QUI SOMMES-NOUS ?

PUBLICATIONS

ENQUETES

SEMINAIRES ET COLLOQUES

PARTENARIATS / PROJETS

SERVICES

HISTORIQUE DES SEMINAIRES LES "MARDIS DE L'IRDES" 2009

Les « mardis de l'Irdes » sont des séminaires où sont présentés des travaux de recherche finalisés ou en cours. Ils répondent à 2 objectifs :

  • Présenter et discuter les travaux effectués par les chercheurs de l’Irdes
  • Valoriser et échanger sur les travaux réalisés des équipes de recherches extérieures à l’Irdes

Les « mardis de l’Irdes » se déroulent deux fois par mois le mardi à 11h00 à l’Irdes et sont ouverts aux personnes extérieures (chercheurs, administrations, professionnels de santé, etc.). La durée d’un séminaire est au maximum d’une heure et demi, soit jusqu’à 45 minutes d'exposé 45 minutes de discussion.

Pour participer aux séminaires :

Veuillez cliquer sur puis remplir le formulaire.






Conditions de travail, santé et récompense au travail

Lengagne P. (Irdes)

Mardi 1er décembre


Selon plusieurs études concordantes, l'insatisfaction au travail et le sentiment d'être insuffisamment récompensé par rapport aux efforts fournis influent sur l'état de santé des individus. Ces résultats, entre autres, soulignent l'intérêt de mieux connaître les déterminants de cette insatisfaction. A partir de l'enquête SHARE 2004-2006 auprès des 50 ans et plus, cette étude analyse le lien entre la récompense au travail ressentie (en termes de salaire et de reconnaissance) et l'exposition à des conditions de travail pénibles pesant sur l'état de santé (être constamment sous pression du fait d'une forte charge de travail et réaliser un travail physiquement difficile). La méthode utilisée consiste à déterminer si, toutes choses égales par ailleurs, cette récompense ressentie est maintenue ou subit une dégradation suite à un accroissement de la pénibilité du travail entre 2004 et 2006. Les résultats obtenus varient selon la nature de la pénibilité, la taille de l'entreprise, le niveau de revenu. Pour les seniors travaillant dans des entreprises de 25 salariés ou plus ou ayant un niveau d'éducation ou de revenu « élevés », le sentiment d'être trop peu récompensé par rapport aux efforts fournis augmente lorsque la pression due à une forte charge de travail s'accroît. En revanche, pour les seniors travaillant dans des entreprises de moins de 25 salariés ou ayant un niveau d'éducation ou de revenu « plus faibles », la récompense au travail ressentie est indépendante de ce type de contrainte. Enfin, en cas d'accroissement des exigences physiques, la récompense au travail diminue globalement.

Variation in Health System Performance: The key to successful health care reform in US and elsewhere

Intervention de Goodman D.C.*
Discussion de Bevan G. (prof. health policy and managemet, LSE)

Vendredi 27 novembre


*David C. Goodman is Professor of Pediatrics and of Health Policy at The Dartmouth Institute for Health Policy and Clinical Practice, in Hanover, New Hampshire; Director of the Center for Health Policy Research. Dr Goodman is also Co-Principal Investigator of Dartmouth Atlas of Health Care.


The United States health care system is beset with the problems of uneven quality, undependable insurance coverage, and unsustainable growth in expenditures. How can health care reform improve care without bankrupting the U.S? This talk will present information on the causes and consequences of unwarranted variation in U.S. medical care, and will explain the application of this information in health care improvement and reform efforts.

Vignettes and health systems responsiveness in cross-country comparative analyses

Rice N., Robone S. (Centre for Health Economics, University of York), C. Smith Peter

Mardi 17 novembre 2009


This paper explores the use of anchoring vignettes as a means to adjust survey reports of health system performance for differential reporting behaviour using data contained within the World Health Survey (WHS). Survey respondents are asked to rate their experiences of health systems across a number of domains on a five-point categorical scale. Using data provided through a set of vignettes we investigate variations in reporting of interactions with health services across both socio-demographic groups and countries. We show how the method of anchoring vignettes can be used to enhance cross-country comparability of performance. Our results show large differences in the rankings of country performance once adjustment for systematic country-level reporting behaviour has been undertaken compared to a ranking based on raw unadjusted data.

