DOC NEWS : VEILLE SUR L'ACTUALITÉ EN SANTÉ


Elaborées par les documentalistes de l'Irdes, Marie-Odile Safon et Véronique Suhard, les Doc News rassemblent de façon thématique les résultats de la veille documentaire sur l'actualité en santé, réalisée à partir de lettres d'actualités et de revues de presse en ligne, ainsi que du suivi de sites français et étrangers.

De périodicité bimensuelle, elles présentent les nouveautés sur la politique de santé selon les thématiques mentionnées ci-dessous :




DOC NEWS DU 16 DECEMBRE 2016

Assurance maladie

Complémentaire santé: des remboursements en baisse pour les salariés

Selon une étude de Mercer, leadeur mondial du conseil en ressources humaines, santé et prévoyance, la somme restant à la charge du patient pour des honoraires facturés à l'hôpital est en effet passée de 8,40 € en moyenne en 2015 à 16,90 € un an plus tard, soit une hausse de 101% en un an. Pour une consultation chez les spécialistes, la baisse des remboursements prévue dans les contrats responsables a entraîné une envolée du reste à charge de 130% (4,60 €, contre 2 € en 2015). Chez le généraliste, la dérive est plus modeste, mais atteint tout de même 19%, ajoute Le Parisien. Une tendance qui a poussé certains assurés à changer de médecin pour aller chez un professionnel moins cher ou à prendre une surcomplémentaire, avec un surcoût moyen de 20 € par mois. "La surprise, c'est que ce ne sont pas les cols blancs qui ont souscrit, mais les salariés plus modestes, ceux qui ne peuvent supporter un reste à charge. En voulant favoriser l'accès aux soins, on a créé une nouvelle inégalité face aux remboursements", souligne Vincent Harel, directeur adjoint santé et prévoyance chez Mercer France.
> Le Parisien, 29 novembre 2016

L'extension de l'assurance santé privée : une stratégie inégalitaire et inefficace

> Batifoulier P. Centre d'économie de l'Université Paris Nord,  CEPN policy brief. n°8. 2016.

Economie de la santé

Le projet de loi de financement de la sécurité sociale pour 2017 est définitivement adopté

> Le Monde, 5 décembre 2016

> Communiqué de presse du ministère de la santé et des affaires sociales

Marché de l'audioprothèse en 2015 – Etude Cnamts

En 2015, près de 630 000 audioprothèses ont été vendues à plus de 360 000 patients. De fait, avec un marché représentant environ un milliard d'euros, le secteur de l'audioprothèse constitue une dépense de santé significative mais dont la prise en charge collective est relativement limitée (134 millions d'euros à la charge de l'assurance maladie obligatoire). De plus, le secteur connait une dynamique forte avec une croissance moyenne de 6,6 % par an depuis 2006, liée à une augmentation du taux de recours ainsi qu'à des facteurs démographiques d'autant plus importants que ce sont les personnes âgées qui ont naturellement un recours plus élevé à ce type d'appareil, la prévalence des limitations auditives augmentant avec l'âge.

> Sur ameli.fr

L'Autorité de la concurrence rend ses conclusions sur le marché des audioprothèses

Constatant le prix élevé de l'appareillage auditif (1.500 euros en moyenne par oreille, le reste à charge pour le patient autour de 1.000 euros), l'Autorité de la concurrence a lancé une vaste enquête sectorielle afin de cerner les éventuels dysfonctionnements du marché. Au terme de son enquête, l'Autorité préconise de séparer l'achat de l'appareillage des prestations de suivi ultérieures et de supprimer le numerus clausus annuel  limitant le nombre d'étudiants audioprothésistes.

> Communiqué de presse de l'Autorité de la concurrence

> Avis 16-A-24 du 14 décembre 2016 relatif au fonctionnement de la concurrence dans le secteur des audioprothèses

Les députés et sénateurs Les Républicains ont saisi, vendredi, le Conseil constitutionnel sur le PLFSS 2017

