuaire santé "

L'Assurance maladie alance son application mobile " Annuaire santé ", qui permet de rechercher un professionnel ou un établissement de santé (hôpitaux publics, privés ou cliniques), et d'en connaître les tarifs, les horaires, la spécialité, la localisation, l'utilisation de la carte Vitale...Disponible gratuitement sur Apple store et Google play, la nouvelle appli pour smartphone de l'Assurance maladie est la transposition de l'annuaire santé disponible sur Internet. Très simple d'utilisation, elle permet également de prendre rendez-vous via la fonction " click to call " ("cliquer pour appeler"), et de se rendre chez ce professionnel de santé en suivant l'itinéraire grâce au système de géolocalisation.
> Le communiqué de presse de la CNAMTS, 19 avril 2016

Ouverture des données, dématérialisation... amélioration continue des services aux usagers : Rapport de la DILA

Ce rapport d'activité 2015 présente les activités, les marques historiques (Journal officiel, La Documentation française) et les services publics (Légifrance, service-public.fr, 3939 Allo Service public, BODACC, BOAMP, vie-publique.fr) de la direction de l'information légale et administrative (DILA). La DILA, administration centrale dont les missions et services touchent directement le quotidien des particuliers, des professionnels et de la sphère publique, assure notamment la gestion et la coordination des sites publics les plus fréquentés comme Légifrance.gouv.fr avec 112 millions de visites ou Service-public.fr avec 285 millions de visites, dans le cadre de leur mission de service public de diffusion gratuite du droit et de l'information administrative.

> Site de la DILA

Big data  en santé : une grande consultation en ligne

Lettre d'Espace social européen, 25 avril 2016
Marisol Touraine a annoncé vendredi le lancement d'une grande consultation en ligne sur les données de santé, sur le site faire-simple.gouv.fr. Cette initiative vise ainsi à "compléter" les travaux du groupe de réflexion installé en septembre dernier, dont les conclusions seront présentées au 2ème semestre. Par ailleurs, la ministre présentera "très prochainement" la stratégie e-santé 2020.
 > Site de la Consultation publique

Politique de santé, politique sociale  

Projet stratégique 2015-2017 de la Direction Générale de l'offre de soins (DGOS) : Moderniser l'offre de soins

La DGOS dévoile sa feuille de route pour 2015-2017 déclinée en 4 axes principaux : développer les soins primaires, optimiser les parcours et le financement de l'offre de soins, -favoriser l'innovation et améliorer la performance des offreurs de soins, - développer les compétences des professionnels et promouvoir le dialogue social, - renforcer l'appui au pilotage stratégique et la performance de la DGOS.

> Sur le site du ministère

Repenser les minima sociaux : les préconisations du rapport Sirugue

Espace social européen, 19 avril 2016
 Le rapport Sirugue, remis hier à Manuel Valls, évoque l'accès des 18-25 ans aux minima sociaux, mais le Haut Conseil à la Famille, placé sous la présidence du Premier ministre et présidé par Bertrand Fragonard, a également travaillé sur le thème de la jeunesse et remettra à la fin du mois les résultats de son enquête dédiée.
De leur côté, les propositions de Christophe Sirugue s'inscrivent dans un cadre plus global puisqu'il s'agit de "repenser les minima sociaux". Parmi les trois scénarios présentés, le député PS privilégie celui d'une "couverture socle commune unique" remplaçant les 10 dispositifs existants et financée par l'Etat. A ce revenu minimum d'environ 400 € par mois, s'ajoute un "complément d'insertion" pour les actifs de plus de 18 ans (financé par les départements) et un "complément de soutien" pour les personnes âgées de 65  ou plus, les invalides, ... (financé par l'Etat). Une refonte qui "mettra du temps à se réaliser".
Autre scénario: la mise en oeuvre de 12 mesures de simplification, au 1er janvier 2017, notamment en alignant l'Allocation de solidarité spécifique (ASS) et le RSA, ou en mettant fin à certaines possibilités de cumul. Enfin, 3ème voie, réduire à 5 le nombre de dispositifs existants "à l'horizon 2020". "L'ensemble des propositions visant à simplifier et harmoniser les prestations doivent être mises en oeuvre très rapidement", a déclaré Manuel Valls dans un communiqué.
> Le rapport

> La synthèse

Politique publique  

Prévention  

Rapport d'orientation et recommandations de la commission publique sur la réduction des risques et des dommages liés aux conduites addictives