Réforme du remboursement des dépenses d’Assurance Maladie : Passez de l’égalité à l’équité

Debrand T. (Irdes), Sorasith C.

Mardi 20 octobre 2009


L’objectif de ce séminaire sera double. Dans un premier temps, nous vous présenterons le nouveau modèle de microsimulation statique de l’Irdes basé sur l’exploitation de l’enquête ESPS 2006 et de la base Epas associée.

Dans un deuxième temps nous vous présenterons une étude dont l’objectif est de tester diverses pistes de réformes sur la participation financière des usagers du système de soins et d’en évaluer les impacts en termes de faisabilité politique et d’équité. Nous étudierons l’impact de la création d’un bouclier sanitaire qui permettrait de limiter les restes à charges des malades dans un cadre de neutralité assurantielle pour le régime obligatoire. Pour ce faire nous nous situons dans le cadre des analyses du rapport « Briet Fragonard ». Nous observerons qui seraient les perdants et les gagnants d’une telle réforme, quels seraient les montants des transferts et quels sont les impacts en terme d’équité ?

US Health Reform: The Fateful Moment

Marmor T. (Université de Yale)

Mardi 13 octobre 2009


Theodore Marmor présentera une analyse de la réforme du système de santé américain et de son évolution sous la présidence Obama. Comment interpréter le débat actuel et comprendre pourquoi il est difficile de réformer le système de santé aux Etats-Unis.

Theodore Marmor est professeur émérite de politique publique et management à l'Université de Yale, directeur du conseil scientifique de l'école Pasteur/Cnam de santé publique.

Effet redistributif du système d'assurance maladie : Une approche par micro simulation sur cycle de vie

Albouy V. (Insee), Davezies L. (Insee-Irdes) et Debrand T. (Irdes)

Mardi 6 octobre 2009


En France, le système d'assurance maladie peut être appréhendé comme une assurance sur l'ensemble du cycle de vie : Les individus payent des cotisations en contrepartie leurs dépenses de santé sont partiellement ou totalement remboursées. Pour chaque individu, le système organise des transferts entre périodes de "bonne santé" et périodes de "mauvaise santé", cela correspond à la dimension intertemporelle du système. Entre individus, le système organise des transferts entre "chanceux" et "malchanceux", cela correspond à la dimension assurantielle. Cependant les cotisations maladies ne sont pas déterminées par une évaluation du risque médical, mais par des règles légales, on peut donc imaginer qu’il existe une dimension redistributive dans le système. Notre but est d’étudier les caractéristiques redistributives du système en tenant compte de la dimension intertemporelle et de la dimension assurantielle.

Nous utilisons DESTINIE, un modèle de microsimulation stochastique dynamique, construit par l’Institut national de la statistique et des études économiques (Insee). DESTINIE simule les trajectoires démographiques et économiques au cours de la vie de 50 000 personnes. Plus particulièrement, le modèle simule les différences en ce qui concerne la mortalité et les événements démographiques (y compris le mariage, la rupture, la naissance d’un enfant, le décès et la migration) ainsi que les transitions sur le marché du travail. Aux fins de cette étude, nous ajoutons au modèle les dépenses de santé au cours de la vie et les cotisations de sécurité sociale.

Social Capital and Health of Older Europeans: From Reverse Causality to Health Inequalities

Sirven N. (Irdes), Debrand T. (Irdes)

Mardi 29 septembre 2009


This research uses a time-based approach of the causal relationship (Granger-like) between health status and social capital for older people in Europe. Using panel data from SHARE waves 1 and 2, a dummy variable for involvement in social activities (voluntary associations, church, social clubs, etc.) is derived as a proxy for social capital at both waves. Several measures of health are considered at wave 1 and 2: poor self-assessed health, reporting limitations in ADL’s, depressive symptoms (euro-d scale), low grip strength, and relative cognitive impairments. A bivariate recursive Probit model is used to simultaneously investigate (i) the influence of baseline social capital on current health, and (ii) the impact of baseline health on current participation in social activities. Although we account for a reversed causal effect, the effect of health on social capital appears to be significantly higher than the social capital effect on health. Ongoing work using microsimulation aims at measuring the evolution of these effects among older people in the late lifecourse.