Les députés et sénateurs Les Républicains ont saisi, vendredi, le Conseil constitutionnel sur le PLFSS 2017. Les parlementaires de la chambre haute ont centré leur saisine sur 3 articles. Le premier (28) porte sur la taxation des distributeurs pour atteinte à  "l'égalité devant les charges publiques". Également épinglées, les clauses de désignation en prévoyance (article 32), elles constitueraient un "cavalier" et seraient contraires aux libertés d'entreprendre et contractuelle. Enfin, la protection maternité ou paternité des médecins en secteur 1 (article 72), constituerait une "atteinte au principe d'égalité". De leur côté, les députés ont déferré l'ensemble du texte, contraire selon eux aux "engagements de maîtrise des dépenses publiques et des déficits". Ils saisissent également les sages des dispositions ci-dessus. S'ajoutent l'article 18 sur les revenus tirés des location via plates-formes collaboratives, estimé contraire au "principe d'égalité devant la loi", ainsi que l'article 50 prévoyant la construction d'un régime unique pour les entrepreneurs, artisans, commerçants ou libéraux pour "incompétence négative du législateur". Sur le médicament, la saisine intègre la remise associée à la prise en charge des produits innovants et coûteux bénéficiant d'une ATU (article 97), pour non respect de la liberté contractuelle; ainsi que les précisions apportées sur les critères de fixation et de révision du prix du médicament.

Etat de santé

Rapport de l'Onusida

Le rapport fait le point sur les progrès accomplis notamment en matière de prévention et d'accès au traitement et souligne que 18 millions de personnes ont aujourd'hui accès au traitement, parmi lesquelles un nombre croissant d'enfants. Il souligne néanmoins l'existence de risques nouveaux à maîtriser pour accélérer le processus d'accès aux traitements et de diminution des contaminations, dans la perspective de juguler l'épidémie de sida à l'horizon 2030 ; pour y parvenir il propose de développer une approche fondée sur le cycle de vie, de manière à adapter des stratégies spécifiques, de l'enfance à l'âge adulte, et de prendre ainsi en compte les moments de la vie où les personnes sont particulièrement vulnérables au VIH ; l'accent est mis notamment sur les jeunes femmes de 15 à 24 ans, période de la vie particulièrement à risque de contamination. Le rapport met aussi en évidence les résistances au traitement et la nécessité d'articuler les programmes de lutte contre le VIH avec les programmes contre la tuberculose (TB), le papillomavirus humain (HPV), le cancer du col de l'utérus et l'hépatite C afin de diminuer les principales causes de maladie et de décès parmi les personnes vivant avec le VIH.
> Site Onusida

Consommation de tabac dans l'Union Européenne : 1 personne sur 4 âgée de 15 ans et plus est un fumeur

Selon les chiffres Eurostat, tirés de l'enquête par interview, les pays les plus touchés sont la Bulgarie et la Grèce; alors que l'Angleterre et la Suède ont la plus faible proportion de fumeur. Autres résultats : les hommes sont les plus forts consommateurs de tabac, et le tabagisme passif atteindrait 1 personne sur 5 au sein de l'Union européenne

> Lire le communiqué de presse d'Eurostat

Un Français sur six est touché par une pathologie chronique

Le nombre de personnes prises en charge pour une affection de longue durée (ALD) a dépassé la barre des 10 millions en 2015, pour culminer à 10,099 millions, au seul régime général de la Sécurité sociale. Un chiffre élevé: 16,6% de la population française est désormais touchée par une pathologie chronique: diabète, insuffisance cardiaque, Alzheimer... et près de trois personnes en ALD sur dix vivent sous ce régime depuis dix ans ou plus. L'année dernière, l'Assurance-maladie a enregistré 1,4 million de nouveaux entrants dans le dispositif qui donne droit à une prise en charge à 100 % par la Sécurité sociale, au tiers payant chez les médecins libéraux, et à l'exonération du ticket modérateur à l'hôpital. Une partie des autres bénéficiaires ont guéri ou sont décédés dans l'année, d'autres souffrent d'affections multiples (1,3 ALD en moyenne par bénéficiaire), mais au final la population en ALD s'accroît d'environ 200.000 individus net par an, et même de 235.000 en 2015. Principale cause: la croissance de la population et son vieillissement. Pour les septuagénaires entre 75 et 79 ans, la prévalence est par exemple de 60 % chez les hommes, et de 46 % chez les femmes. Une récente étude de l'Assurance-maladie pointe également "la progression de l'incidence et de l'allongement de l'espérance de vie propres à certaines pathologies". Autrement dit, on a plus de risques qu'autrefois d'attraper certains cancers, mais aussi plus de chances de vivre longtemps avec cette maladie.
> Site de la Cnamts

Géographie de la santé

Handicap

Le comité interministériel du handicap, réuni le 2 décembre 2016 annonce 90 mesures à destination des personnes handicapées

Crée en 2009, le comité interministériel du Handicap est « chargé de définir, coordonner et évaluer les politiques conduites par l'État en faveur des personnes handicapées. A l'occasion de sa 2ème réunion, le comité a annoncé plusieurs mesures réparties en 24 domaines. Plusieurs mesures concernent l'accès à la prévention et aux soins : développement de la prévention et de l'éducation à la santé de façon adaptée aux besoins des personnes handicapées ;  développement des dispositifs de consultations dédiées pour les personnes en situation de handicap ; développement des dispositifs de consultations dédiées pour les personnes en situation de handicap ; amélioration de la prise en charge financière des audioprothèses. Les autres mesures concernent, en autres, les politiques en matière d'emploi, d'éducation, d'habitat, la compensation du handicap etc.

