ACTUALITÉ SANTÉ ET PROTECTION SOCIALE
6 octobre 2017

Ce bulletin rassemble les résultats de la veille documentaire sur l'actualité en santé et domaines connexes. Cette veille se base sur la lecture de Lettres d'actualités et de Revues de presse en ligne ainsi que sur le suivi de sites français et étrangers. Il est élaboré par les documentalistes de l'Irdes, Marie-Odile Safon et Véronique Suhard.

De périodicité bimensuelle, ce bulletin de veille présente les nouveautés selon les thématiques suivantes :

Assurance maladie DémographieEconomie de la santéEtat de santéGéographie de la santéHandicapHôpitalInégalités sociales de santéMédicamentNTIC : Internet, open dataPolitique de santé, politique socialePolitique publiquePréventionPrévision - évaluationPsychiatrie  • RéglementationSoins de santé primairesSondagesStatistiquesSystème de santéTravail et santéVieillissementNominations

Assurance maladie

Le dispositif Passerel présenté par la CPAM du Gers

19/09/17 - Passerel, programme d'accès aux soins et à la santé et de mise en relation, est un dispositif lancé cet été par la CPAM du Gers pour repérer et accompagner les personnes qui, freinées par leurs moyens financiers ou trop éloignées d'un cabinet de spécialiste, renoncent à se soigner. Ce programme, qui s'appelait auparavant PFIDASS, avait été initié dans le Gard avant d'être expérimenté dans une vingtaine de départements. La généralisation du dispositif, annoncée par la Cnam en mars 2017, est en cours.
> La Dépêche 19 septembre 2017

Hausse du forfait hospitalier à l'étude dans le cadre du LFSS 2018 : quel coût pour les Ocam ?

Espace social européen, 26 septembre 2017

La hausse de 2 € du forfait hospitalier, qui devrait être annoncée dans le cadre du PLFSS 2018 (présenté ce jeudi) entrainerait 160 à 170 Ms € de recettes supplémentaires. Pour rappel, cette participation des patients aux frais d'hébergement et d'entretien lors d'une hospitalisation est obligatoirement prise en charge dans le cadre des contrats responsables. Or, ces derniers représentent la grande majorité des offres complémentaires. Rappelons par ailleurs que plus de 96% de la population est couverte par un Ocam. Le coût de cette mesure serait donc quasi intégralement assumé par ces derniers.

Démographie - Mode de vie

Economie de la santé

Les dépenses de santé en 2016 - résultats des comptes de la santé - édition 2017 : Études de la Drees

Ce panorama sur les dépenses de santé 2017 fournit une estimation et des analyses détaillées de la consommation finale de soins de santé en France et des financements correspondants, qu'ils relèvent de l'Assurance maladie, de l'État, des collectivités locales, des organismes complémentaires ou directement des ménages. Il en replace les principaux éléments dans une perspective internationale. Les comptes de la santé constituent l'un des satellites des comptes nationaux de l'INSEE.
La consommation de soins et de biens médicaux (CSBM) progresse en valeur de 2,3 % en 2016, contre 1,5 % un an plus tôt, pour atteindre 198,5 milliards d'euros. Cela représente plus de 2 970 euros par habitant (8,9 % du PIB). Après un léger ralentissement en 2015, la CSBM croît à nouveau à un rythme proche de celui des années précédentes. Cette croissance est principalement portée par les soins hospitaliers, représentant 46,5 % de la CSBM, mais aussi par les soins de ville - notamment ceux des auxiliaires médicaux (+ 4,4%) et des médecins - et par les autres biens médicaux. Pour la cinquième année consécutive, le reste à charge des ménages en santé diminue. Il atteint 8,3 % de la CSBM en 2016, contre 9,2 % en 2011. Au sein de l'Union européenne des Quinze, la France est le pays où le reste à charge des ménages est le plus limité. Il est deux fois plus faible en moyenne que dans l'UE-15. L'Assurance maladie finance 77,0 % de la CSBM, soit 152,8 milliards d'euros. Dans un contexte de vieillissement de la population et de progrès technologique toujours accrus, cette part a progressé de 1,1 point entre 2011 et 2016 et de 0,1 point au cours de la dernière année. Cette évolution est à rapprocher principalement de la progression du nombre d'assurés exonérés du ticket modérateur. Plus de 10 millions de Français sont en affection de longue durée et cette population s'accroît d'environ 200 000 personnes par an. Parallèlement, la part des organismes complémentaires dans la CSBM diminue de nouveau en 2016, sous l'effet de la réforme des « contrats responsables ».
> Site de la Drees : les dépenses de santé en 2016
> Site de la Drees : l'étude complémentaire : Les facteurs démographiques contribuent à la moitié de la hausse des dépenses de santé de 2011 à 2015