La Fédération Française d'addictologie vient de publier le rapport de l'audition publique qu'elle a organisée les 7 et 8 avril avec le soutien méthodologique de la Haute Autorité de Santé sur la réduction des risques et des dommages (RdRD) liés aux conduites addictives. Au-delà de son intérêt de synthèse historique, sur le concept et sa philosophie, le rapport propose un état des lieux de la mise en oeuvre de la RdRD en France et présente les quinze recommandations issues de l'audition publique. Parmi celles-ci, la dépénalisation de l'usage et la réflexion sur la régulation des marchés des produits licites et illicites, le débat sociétal – en lien avec les collectivités territoriales- sur les enjeux des addictions et les stratégies de la RdRD marquent particulièrement le changement de paradigme indispensable à son développement. Enfin, le rapport rappelle que le préalable à la RdRD réside dans une alliance entre intervenant et usager/personne ayant une conduite addictive, où le droit du libre choix et le savoir des usagers est reconnu.
> Site de la FFA

Le gouvernement lance un site d'information sur la vaccination

L'Institut de prévention et d'éducation à la santé a mis en ligne le site Vaccination Info Service, avec l'objectif d'informer les usagers de manière fiable et transparente. Il traite notamment de l'impact de la vaccination sur l'organisme, qui permet de renforcer les défenses naturelles. Et rappelle notamment que l'aluminium, utilisé depuis 1962, est "sans danger". Afin de démontrer l'efficacité d'une bonne couverture vaccinale, le site reprend l'exemple des Etats-Unis, où après la baisse du nombre de personnes immunisées contre la polio, s'est accompagnée d'une résurgence de la maladie. 21.000 cas ont été notifiés en 2013, contre seulement 1.000, trente ans plus tôt.

> Site de l'INPES

Prévision – Evaluation - Méthodologie

Psychiatrie    

Réglementation

L'Agence nationale de santé publique entre en action le 1er mai

La ministre de la Santé Marisol Touraine a présenté mercredi devant le conseil des ministres l'ordonnance portant création de l'Agence nationale de santé publique (ANSP). Le texte, publié ce vendredi au  Journal officiel, annonce son lancement le 1er mai 2016. Reprenant les missions de l'Institut de veille sanitaire (InVS), de l'Institut national de prévention et d'éducation pour la santé (INPES) et de l'Etablissement de préparation et de réponse aux urgences sanitaires (EPRUS), l'ANSP est chargée de l'observation épidémiologique et de la surveillance de l'état de santé des populations.

> Site de Legifrance

Soins de santé primaire   

Médecine de ville : le « patient traceur » pour améliorer le parcours de santé des patients

Pour certains patients, se faire soigner en ville mobilise plusieurs professionnels de santé, dans un parcours complexe. Améliorer la qualité et la sécurité de leurs soins nécessite d'analyser l'organisation de ces parcours et les interfaces entre professionnels de santé. Après avoir réalisé une expérimentation sur le terrain, la Haute Autorité de Santé (HAS) propose la méthode du « patient-traceur », déjà utilisée dans le secteur hospitalier. cette démarche vise à améliorer l'organisation de la prise en charge des patients et la coordination des professionnels.

> Communiqué de presse

> Guide méthodologique

Rosp 2015 : 6756 euros en moyenne pour les généralistes

Le montant moyen de la ROSP (rémunération sur objectifs de santé publique) a augmenté de 7% par rapport à 2014, selon Nicolas Revel, directeur de la CNAMTS dans une interview publiée dans le Quotidien du Médecin.

Un bilan sur 4 ans montre  l'intérêt du dispositif comme levier d'évolution des pratiques chez les plus de 110 000 médecins libéraux éligibles. Entre 2011 et 2015, celle-ci a encouragé une prise en charge améliorée des malades chroniques et une prescription plus pertinente et efficiente au service de la maitrise des dépenses de santé ; de plus, elle a agi comme levier de modernisation du cabinet médical, pour le bénéfice des patients. Le taux d'atteinte global pour les médecins généralistes et les médecins à expertise particulière1 est passé de 52,9% à 68,3%2 entre 2012 et 2015. Seul bémol, les indicateurs du volet prévention ne progressent pas.

> Communiqué de la CNAMTS

> Le Quotidien du Médecin, 21 avril 2016

Hausse de 2,7 % des revenus nets des médecins libéraux en 2014 selon les chiffres de la CARMF

 Après une année de quasi-stagnation (+0,9 % en 2013), les revenus nets (avant impôt) des médecins libéraux ont rebondi en 2014, en hausse de 2,69 % par rapport à 2013 (tous praticiens et secteurs confondus), selon les chiffres dévoilés mercredi 20 avril 2016 par la Caisse autonome de retraite des médecins de France (CARMF). L'augmentation représente seulement 2,28 % en tenant compte de l'inflation 2014 (0,41 %). D'après la Carmf, ce ne serait pas dû à une bonification des actes, mais à une surcharge de travail. En moyenne, les 46 566 spécialistes libéraux s'en sortent mieux que les 58 671 généralistes, quel que soit le secteur d'exercice. L