> Les propositions détaillées sur le site du ministère de la santé

Hôpital

Marisol Touraine annonce le dégel de 100 M€ de crédits hospitaliers

Ce dégel de 100 M€  sera prélevé sur les 366 millions mis en réserve en début d'exercice pour garantir le respect de l'Objectif National des dépenses d'assurance Maladie (ONDAM). La FHF prend acte de cette décision mais réitère sa demande initiale de restitution totale des crédits sur le champ MCO comme sur la dotation annuelle de financement.

> Le Parisien, 8 décembre 2016

Inégalités sociales de santé       

Estimation avancée du taux de pauvreté et des indicateurs d'inégalités. Résultats expérimentaux pour 2015 – Etude Insee

A l'aide d'une méthode de microsimulation, l'INSEE publie des estimations du taux de pauvreté et des indicateurs d'inégalités à la hausse pour l'année 2015. Ainsi, le taux de pauvreté en 2015 s'élèverait à 14,3 %, après 14,1 % en 2014. Parallèlement,  la tendance à la hausse des inégalités de niveau de vie entamée en 2014 se poursuivrait en 2015.

> Sur le site de l'INSEE

> Le Monde, 5 décembre 2016

Médicaments   

L'Etat s'attaque aux prix des médicaments de l'hépatite C

Suite aux négociations avec le Comité d'évaluation des produits de santé dans le cadre de l'"universalisation" des nouveaux traitements de l'hépatite C, le laboratoire MSD a accepté un prix public inférieur à 30.000 € pour trois mois de Zepatier® (grazoprevir et elbasvir). Cet accord, révélé par Les Echos, devrait permettre aux pouvoirs publics de réduire également les prix des autres médicaments, et de renforcer la concurrence sur ce segment avec les produits des autres laboratoires. Pour 2017, le gouvernement espère ainsi réduire de 100 millions d'€ la facture annuelle de ces médicaments innovants, autour de 600 millions.

> Les Echos, 1er décembre 2016

Génériques : les pharmaciens refusent de participer à l'effort sans contrepartie

La Fédération des syndicats pharmaceutiques de France (FSPF) a claqué la porte des négociations destinées à déterminer les baisses de prix de génériques, une mesure censée générer d'importantes économies dans le cadre du PLFSS 2017. Le Comité économique des produits de santé (CEPS) "a décidé, sans concertation, que 210 millions d'€ d'économies (seraient) réalisés grâce à des mesures de baisse de prix" des génériques déplore le premier syndicat de la profession. Soit la plus grande partie des 340 millions d'€ d'économies prévus dans le budget 2017 de la Sécurité sociale sur la ligne "promotion et développement des génériques". Or ce plan aura un impact particulièrement négatif sur l'économie de l'officine.

> La Tribune, 1er décembre 2016

Médicaments d'ordonnance : une croissance de 4 à 7% d'ici à 2021, selon QuintilesIMS

Les dépenses mondiales consacrées aux médicaments sur ordonnance atteindront près de 1.500 milliards de $ (1.393 milliards d'€) en 2021, selon les prévisions de QuintilesIMS, citées par Investir. Il s'agit cependant des prix de gros. En tenant compte des réductions et des rabais consentis notamment aux assureurs santé, les dépenses nettes seront plus proches des 1.000 milliards de $ en 2021, précise l'étude. Le taux annuel de croissance au cours des cinq prochaines années devrait donc être compris entre 4 et 7%. Un chiffre moins élevé qu'en 2014 et 2015, deux années où la hausse des dépenses (9%) s'est d'abord appuyée sur l'arrivée des nouveaux traitements de l'hépatite C. La croissance des dépenses aux Etats-Unis devrait aussi ralentir légèrement pour se rapprocher de la moyenne mondiale, contre 12% en 2015. Le pays reste de loin le plus grand marché, avec 675 milliards de dépenses attendues en 2021 (hors rabais).