Ondam : vers un objectif ambitieux d'économies de 4,2 milliards en 2018

L'objectif national de dépenses d'assurance-maladie (Ondam) va augmenter de 2,3% dès 2018. Le budget des soins remboursés par la Sécurité sociale va donc gonfler de 4,38 milliards d'€ pour atteindre 195,1 milliards d'€. Une progression par rapport à 2017 (+2,1%) et 2016 (+1,8%), mais qui nécessitera toutefois d'importantes économies, alors que le gouvernement a retenu dans ses calculs le principe d'une croissance "naturelle" des dépenses de santé de 4,5% par an. La progression était auparavant contenue en dessous de 4%, mais elle a brusquement accéléré en 2017, à cause des nombreuses revalorisations intervenues récemment: médecins, pharmaciens, personnel hospitalier... Il faudra donc faire 4,2 milliards d'€ d'économies en 2018, soit l'objectif le plus ambitieux depuis la création de cet indicateur, en 1997. Selon Les Echos, les soins de ville seront mieux lotis, avec 2,4% de progression de leurs dépenses, soit 2,1 milliards, à 88,7 milliards d'€. Les hôpitaux, eux, n'auront droit qu'à 2,2% de hausse, soit 1,7 milliard, pour atteindre 80,9 milliards (hors établissements médico-sociaux). Le forfait hospitalier, bloqué depuis 2010, va toutefois augmenter de 2 €, ce qui rapportera 83 millions de recettes supplémentaires. La hausse du forfait journalier en psychiatrie devrait également augmenter de 1,50 €. Au total, les établissements hospitaliers disposeront ainsi d'une centaine de millions d'€ supplémentaires, qui permettront d'adoucir un peu la pilule de l'Ondam, très serré.
> Les Echos, 25 septembre 2018

Optique, dentaire, audition : le reste à charge varie fortement selon les départements

L'Observatoire que la Mutualité française a mis en place révèle de grandes disparités entre les territoires : les Français n'ont pas les mêmes coûts de santé en fonction du département où ils habitent. Ces différences sont constatées que ce soit pour l'achat de lunettes, de prothèses dentaires ou auditives. Et les écarts peuvent être très importants, allant du simple au double pour l'achat d'une paire de lunettes de même correction. Ces disparités se retrouvent également dans l'accès aux professionnels concernés sur les territoires, leur nombre étant très variable d'un département à l'autre. Il y a ainsi 6 fois plus d'audioprothésistes par habitant dans la Drôme qu'en Seine-Saint-Denis. Par ailleurs, en fonction de l'endroit où ils habitent, les Français ne sont pas exposés de la même façon aux dépassements d'honoraires des médecins spécialistes, une autre composante du reste à charge. Dans la quasi-totalité des départements, au moins un spécialiste sur deux pratique des tarifs dits « maîtrisés » – à l'exception de la région parisienne et de l'Auvergne/Rhône-Alpes où ils sont moins nombreux. Autre enseignement du baromètre : les Français ont le reste à charge le plus bas des pays de l'Union européenne à 15, grâce à l'intervention conjointe de l'assurance maladie et des mutuelles. Leur reste à charge s'élève ainsi à 247 euros en moyenne en 2015.
> Résultats détaillés et infographie sur le site de la Mutualité française

> Capital.fr, 27 septembre 2017

Présentation du projet de loi de financement de la Sécurité sociale pour 2018

28/09/17 - Dans la foulée de la communication de la Commission des comptes de son rapport de septembre, Agnès Buzyn, ministre de la Santé, et Gérald Darmanin, ministre de l'Action et des Comptes Publics, ont présenté les grandes lignes du projet de loi de financement de la sécurité sociale (PLFSS) pour 2018. Ce PLFSS s'inscrit dans l'objectif du gouvernement d'atteindre l'équilibre de l'ensemble des comptes de la sécurité sociale à l'horizon 2020. Après prise en compte des mesures nouvelles inscrites, le déficit devrait être réduit de trois milliards d'euros dès 2018. Ce chiffre représenterait alors une amélioration de 2,2 milliards d'euros par rapport au déficit estimé pour 2017, qui devrait se situer aux alentours de 5,2 milliards d'euros (un chiffre curieusement supérieur à l'estimation de la CCSS). Le régime général devrait être en léger excédent pour la première fois depuis 2001, avec une branche déficitaire (- 800 millions d'euros pour la maladie, mais un déficit néanmoins en réduction de 3,3 milliards sur un an) et trois branches excédentaires : + 1,3 milliard d'euros pour la famille - la branche dont le résultat est le plus facile à ajuster, car les dépenses dépendent de décisions des pouvoirs publics -, + 500 millions pour les risques professionnels et + 200 millions pour les retraites. En revanche, ces bons résultats sont en partie ternis par le déficit de 3,4 milliards attendus en 2018 du Fonds de solidarité vieillesse (FSV), qui finance le "minimum vieillesse" et les cotisations retraite des demandeurs d'emploi (là encore, un chiffre qui diffère de la prévision de la CCSS).
> Site du ministère de l'Economie
> Site d'Espace social européen - 57 articles
> Podcast : LFSS 2018 sur le vil (ESE)

Grand plan d'investissement public de 57 milliards d'euros. 5 milliards pour la santé et la protection sociale : Rapport de J. Pisany-Ferry