Les différenciations sociales en terme de conduites préventives :
une analyse anthropologique dans le sud du Brésil.

Despres C.

Jeudi 25 juin 2009


Présentation du travail de recherche dans le cadre d'une thèse en anthropologie sociale sur les conduites préventives au Brésil. Dans un premier temps, sera présenté brièvement l'objet et le cadre général de la thèse. Puis, sera présenté un angle spécifique (transversal au travail de thèse) soit les différenciations sociales des conduites préventives. En quoi les conduites diffèrent-elles en fonction des groupes sociaux, qu'ont-elles en commun ? Comment peut-on expliquer les différences ? Nous verrons que les structures sociales (institutions, normes, valeurs, organisation sociale.) pèsent lourdement sur les choix individuels et expliquent largement ces disparités : ceci nous amènera à critiquer l'idéologie dominante de nos jours (qui parcourt les discours de santé publique notamment) et fondée sur la responsabilité individuelle.

Déterminants de l'écart de prix entre médicaments référents et similaires

Bergua L.

Mardi 16 juin 2009


Dans le cadre de nos recherches sur le prix des médicaments, nous nous sommes intéressés à l’écart de prix entre le premier médicament commercialisé dans une classe thérapeutique (médicament référent) et les suivants (médicaments similaires).

Sur une base de 663 médicaments similaires répartis en 31 groupes thérapeutiques, nous avons cherché l’existence d’un écart de prix entre référents et similaires et construit un modèle de régression multiniveau pour déterminer les variables responsables de cet écart de prix.

L’écart de prix moyen constaté était de +99% du prix de référence, la majorité des présentations étant plus chères que leur référent. L’ASMR, le fait d’être une forme à libération prolongée ou modifiée, l’année de commercialisation, le nombre de DDD dans le conditionnement, le TFR et le nombre d’indications jouent un rôle dans l’écart de prix mais n’en expliquent qu’une petite partie, l’essentiel de la variabilité étant capturée par le groupe thérapeutique. La concurrence des génériques et des similaires entre eux n’a aucune incidence sur l’écart de prix. Au niveau du groupe, l’année de commercialisation du référent, son prix et le délai de commercialisation entre le premier et le dernier arrivé sur le marché sont des déterminants de l’écart de prix mais ne suffisent pas à expliquer un effet groupe aussi important.

L'évaluation économique en santé par le revenu équivalent
Equivalent income and the economic evaluation of health care

Fleurbaey M. (Université Paris-Descartes, CERSES, LSE and Idep)

Mardi 2 juin 2009


We argue that the main tools of economic evaluation of health care (such as cost-benefit, cost-effectiveness, cost-utility, cost-value analysis...) all involve ethical choices about the priority that should be given to various individuals and subgroups.

Relying on the concept of equivalent income, we propose a way to define distributional weights for cost-benefit analysis. We compare this approach to other approaches, in particular cost-effectiveness analysis. We also examine the specific problems raised by risk, and discuss approaches which involve veil-of-ignorance devices in order to determine social priorities. An empirical application based on a new survey is presented in order to illustrate how our proposal can be implemented.

Prévalence, contrôle de l'asthme et ses déterminants en France en 2006

Afrite A., Allonier C., Com-Ruelle L., Le Guen N. (Irdes), avec la collaboration de Annesi-Maesano I. (Inserm U 707), Delmas M.C. (InVS), Furhman C. (InVS), Leynaert B. (Inserm U 700).

Mardi 26 mai 2009


L’asthme, du fait de sa fréquence, de l’intensité des symptômes, des maladies associées, de la mortalité et du poids économique généré, représente un véritable problème de santé publique en France. Plusieurs études mettent en évidence une prévalence de l’asthme plus élevée chez les catégories sociales défavorisées. L’objectif de l'étude présentée est d’estimer la prévalence de l'asthme en population générale en 2006, le niveau de contrôle des symptômes et d'analyser les facteurs, notamment socio-économiques, associés à un mauvais contrôle de l’asthme.