Observatoire 2016 des prix des médicaments de Familles rurales : des prix qui passent du simple au triple selon les pharmacies

Familles Rurales publie les résultats de son observatoire des prix des médicaments en vente libre relevés dans 80 pharmacies. En complément, le Mouvement a réalisé une enquête auprès de 700 familles sur les missions des pharmaciens. Ces deux enquêtes ont montré, en autres, que les différences de prix peuvent être importantes d'une pharmacie à l'autre, que les prix concurrentiels de la vente en ligne sont grevés par les frais de livraison et que la comparaison des prix entre pharmacies et grandes ou moyennes surfaces s'avère difficile.

> Dossier de presse

> Les Echos, 13 décembre 2016

NTIC : open data, internet

La Mutualité française lance un site participatif pour placer la santé au coeur de la campagne présidentielle

Ce site, crée en partenariat avec trois think tanks,  placedelaSante.fr, décrypte les programmes des candidats en matière de santé et de protection sociale et invite les citoyens à contribuer au débat sur ces sujets.

> placedelasante.fr

> Mutualité.fr, 1er décembre 2016

L'OFDT met en ligne un nouveau site internet à destination des jeunes : jeunes-addictions-ofdt.com

Ce site présente un ouvrage qui fait le point sur les pratiques addictives des 11-25 ans afin de mieux les comprendre et en décrire les conséquences. Le site permet de visionner  des vidéos d'interviews de différents membres de l'OFDT abordant le phénomène sous des angles particuliers. Il  comporte également des questions/réponses, des infographies permettant de saisir simplement quelques faits marquant observés, ainsi qu'un quizz.

> http://www.jeunes-addictions-ofdt.com/

> L'ouvrage en format pdf

Politique de santé, politique sociale  

La Mutualité française veut éclairer le débat sur la santé

La Mutualité française lance un site de débat, qui passe au crible les mesures santé des candidats à l'élection présidentielle. Conçu avec plusieurs think-tanks partenaires comme la Fondapol, la Fondation Jean-Jaurès et Terra Nova, le site se veut à la fois pédagogique pour le grand public et participatif. Il rappelle notamment que la Sécu rembourse 76% des dépenses de santé des Français, les complémentaires 14%, et 10% restent à la charge des ménages. Le site chiffre également l'impact financier pour les Français des mesures présentées. Il évalue par exemple à 300 € par an et par Français (soit environ 20 milliards à l'échelle nationale) le surcoût pour le public du programme santé de François Fillon, qui souhaite faire rembourser les gros risques par la Sécu et les petits par les mutuelles. La proposition de Jean-Luc Mélenchon, qui veut à l'inverse que la Sécu prenne en charge toutes les dépenses santé, coûterait plus du double, soit 638 € par personne et par an, poursuit la Mutualité française.

François Fillon essaie d'éclaircir son projet sur la Sécurité sociale

Dans une tribune au Figaro, François Fillon tente d'éteindre l'incendie qu'il a allumé avec son projet pour la Sécurité sociale. Le candidat LR à la présidentielle, qui disait vouloir réserver aux seules maladies graves et chroniques les remboursements de la Sécurité sociale, assure que son programme "ne consiste nullement à privatiser l'Assurance-maladie, mais à sauver son caractère universel en responsabilisant les assurés". "Elle continuera à couvrir les soins comme aujourd'hui et même mieux rembourser des soins qui sont largement à la charge des assurés, comme les soins optiques et dentaires", assure-t-il. Sans jamais faire la distinction entre les risques graves et plus légers, il souhaite un "meilleur remboursement pour les patients en plaçant l'Assurance-maladie obligatoire et les organismes complémentaires sous le pilotage d'une agence de régulation et de contrôle". L'abandon de la généralisation du tiers payant est maintenu, tout comme le projet de franchise, mais sa modulation en fonction des revenus du patient n'est pas évoquée.