26/09/17 - Le Premier ministre, Édouard Philippe, a dévoilé lundi 25 septembre 2017, les grandes lignes d'un plan d'investissement de 57 milliards d'euros d'ici à 2022, basées sur le rapport de l'économiste Jean Pisani-Ferry. Concernant le domaine de la protection sociale, 3 milliards d'euros devraient être mobilisés pour "moderniser et renouveler les équipements techniques et immobiliers hospitaliers" et 400 millions au développement des maisons de santé pluri professionnelles et les centres de santé. L'investissement dans la diffusion de la recherche médicale sera de 500 millions. 700 millions iront à la transition numérique du système de santé avec une dotation de 420 millions d'euros pour rapprocher les hôpitaux des patients qui bénéficieront ainsi de services numériques comme la prise de rendez-vous et le paiement en ligne, de services en ligne de préadmission ou d'information sur l'hospitalisation de leurs proches, l'utilisation d'un dossier médical personnel universel. Le budget inclura aussi une prise en charge mieux coordonnée du patient, impliquant l'ensemble des professionnels de santé, en ville, à l'hôpital, à domicile ou en EHPAD. Pour cela, le programme e-parcours sera doté de 130 millions d'euros sur la période 2018-2022. 50 millions d'euros accompagneront le développement de la télémédecine et 100 millions d'euros seront destinés au développement d'une stratégie d'intelligence artificielle grâce à "l'exploitation de grandes bases de données publiques de santé et au développement d'outils d'intelligence artificielle permettant d'améliorer la prévention, le diagnostic, le traitement et le suivi des patients". Enfin, 300 millions d'euros seront dédiés à "l'accélération de la numérisation du système de cohésion sociale et au développement des outils qui serviront de base à la Sécurité sociale du futur. Il s'agira notamment de donner à tout citoyen, avec le développement du portail numérique des droits sociaux (PNDS), une vision à 360° de l'ensemble de ses droits", avance le gouvernement.
> Le dossier de presse
> Le rapport au Premier ministre de Jean Pisani-Ferry

Soigner les détenus : des dépenses sous observation : Rapport du Sénat (Antoine Lefèvre)

Depuis 1994, c'est le ministère chargé de la santé, et non plus le ministère de la justice, qui est chargé de la prise en charge sanitaire des personnes écrouées. Toutefois, le ministère de la justice contribue à cette prise en charge, à la fois financièrement, mais aussi par les interactions quotidiennes entre le personnel soignant intervenant en milieu carcéral et les professionnels de l'administration pénitentiaire, mais aussi les magistrats. Sur un coût total évalué à 360 millions d'euros, le ministère de la justice prend en charge 30 millions d'euros correspondant à la part dite « complémentaire » des dépenses de santé pour les personnes détenues. Il contribue également au financement de ces dépenses par le biais d'une cotisation annuelle de 90 millions d'euros versées à l'Agence centrale des organismes de sécurité sociale (ACOSS), en contrepartie de l'affiliation des personnes détenues au régime général.

> Site du Sénat

Etat de santé

La santé des artisans : de l'acharnement au travail au souci de soi

Artisan ferronnier d'art et sociologue, Olivier Crasset a enquêté dans un milieu qu'il connaît de l'intérieur. En se mêlant aux équipes de travail, il a observé au quotidien la manière dont les artisans engagent leur corps dans leur activité. Leur parcours professionnel est marqué dans un premier temps par un surinvestissement dans le travail et par un déni des questions de santé. Par la suite, la relation s'inverse. De nouvelles ressources se constituent au fil de la carrière et aident l'artisan à maintenir en activité un corps usé par le travail.

> Site des Presses universitaires de Rennes

Les morts maternelles en France - mieux comprendre pour mieux prévenir : Rapport de Santé Publique France

Pour la période 2010-2012, 256 décès maternels ont été identifiés, ce qui représente 85 femmes décédées par an en France d'une cause liée à la grossesse, à l'accouchement ou à leurs suites. Ce chiffre correspond à un ratio de mortalité maternelle (RMM) de 10,3 pour 100 000 naissances vivantes, stable par rapport à la période précédente 2007-2009, et dans la moyenne des pays européens. Cependant, 56 % de ces décès sont considérés comme « évitables » ou « peut-être évitables » et dans 60 % des cas les soins dispensés n'ont pas été optimaux, ce qui témoigne d'une marge d'amélioration.

> Site de Santé Publique France

Évaluation du programme national nutrition santé 2011-2015 et du plan obésité 2010-2013 : Rapport de l'IGAS (C.de Batz - F.Faucon - D.Voynet )

L'évaluation réalisée par l'IGAS du 3è Programme national nutrition santé (PNNS 3) et du Plan obésité a souligné la contribution de ces plans à la prise de conscience du rôle fondamental de la nutrition et de la sédentarité dans l'émergence de certaines pathologies, mais elle en reconnait les limites, aujourd'hui manifestes. La mission invite donc à une refonte complète du programme pour en faire une action grand public de promotion de la santé, centrée sur quelques messages clés et sur les populations vulnérables (enfants et jeunes, populations précaires, personnes âgées isolées). Le prochain Plan devra donner une priorité effective à la réduction des inégalités sociales de santé et prendre en compte les apports des sciences sociales ainsi que le savoir-faire des acteurs locaux.

> Site de l'IGAS

Géographie de la santé

Valérie Pecresse lance un plan pour lutter contre la désertification médicale en Ile-de-France

Depuis 2010, le nombre de médecins pratiquant en Île-de-France a baissé de 6%. En 2017, la moyenne d'âge des omnipraticiens franciliens s'élève à 57 ans et 44% des praticiens ont plus de 60 ans. Plus de 650 petites communes franciliennes n'ont pas de médecin généraliste, soit 430.000 Franciliens impactés. Face à ce constat, le conseil régional a annoncé un plan axé sur quatre mesures principales : aide à l'installation, élargissement des aides au secteur 2, développement de la télémédecine, équipement et sécurisation des locaux.