> Le Quotidien du médecin, 20 avril 2016

La Sécu veut inciter les médecins à réduire le nombre des arrêts maladie

L'Assurance-maladie veut introduire un "malus concernant la rémunération des indicateurs d'efficience" pour les médecins qui ne rempliraient pas les objectifs de santé publique qui leur sont assignés. La proposition, qui figure dans un document préparatoire présenté par Le Figaro, doit être faite ce jeudi lors des négociations tarifaires entre les syndicats et la Sécu. Elle porte plus spécifiquement sur la façon dont les praticiens dressent leur ordonnance, en prescrivant des génériques par exemple. Jusqu'à présent, les médecins qui obtenaient de très mauvais résultats ne se voyaient pas infliger de pénalités. Ils obtenaient un score minimal ou nul sur les indicateurs en question, avec donc une prime annuelle réduite sur ces indicateurs. Le malus de l'Assurance-maladie pourrait donc permettre d'aboutir à un score négatif, quand certains des indicateurs se situent "en deçà d'un objectif minimum". De quoi amputer fortement le montant de la rémunération sur objectifs de santé publique (Rosp). De nouveaux critères d'"efficience" pourraient de plus être introduits, notamment sur le respect des référentiels en matière d'arrêts maladie, 5 jours d'arrêt pour une grippe par exemple. Un sujet brûlant, alors que les dépenses d'indemnités journalières payées au salarié arrêté bondissent depuis plus d'un an.
> Le Figaro, 27 avril 2016

Sondages     

5e édition de l'Observatoire des professions libérales de santé

Cette enquête menée auprès de 486 professionnels de santé : médecins généralistes, chirurgiens- dentistes, pharmaciens, infirmiers, kinésithérapeutesostéopathes, vétérinaires, biologistes, radiologues.

L'édition 2016 met l'accent sur la manière dont les professions libérales de santé perçoivent les évolutions de l'offre de santé et la révolution numérique à laquelle ils doivent faire face.

> Résultats de l'enquête

Statistiques - Méthodologie    

Le Recensement rénové : avancées méthodologiques et apports à la connaissance : Publication de l'Insee

Le dernier numéro d'Economie et statistique de l'Insee porte sur la rénovation de la méthodologie du recencement de la population en France : passage à une collecte par sondage, dynamaique des communes...
> Site de l'Insee

Systèmes de santé     

Travail et santé

Le bore-out, nouveau risque psychosocial ? Quand s'ennuyer au travail devient douloureux

Bataille, S. In Références en santé au travail, n°145, mars 2016, pp.19-27.
Si la surcharge de travail peut être à l'origine du burnout, la baisse ou le manque d'activité de travail inscrit le bore-out au tableau des risques psychosociaux. Le " Bore-out Syndrom " prend racine dans les terreaux fertiles des réorganisations qui se succèdent, laissant des services entiers sans mission bien définie.

 > Bataille, S. ; in Références en santé au travail, n°145, mars 2016, pp.19-27.

"Santé et bien-être des salariés, performance des entreprises" : Rapport 2015 de Malakoff Médéric

Depuis 2009, Malakoff Médéric mène une politique soutenue d'études, de recherches et d'expérimentations pour comprendre les déterminants de la santé et de la qualité de vie au travail, leur lien avec la performance de l'entreprise, et leur évolution au fil des années. Le rapport 2015 présente les principaux résultats de trois grandes études de référence réalisées par Malakoff Médéric en 2015 : 7e étude Santé et bien-être au travail ; étude Absentéisme (4e édition) ; étude "Regards croisés" auprès des dirigeants et des salariés (1ere édition). Le rapport couvre des thématiques larges : conditions de travail, accélération du changement, qualité de vie au travail, allongement de la vie professionnelle, respect des obligations règlementaires, prévention des risques professionnels, conciliation vie professionnelle/vie personnelle, hygiène de vie, absentéisme..., complété d'un focus sur les TPE-PME.
> Site de Malakoff Médéric

Vieillissement

Travaux d'approfondissement sur les indicateurs en vue du rapport annuel de juin 2016 : travaux du Cor

Dans le cadre de la mission du Conseil « de produire, au plus tard le 15 juin, un document annuel et public sur le système de retraite, fondé sur des indicateurs de suivi définis par décret au regard des objectifs énoncés » (art. L 114-2-4 CSS), ce dossier est consacré à l'approfondissement des indicateurs du rapport de juin 2016 et aux conséquences sur ces derniers de l'accord AGIRC-ARRCO du 30 octobre 2015. Il poursuit la réflexion relative aux indicateurs d'équité, notamment de durée de carrière, et expose un nouveau format, plus lisible, des résultats, notamment financiers. Enfin, il revient sur la construction des scénarios économiques en vue de l'exercice de projection de 2017.

> Site du Cor

Nominations

AUTRES REVUES DE PRESSE EN LIGNE

COORDONNEES DES JOURNAUX