> Le Figaro, 12 décembre 2016

La Cour des comptes s'attaque à la gestion de l'Oniam

Dans un rapport accablant, la Cour des comptes pointe les défaillances de l'Office national d'indemnisation des accidents médicaux (Oniam). Cette agence sanitaire, chargée notamment des victimes du Mediator ou de l'hépatite C, a pour mission de faciliter les indemnisations des victimes. En fait, le rapport dénonce un taux élevé de rejet des dossiers, des délais "extrêmement longs", une "procédure opaque" ou une "absence de rigueur" dans la gestion de ses attributions. Le procureur général près la Cour des comptes a adressé une "communication" à Bercy en forme d'alerte. Le gouvernement vient de son côté d'annoncer une refonte de l'Oniam.
> Le Parisien, 14 décembre 2016

Politique publique  

Prévention  

Déclaration de Shanghai sur la promotion de la santé dans le programme de développement durable à l'horizon 2030

> Site de l'Oms

Observation et Suivi Cartographique des Actions Régionales de Santé (OSCARS)

OSCARS est un outil conçu par le Comité régional d'éducation pour la santé de la région PACA en 2005 qui est disponible en accès national depuis 2010. En Pays de la Loire, il est géré par l'Agence régionale de santé (ARS) depuis 2012, avec l'appui de l'Instance régionale d'éducation et de promotion de la santé (IREPS). Accessible à tout public, sans code, ni mot de passe, OSCARS recense des actions, des acteurs et des outils dans le champ de la promotion de la santé et de la prévention. Aujourd'hui, cette base de données compte, en Pays de la Loire, 2 377 actions, 380 acteurs et 375 outils. Elle permet de faire des recherches selon différents critères : par thématiques, par territoires…

> Oscars

Prévision – Evaluation - Méthodologie

Psychiatrie    

Réglementation

Soins de santé primaire   

Sondages     

Les Français inquiets pour l'avenir de l'Assurance-maladie : sondage Odexa

Trois Français sur quatre se disent "inquiets" pour l'Assurance-maladie, et 91 % redoutent d'avoir à payer plus pour leur santé à l'avenir, selon un sondage Odoxa publié hier dans Le Parisien. Selon cette étude, qui montre l'attachement de la population au système de santé (84%), 69% des personnes interrogées reconnaissent cependant un besoin "urgent de réformer en profondeur". Mais sans adhérer aux propositions de François Fillon: 58% sont contre l'augmentation de la prise en charge des frais de santé par les mutuelles et 89% contre le fait de ne rembourser que les médicaments pour les maladies les plus graves. "Pour les Français, les acquis ne peuvent être bradés. Peut-être aussi ont-ils compris que ne plus rembourser les petits risques (à supposer qu'on arrive à les définir...) pourrait, à terme, se traduire par de plus fortes dépenses", commente Frédéric Pierru, chercheur en sciences sociales et politiques au CNRS. Les soins ambulatoires et les médicaments génériques sont en revanche plébiscités pour faire de nouvelles économies.
> Le Figaro, 4 décembre 2016

Statistiques - Méthodologie    

Systèmes de santé     

Recul de l'espérance de vie aux Etats-Unis selon les autorités sanitaires

Un enfant né en 2015 peut espérer vivre en moyenne jusqu'à 78,8 ans, une baisse de 0,1 an par rapport à 2014 selon le rapport statistique des CDC (centres de contrôle et de prévention des maladies), Ce phénomène n'était pas arrivé depuis 1993. Le taux de mortalité a, quant  à lui augmenté de 1,2 %, ce qui représente le premier accroissement depuis 1999.

> Le Monde, 8 décembre 2016

> rapport des CDC (en anglais)

Travail et santé

Troubles musculosquelettiques : quelle reconnaissance en maladies professionnelles ? Étude sur dix pays européens.

> Site d'Eurogip

Chiffres clés sur les conditions de travail et la santé au travail.

> Direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques  Synthèse Stat'. n°22. 2016/11.

Qualité de vie au travail des professionnels de santé

Lettre d'Espace social européen, 7 décembre 2016

Marisol Touraine a présenté lundi sa "stratégie" pour améliorer les conditions de travail des professionnels de santé. La ministre souhaite faire de ce sujet une "priorité politique, portée au plus haut niveau". Dans ce cadre, une gouvernance nationale sera mise en place avec l'installation d'une mission et d'un observatoire. Deuxième axe, améliorer l'environnement et les conditions de travail "au quotidien" avec un volet dédié dans chaque projet social d'établissement. Enfin, dernier point: une meilleure prévention des risques psychosociaux et un meilleur "accompagnement dans le changement".
> Site du Ministère chargé de la santé

Accidents du travail et maladies professionnelles 2015, Chiffres clés nationaux, tendances sectorielles, comparaison avec l'Allemagne

> Dossier de presse de la Cnamts

Vieillissement

La CNSA adopte son budget 2017

C'est un conseil d'administration élargi notamment aux représentants des organismes de sécurité sociale, qui a voté le budget rectificatif 2016 et le budget initial 2017. Ce dernier est en hausse de 9,73 % par rapport au dernier budget rectificatif, hausse liée transfert du budget de l'État vers la CNSA, d'une part, du financement des établissements et services d'aide par le travail (ESAT – 1,484 milliard d'euros) et d'autre part, de la dotation de l'État aux maisons départementales des personnes handicapées (MDPH) au titre de leur fonctionnement et des postes vacants suite au départ de personnel de l'État affectés jusqu'alors en MDPH. Ces transferts sont compensés en recettes.