> Communiqué de presse de la région Ile-de-France

> Localtis, 26 septembre 2017

Handicap

L'allocation aux adultes handicapés sera revalorisée de 90 euros d'ici décembre 2019

20/09/17 - Le comité interministériel du handicap (CIH) s'est réuni le 20 septembre 2017 à Matignon sous la présidence d'Edouard Philippe. L'occasion pour ce dernier et pour Sophie Cluzel,- la secrétaire d'Etat chargée des personnes handicapées, de souligner qu'il s'agit là d'une "politique profondément interministérielle" et de se féliciter du "travail collectif des ministres". Edouard Philippe a aussi insisté sur l'intention du gouvernement de privilégier une approche en termes de parcours de vie, plutôt que de raisonner en silos. Mais, hormis la confirmation d'une revalorisation conséquente de l'allocation aux adultes handicapés (AAH), les annonces sont restées peu nombreuses et en termes souvent très généraux. La revalorisation de l'AAH, portera son montant mensuel des 810 euros actuels à 900 euros d'ici décembre 2019.
> Le dossier de presse du comité interministériel du handicap
> Comité interministériel du handicap : tout pour l'AAH ? - Localtis.info 20 septembre 2017

Hôpital

Recours à l'HAD dans les territoires : Étude de l'Anap

Afin de contribuer à améliorer le dialogue entre les établissements HAD et les établissements MCO avec hébergement, l'Anap a constitué avec la Fnehad, un groupe de travail composé de professionnels d'établissements HAD et d'experts en analyse de données. Les travaux ont permis de proposer des indicateurs de performance du recours à l'HAD dans les territoires ainsi que des outils d'analyse des liens entre établissements MCO et HAD.
> Site de l'Anap

Une certification des établissements de santé rénovée en 2020

La certification est une procédure d'évaluation de la qualité des soins dans les établissements de santé. Importée des Etats-Unis il y a une vingtaine d'année, cette démarche relève de la responsabilité de la Haute Autorité de Santé qui évalue la totalité des 2 600 hôpitaux et cliniques français. En 20 ans, les exigences de qualité ont été renforcées, la maturité des établissements a progressé. La HAS lance aujourd'hui des travaux en concertation avec l'ensemble des acteurs pour que la 5ème version de la certification, qui s'appliquera à partir de 2020, soit plus centrée sur la qualité des résultats pour les patients, plus proche des pratiques des professionnels de santé, plus simple dans sa mise en œuvre en tenant compte des recompositions hospitalières.

> Site de la HAS

Inégalités sociales de santé

La santé des populations vulnérables : Ouvrage (C. Adam, et al.)

"Les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droits. Les distinctions sociales ne peuvent être fondées que sur l'utilité commune." L'article 1er de la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen du 26 août 1789 a ensuite été placé en 1791 en tête de la Constitution de la République française. Cependant, depuis la naissance d'un individu, se développent de manifestes inégalités face à la santé et à la maladie qui impactent directement l'espérance de vie, notamment au détriment des personnes aux revenus les plus faibles. La mortalité prématurée évitable touche de façon très discriminante les différentes catégories sociales.
> Site d'Ellipses

Médicament   

Gare aux ordonnances à rallonge chez les personnes âgées :  Un dossier de 60 millions de consommateurs alerte sur la surconsommation des plus de 65 ans

Le mensuel 60 Millions de consommateurs alerte sur les dangers de la surconsommation de médicaments chez les personnes âgées. Ce dossier s'appuie sur les chiffres d'une étude OpenHealth Company pour la société Santéclair, qui a identifié sur 449.000 seniors de plus de 65 ans, près de 155.000 personnes "polymédiquées" (7 médicaments au moins), via 2.600 pharmacies. La majorité de ces seniors "polymédiqués" prend en moyenne quatorze médicaments différents. Et encore, il ne s'agit que d'une "fourchette basse", selon l'association de consommateurs,  "parce que l'automédication n'est prise en compte que si elle est associée à une prescription médicale". "Attention au mélange, au cocktail", souligne Claude Rambaud de France Assos Santé qui représente l'Union nationale des associations agréées d'usagers du système de santé (UNAASS), partenaire du dossier publié dans le magazine. "Les médicaments sauvent des vies tous les jours", mais cela ne justifie pas les 47% des personnes qui consomment des psychotropes de la famille des benzodiazépines (contre l'anxiété ou pour dormir), d'après l'étude. "Il faut une vraie coordination entre les médecins" et un "vrai dossier médical partagé" pour faire en sorte qu'on allège les ordonnances, ajoute Gérard Raymond, président de la Fédération française des diabétiques.
> 60 Millions de consommateurs, octobre 2017

Le Leem en campagne pour retrouver la confiance des Français

Le Leem lance sa première campagne de communication grand public depuis 15 ans. Elle aura pour slogan "La maladie ne dort jamais, nous non plus" et s'étalera sur plusieurs semaines, avec l'ambition d'améliorer l'image de l'industrie dans l'opinion. Avec un budget de 1,3 million d'€, elle sera déclinée en spots TV et affiches dans la presse magazine, sur Internet et dans le métro parisien., La démarche s'appuie notamment sur les résultats d'un récent sondage BVA, qui montre que neuf Français sur dix attendent des laboratoires pharmaceutiques "plus de communication sur leurs recherches et découvertes".
> Pourquoi Docteur, 25 septembre 2017

Levothyrox® : Sanofi annonce la commercialisation prochaine d'une alternative

L'ANSM annonce la mise à disposition dès le lundi 2 octobre de l'ancienne formule de Levothyrox® (lévothyroxine). Ces boîtes de 100 comprimés importées d'Allemagne seront vendues sous le nom d'Euthyrox®. Selon l'agence de santé, les quantités importées seront suffisantes pour traiter 90.000 patients. Ce médicament sera accessible aux patients qui signalent des effets indésirables avec la nouvelle formule, uniquement sur présentation d'une ordonnance médicale mentionnant Euthyrox®. Par ailleurs une alternative au traitement sera disponible dans les prochaines semaines. Il s'agit de L-Thyroxin Henning® (lévothyroxine sodique) du laboratoire Sanofi, un princeps commercialisé depuis de nombreuses années en Allemagne. Une demande d'AMM permettra à ce médicament d'être distribué de manière pérenne en France par la suite.

> Le Moniteur des Pharmacies, 27 septembre 2017

EMA : la Commission européenne publie son évaluation des villes candidates

La Commission européenne vient de publier son évaluation "objective" des 19 villes candidates à l'accueil de l'Agence européenne des médicaments (EMA), contrainte de déménager de Londres en prévision du Brexit, prévu fin mars 2019. Cette évaluation s'appuie sur les principaux critères définis par les 27 Etats membres eux-mêmes: l'infrastructure, l'accessibilité, les services à la famille, la continuité des activités des agences et la répartition géographique.
> Site d'Euractiv

Homéopathie : le conseil des académies des sciences européennes recommande une approche fondée sur la preuve scientifique

Dans un nouveau rapport, l'EASAC (Conseil scientifique des académies des sciences européennes) confirme l'absence de preuve solide et reproductible de l'efficacité des produits homéopathiques. En se fondant sur une analyse approfondie des résultats disponibles, l'étude révèle que chaque cas, pour lequel une efficacité clinique d'un produit homéopathique a été revendiquée, peut s'expliquer par l'effet placebo, une mauvaise conception de l'étude, des variations aléatoires, une régression des résultats vers la moyenne ou un biais de publication. Les académiciens s'opposent également au remboursement des produits et des services homéopathiques, "à moins que démonstration n'ait été faite, par des tests rigoureux, qu'ils étaient efficaces et sans danger". Ils souhaitent également changer l'étiquetage afin que les produits homéopathiques ne soient pas confondus avec les autres médicaments.

> Allodocteurs.fr, 3 octobre 2017

> Déclaration de l'EASAC (traduction française)

NTIC : open data, internet

Mondial Assistance obtient l'accord de l'ARS d'Île-de-France pour son nouveau service de téléconsultation

22/09/17 - L'Agence Régionale de Santé (ARS) d'Île de France a donné son accord à Mondial Assistance pour lancer un service de téléconsultation en France qui devrait démarrer début 2018. Le service de consultation médicale à distance permettra notamment d'avoir accès à un médecin inscrit à l'Ordre et basé en France. Le service sera disponible 24h/24 et 7j/7 sans obligation de rendez-vous depuis la France ou l'étranger. Les échanges avec le médecin se feront par téléphone et visioconférence. Ce dernier pourra délivrer une ordonnance le cas échéant. Le service permettra également d'avoir accès à un espace web personnel sécurisé où pourront être consultés les historiques des consultations et les ordonnances. Si le patient le souhaite, le compte-rendu de la téléconsultation pourra être également envoyé à son médecin traitant. La téléconsultation s'adresse particulièrement aux personnes habitant dans des zones rurales, avec une faible offre de soins libérale. Ce type de services, fort contesté lors de son lancement par Axa en 2015, se généralise auprès d'un nombre croissant d'acteurs. Tous les organismes complémentaires santé qui ont choisi Santéclair comme prestataire de service pourront proposer à leurs dix millions d'assurés un service de téléconsultation dès le 1er janvier 2018.

> Site de Mondial Assistance
> L'Argus de l'assurance, 22 septembre 2017

Le déploiement de la couverture numérique reste inégal sur les territoires : Rapport de la Commission de l'aménagement du territoire

Malgré le consensus sur l'importance du numérique, et la mise en place par les pouvoirs publics de programmes dédiés, le déploiement des infrastructures reste inégal sur le territoire. Face à ces questions stratégiques, la commission de l'aménagement du territoire et du développement durable a organisé une table ronde réunissant l'Agence du numérique, l'Autorité de régulation des communications électroniques et des postes, et plusieurs opérateurs privés. Le rapport rend compte des échanges de cette table ronde.
> Site de la Documentation française

Les données sur la santé en Europe de l'OMS sont disponibles en format App

> Site de l'OMS

Politique de santé, politique sociale  

Santé et Médecine : le fossé s'accroît entre les défis d'aujourd'hui et les solutions de demain : Hors-série du Monde

Cet ouvrage propose un regard à la fois diversifié, éclectique, historique et prospectif sur le rôle de la médecine dans la santé. La comparaison des « défis d'aujourd'hui » aux travaux de recherche pour « soigner demain » pointe le fossé abyssal qui se creuse entre la réalité et les fantasmes, à tout le moins si l'on en croit ce qui est exprimé. Une belle leçon d'humilité et en fait un appel au sursaut.