> Communiqué de presse de la CNSA

Les réformes des retraites menées entre 2010 et 2015 : effets sur la situation des assurés, les dépenses des régimes et l'équité : étude de la Drees

Les modifications réglementaires en matière de retraite engagées entre 2010 et 2015 ont pour effet, à terme, de réduire la durée passée à la retraite de deux ans en moyenne et de diminuer la masse de pension cumulée sur le cycle de vie de 4,5 %, par rapport à une situation sans réformes. Les mesures liées à l'âge de la réforme de 2010 ont une forte incidence sur les âges moyens de départ, entraînant une baisse de la durée passée à la retraite. L'allongement de la durée requise pour le taux plein de la réforme de 2014 a un effet plus faible sur cette durée, mais touche plus directement la pension moyenne. Les accords AGIRC-ARRCO de 2011, 2013 et 2015, diminuent la pension tous régimes cumulée de plus de 1 %, en raison notamment des sous-indexations successives et des baisses de rendement.

> Lire la suite sur le site de la Drees

Les réformes des retraites de 2010 à 2015 - Une analyse détaillée de l'impact pour les affiliés et pour les régimes : étude de la Drees

Le système de retraite français est confronté à la fois à un vieillissement de la population du pays, à un ralentissement de la croissance économique et à un taux de chômage élevé. La combinaison de ces phénomènes génère une pression sur les comptes des régimes. Pour pérenniser le système par répartition, les gouvernements successifs et les partenaires sociaux ont conduit plusieurs réformes et pris des mesures réglementaires entre 2010 et 2015.

> Lire la suite sur le site de la Drees

De fortes disparités entre les pensions de retraite des non-salariés : étude de la Drees

Fin 2012, 3,1 millions de retraités, soit un retraité sur cinq environ, sont d'anciens non-salariés, affiliés aux régimes des agriculteurs, des professions libérales ou des artisans et commerçants. Parmi eux, huit sur dix sont polypensionnés, et un sur deux a effectué plus de la moitié de sa carrière en tant que salarié, principalement au régime général.

> Lire la suite sur le site de la Drees

Le non-recours à l'APA à domicile vu par les professionnels de terrain : étude de la Drees

Le non-recours à l'allocation personnalisée d'autonomie (APA) à domicile, qui est difficile à mesurer, fait ici l'objet d'une analyse qualitative. Il recouvre des situations très diverses. Pour mieux comprendre les raisons du non-recours, des professionnels de terrain ont été interrogés : équipes médico-sociales d'évaluation de l'APA, représentants des centres communaux d'action sociale (CCAS), de centres d'information et de coordination gérontologique (CLIC) et d'unités territoriales d'intervention des départements.
 > Lire la suite sur le site de la Drees

Une  nouvelle version du site pour-les-personnes-âgées.gouv.fr permet de comparer les prix des maisons de retraite

Le communiqué de presse du ministère  indique que les prestations et les tarifs de près de 7 000 établissements d'hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD), qu'ils soient publics, privés non lucratif ou privés commercial, sont désormais accessibles. Le site permet de comparer le prix des chambres pour une sélection de deux ou trois EHPAD à la fois. Ce prix correspond aux prestations minimales d'hébergement que doivent proposer tous les établissements, c'est-à-dire les prestations d'accueil hôtelier, de restauration, de blanchissage, d'animation et enfin d'administration générale. Si l'établissement propose d'autres prestations pour le même tarif, il peut l'indiquer. L'établissement peut aussi signaler les prestations facturées en supplément du prix affiché. L'internaute sait alors précisément ce que recouvre le tarif indiqué et ce qui lui sera facturé en supplément. Il peut directement télécharger le dossier de demande d'admission.

> Communiqué de presse et discours de Marisol Touraine

> Silvereco.fr, 14 décembre 2016

Le financement du système de retraite français. La synthèse du 14ème colloque du COR est en ligne

> Site du COR

Nominations

AUTRES REVUES DE PRESSE EN LIGNE

COORDONNEES DES JOURNAUX