> Site du Think Tank Economie de la santé

> Site du Monde

Redistribution : les effets des prestations sociales sur le niveau de vie des ménages les plus modestes : Étude de la Drees

En France, diverses prestations sociales visent à soutenir le niveau de vie des plus modestes : revenu de solidarité active (RSA), allocations logement, prestations familiales, prime d'activité, etc. Leurs règles d'articulation sont nombreuses et leurs barèmes généralement modulés selon les caractéristiques des ménages. La raison en est simple : redistributives, les prestations cherchent à assurer un niveau de vie minimal tout en s'adaptant aux charges du ménage et en incitant ses membres à participer au marché du travail.

> Lire la suite sur le site de la Drees

La Mutualité Française transforme sa plateforme « Place de la Santé » en observatoire autour de l'avenir de la protection sociale

27/09/17 - Quatre mois après l'élection présidentielle, la Mutualité Française poursuit le débat public sur l'avenir de notre protection sociale, en lançant "L'Observatoire Place de la Santé". Présenté à l'occasion des Journées de Rentrée de la Mutualité Française, le 28 septembre 2017 à Nancy, cet Observatoire est composé d'une 1ère partie, « Des réalités », présentant des « indicateurs du réel », et d'une 2e partie, « Des perceptions », composée d'une étude d'opinion mesurant le ressenti des Français sur notre système de santé. Alors qu'Emmanuel Macron a fixé l'objectif d'un reste à charge zéro en optique, dentaire et audioprothèse d'ici 2022, la Mutualité Française a choisi de consacrer la première édition de son Observatoire à cette question du reste à charge.
L'Observatoire révèle de grandes disparités de prix et de reste à charge entre les départements, que ce soit pour l'achat de lunettes, de prothèses dentaires ou auditives.
> YouTube : présentation de "Place de la Santé - L'Observatoire" à l'occasion des Journées de rentrée de la Mutualité Française
> Site de la Mutualité Française

Politique publique  

La santé publique en action (s) : Notes en accès libre

Dans le cadre du Module interprofessionnel de santé publique (MIP) 2017 de l'EHESP, 10 notes de synthèse (sur les 29 réalisées par les 281 élèves des filières EDH, D3S, DS, AAH, IES et MISP) ont été sélectionnées par un jury composé de 5 enseignants-chercheurs et de 4 éditeurs. Elles sont en accès libre sur les Presses de l'Ehesp.

> Site des éditions Presses de l'Ehesp

Prévention

"Aluminium dans les vaccins : nous ne pouvons plus perdre de temps"

Selon une étude financée par l'Agence du médicament, la présence d'aluminium dans des vaccins pourrait, dans certains cas, entraîner un risque pour la santé. "Nos études montrent qu'à trop rester dans les cellules, l'aluminium peut provoquer un burn-out immunitaire, c'est-à-dire fatiguer notre système immunitaire, voire le dérégler". Selon le Pr Romain Gherardi, chef du service de pathologies neuromusculaires à l'hôpital Henri-Mondor de Créteil, principal auteur de l'étude, "l'augmentation du nombre d'injections risque ainsi d'augmenter mécaniquement le nombre de problèmes. Notre étude pointe également qu'il y aurait une pré- disposition génétique, d'où la nécessité de poursuivre nos recherches pour confirmer, comprendre et y remédier". Les résultats de cette étude, financée par l'ANSM, n'ont pas été rendus publics, au risque de provoquer la "stupéfaction" des associations de patients. "Les avis consultatifs du conseil scientifique n'ont pas vocation à être publiés. Cela ne veut pas dire qu'on cherche à les cacher", défend de son côté l'ANSM. Une approche que regrette le Pr Gherardi: "Ce que les gens détestent c'est d'être contraints sans être convaincus. Si on leur disait 'ok, certains vaccins posent problème, mais on va faire des recherches et trouver des solutions' ils seraient beaucoup moins méfiants. Il existe des alternatives à l'adjuvant aluminique comme le phosphate de calcium".
> Le Parisien, 22 septembre 2017

Les Français et le tabac : l'enquête DePICT redémarre

Comment les Français perçoivent-ils le tabac ? Certains comportements ont-ils évolué après l'introduction des paquets neutres et les campagnes anti-tabac de 2016 ? La deuxième vague de l'étude DePICT (Description des Perceptions, Images et Comportements liés au Tabac) va permettre de répondre à ces questions.
> Site de l'Inserm

L'ETP au fil des mots  : Glossaire en éducation thérapeutique du patient

"L'ETP au fil des mots"  est un projet lorrain de constitution d'une ressource terminologique en éducation thérapeutique du patient (ETP) réunissant l'Inist-CNRS, le CHRU de Nancy, l'école de santé publique de l'Université de Lorraine (ESP), l'ARS Grand Est, le Pôle lorrain de compétences en ETP et le réseau Régional LORDIAMN. Son objectif est de servir au partage des savoirs disciplinaires et des compétences au sein de la communauté des professionnels de l'ETP. L'idée est de proposer chaque mois plusieurs concepts cœur, avec des définitions issues des grandes instances de santé et/ou de publications scientifiques en ETP.

> Site de l'ETP Lorraine

Prévision - Evaluation - Méthodologie

Psychiatrie    

Réglementation

Soins de santé primaire - Professions de santé :

En 2015, un tiers des nouveaux chirurgien·ne·s-dentistes ont obtenu leur diplôme à l'étranger : Étude de la Drees

Au 1er janvier 2016, 41 200 chirurgien·ne·s-dentistes en activité sont recensés en France dans le répertoire partagé des professionnels de santé. Malgré une stabilité des effectifs ces quinze dernières années, la profession rajeunit, en raison notamment d'un accroissement du nombre de places disponibles au numerus clausus et de l'arrivée massive de professionnels diplômés à l'étranger : en 2015, un professionnel sur trois nouvellement inscrits était diplômé à l'étranger.

> Lire la suite sur le site de la Drees

8 000 chirurgiens-dentistes supplémentaires d'ici 2040 : Étude de la Drees

Le nombre de chirurgien·ne·s-dentistes devrait augmenter de 18 % entre 2016 et 2040 pour atteindre 48 800 actifs en 2040, dans l'hypothèse de comportements constants et d'un maintien des politiques en vigueur. Cette hausse serait plus importante que celle de la population française et entraînerait également une augmentation de la densité. La baisse de la densité de ces quinze dernières années serait ainsi compensée : en 2040, le rapport entre l'offre et la demande de soins dentaires reviendrait à son niveau de 2000.

> Lire la suite sur le site de la Drees

Sondages

Les attentes des Français en matière de protection sociale : enjeux et solutions - Enquête Harris Interactive pour AG2R : Note détaillée

Pour le 50e anniversaire de l'Association des Journalistes de l'Information Sociale (AJIS), en septembre 2017, AG2R La Mondiale et Harris Interactive ont réalisé une étude sur les attentes des Français en matière de protection sociale. Celle-ci a été conduite au mois de juillet 2017 auprès de 3000 Français interrogés en ligne, parmi lesquels ont notamment été identifiés, en vue d'un éclairage spécifique, les travailleurs non-salariés (TNS) et des chefs d'entreprise. Une note détaillée analyse les résultats obtenus. 87 % des Français se disent aujourd'hui attachés au « modèle social français, un score en hausse de 5 points par rapport à 2012. La plupart des éléments qui composent ce modèle social sont considérés comme importants par l'immense majorité des Français, à commencer par l'Assurance Maladie (97 %), le salaire minimum (93 %) l'Assurance Chômage (92 %) et le code du travail (90 %).
Son fonctionnement est jugé satisfaisant aujourd'hui, mais suscite de nombreuses interrogations pour l'avenir.

> Lire la suite sur le site d'Harris Interactive

Statistiques - Méthodologie    

Manuel pratique d'analyse multiniveau : Publication de l'Ined

> Site de l'Ined

Systèmes de santé     

Tourisme de santé :  Étude du Parlement européen

Le Comité Transport et Tourisme du Parlement européen a commandité une étude publiée en août 2017 sur le tourisme de santé dans les 28 pays de l'Union européenne. L'étude concerne trois composantes : médical, bien être et thermalisme. Du fait du caractère limité, fragmenté et souvent peu fiable des données, et en raison également des définitions différentes, il est difficile d'estimer la taille et la croissance du tourisme de santé.
> Site de la FHP

>Site de l'Union européenne

Travail et santé

Ignorance scientifique et inaction publique - Les politiques de santé au travail : Ouvrage (E. Henry)

En sociologue, Emmanuel Henry s'interroge sur les mécanismes qui aboutissent à cette occultation et analyse la façon dont s'élaborent, en silence, les politiques de santé au travail en France. Il montre en quoi les instruments et les dispositifs de gestion des risques professionnels sont aujourd'hui conçus par et pour des experts, ce qui rend leur appropriation par les représentants salariaux et par les citoyens très difficile. Devenus invisibles par méconnaissance, voire par production volontaire d'ignorance scientifique par les industriels, ces risques disparaissent purement et simplement des radars officiels, et c'est l'inaction publique qui l'emporte.
> Les Presses de Sciences Po

Changements organisationnels : la participation des salariés protège-t-elle du risque dépressif ? - Etude de la DARES

Les changements organisationnels ont concerné quatre salariés sur dix en 2013. Ils peuvent être un facteur d'insécurité pour les salariés, du public comme du privé, et contribuer à dégrader leur santé mentale. Les effets de ces changements dépendent beaucoup de la qualité de l'information des salariés et de leur consultation sur ces changements : 56 % des salariés ayant vécu un changement disent avoir reçu une information satisfaisante, et 17 % estiment avoir eu une influence sur les changements. Les salariés bien informés présentent moins souvent un symptôme dépressif que ceux qui ne l'ont pas été ; c'est encore plus vrai pour les salariés qui jugent avoir influencé les modalités du changement.

>Sur le site de la DARES

Mesurer la vulnérabilité à la dégradation des conditions de travail dans les pays européens : Publication Centre d'études de l'emploi et du travail (CEET)

Ce travail s'inscrit dans une réflexion visant à définir et à mesurer les différentes formes de vulnérabilité qui peuvent survenir et se développer dans le travail en Europe. Il propose un cadre conceptuel et méthodologique où la vulnérabilité est définie comme le degré d'exposition des travailleurs à des risques cumulés sur le lieu de travail, ayant des effets néfastes pour le bien-être et la santé.

> Site du CEET

Le coût annuel des accidents et maladies professionnelles est estimé à 467 milliards d'euros à l'échelle de l'Union européenne

Lors du XXIe Congrès mondial sur la sécurité et la santé au travail, qui s'est tenu en  septembre, l'Agence européenne pour la sécurité et la santé au travail (EU-OSHA)  a présenté, avec l'Organisation internationale du travail, de nouvelles estimations du coût de la mauvaise qualité des conditions de sécurité et de santé au travail (SST). Ces nouvelles conclusions révèlent que chaque année au niveau mondial, les accidents et maladies d'origine professionnelle entraînent une perte de 3,9 % du PIB, ce qui représente un coût annuel d'environ 2 680 milliards d'euros.

> Communiqué de presse de l'EU-OSHA

> Outil de visualisation des données sur les coûts globaux des maladies et accidents professionnels

La 1re campagne mondiale pour la sécurité, la santé et le bien-être au travail de l'AISS

Un monde sans accidents du travail, maladies professionnelles ou préjudices physiques au travail est-il possible ? "Oui !", répond la toute première campagne mondiale de l'Association internationale de la sécurité sociale (AISS). Selon Joachim Breuer, Président de l'AISS, "tout accident ou maladie lié au travail est dû, non à la malchance ou au destin, mais à des causes spécifiques et peut donc être évité". Pour faciliter l'adoption d'une approche plus systématique et plus intégrée en matière de prévention, la campagne "Vision Zero" propose à l'intention des entreprises et partenaires sept règles d'or et des listes de critères concrets, ainsi que des supports de formation.

> Site Web de Vision Zéro

Vieillissement

Les personnes âgées dépendantes vivant à domicile en 2015. Premiers résultats de l'enquête CARE « ménages » :  Étude de la Drees

En 2015, 4 % à 10 % des personnes âgées de 60 ans ou plus vivant à domicile sont dépendantes au sens du groupe iso-ressources (GIR), selon que l'on retienne une définition restreinte ou large. Par ailleurs, 3 % des personnes sont estimées dépendantes au sens de l'indicateur de Katz et également 3 % au sens de l'indicateur de Colvez. Ces trois mesures renvoient à différentes facettes de la dépendance et seules 15 % des personnes dépendantes au sens de l'une de ces mesures le sont au titre des trois. Selon ces indicateurs, la France métropolitaine compterait entre 0,4 et 1,5 million de personnes âgées en perte d'autonomie vivant à domicile. Ces estimations sont les premiers résultats de l'enquête « Capacités, Aides et REssources des seniors (CARE) ménages », volet seniors, réalisée par la DREES en 2015.
> Lire la suite sur le site de la Drees

Nominations

Anne Burstin est nommée Directrice générale de la Caisse nationale de solidarité pour l'autonomie (CNSA)

Inspectrice générale des affaires sociales, Anne Burstin a exercé alternativement à l'Igas et sur des postes opérationnels, tant en services déconcentrés (directrice adjointe de la DRASS Aquitaine de 2000 à 2003) qu'en établissement public (adjointe du directeur général de l'Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé entre 2006 et 2008, puis directrice générale de l'Institut national du cancer de 2012 à 2014).

Annelore Coury est nommée directrice déléguée à la Gestion et à l'Organisation des soins de la CNAMTS à compter du 29 septembre 2017.

Elle succède à Mathilde Lignot-Leloup, nouvelle DSS, qui occupait cette fonction depuis février 2011. Diplômée de l'ENA, de l'Ecole supérieure des sciences économiques et commerciales (Essec) et de l'Institut d'études politiques de Paris, Annelore Coury est membre de l'Igas depuis 2015 et du conseil supérieur des retraites depuis janvier dernier.

Séverine Salgado remplace Agnès Bocognano à la FNMF

Séverine Salgado, actuelle cheffe de la division des affaires communautaires et internationales au sein de la DSS, va rejoindre la Mutualité Française en tant que directrice déléguée santé. Elle remplacera Agnès Bocognano après son départ pour France Stratégie.

Laure de la Bretèche serait favorite pour succéder à Daniel Lenoir à la tête de la Cnaf.

Elle pourrait être nommée directrice générale d'ici la fin octobre en Conseil des ministres. Laure de la Bretèche est actuellement secrétaire générale pour la modernisation de l'action publique. Diplômée de l'ENS et de l'ENA, elle a débuté sa carrière à l'Igas avant de devenir conseillère au cabinet du maire de Paris, alors Bertrand Delanoë, en charge des personnes âgées et du handicap.

AUTRES REVUES DE PRESSE EN LIGNE

COORDONNEES DES JOURNAUX