L'étude s’appuie sur les données de l’Enquête santé et protection sociale (ESPS) réalisée en population générale et interrogeant les individus sur leurs caractéristiques socioéconomiques, leur état de santé et leurs recours aux soins. En 2006, 16 195 personnes ont répondu aux questions standardisées introduites sur l’asthme. Ainsi, 1 076 asthmatiques ont été identifiés. Leur palier de traitement médicamenteux et le niveau de contrôle de leurs symptômes sont évalués d’après des recommandations internationales émises en 2006 par le Global Initiative for Asthma (GINA) et aussi d'après les recommandations de la HAS de 2004. Des analyses univariées et multivariées permettent l’identification des caractéristiques socioéconomiques associées au non contrôle partiel ou total des symptômes.

Au sein de notre échantillon représentatif, la prévalence de l'asthme est estimée à 6,7%. Les symptômes de la maladie sont totalement contrôlés pour 39 % des asthmatiques, partiellement pour 46 % et totalement non contrôlé pour 15 % d'entre eux. Toutes choses égales par ailleurs, en tenant compte notamment de l’âge, du sexe et du palier de traitement, les asthmatiques vivant dans un ménage à très faibles revenus (OR=3,13 ; p<0,01), fumeurs (OR=1,79 ; p<0,1) et obèses (OR=2.39 p<0,01) ont un asthme dont les symptômes sont plus fréquemment totalement non contrôlés que contrôlés.

L’environnement socioéconomique représente donc un facteur de risque individuel du mauvais contrôle des symptômes de l’asthme, reflétant pour partie un problème d’accès aux soins. Ainsi, ces éléments sont à intégrer dans la prise en charge globale du malade.

Une méthode de décomposition des inégalités de consommation de soins

Huber H. (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

Mardi 7 avril 2009


Nous proposons une méthode novatrice de décomposition des inégalités de consommation de soins par facteur. A morbidité donnée, la consommation de soins est usuellement concentrée chez les personnes les plus riches de la distribution (cf. travaux du groupe Ecuity). Or nous montrons sur les données ESPS que cette iniquité est pour moitié due à l'hétérogénéité des comportements due à la position des individus dans l'échelle des revenus, cette hétérogénéité n'étant pas identifiable dans les décompositions standard. Trois applications sont proposées : la décomposition des inégalités par facteur pour la France en 1998, l'évaluation de l'impact de la CMU-C sur l'évolution des inégalités de consommation de soins, enfin la comparaison des sources d'inégalité entre les personnes âgées (65 ans et plus) et les autres.

Estimation des dépenses de santé : Comment introduire les recours et les consommations dans un modèle de microsimulation dynamique ?

Albouy V. (Insee), Davezies L. (Insee), Debrand T. (Irdes)

Mardi 10 février 2009

Impact du volume d’activité sur la qualité des soins: résultats préliminaires d’une analyse des données hospitalières françaises

Or Z., Renaud T.

Mardi 3 février 2009

Si la concentration de l’offre de soins hospitaliers est souvent présentée comme un moyen d’améliorer la qualité des soins, l’ampleur et la causalité de la relation entre volume d’activité et qualité des soins fait toujours débat. Pourtant cette relation a été peu analysée dans le contexte français. Ce travail fournit des éléments quantitatifs nouveaux sur la relation volume-qualité en exploitant les données françaises existantes. Nous testons comment et à quel point le volume d’activité d’un établissement peut avoir un lien avec les résultats des soins fournis pour différentes procédures chirurgicales plus ou moins complexes (pontage aorto-coronarien, résection pancréatique, pose de stent, résection de tumeur du côlon, prothèse totale de hanche, appendicectomie) ainsi que pour des prises en charges médicales (infarctus, AVC).
Nous mobilisons les données d’activité hospitalière du PMSI-MCO des années 2005 et 2006. Deux indicateurs de la « qualité » des soins sont construits pour les interventions/soins spécifiques choisis : la réhospitalisation non programmée à 30 jours et la mortalité hospitalière à 30 jours grâce au chaînage des hospitalisations successives d’un même patient. Des modèles logistiques multiniveaux sont effectués en utilisant les données au niveau des séjours/patients pour les interventions choisies, de façon à estimer séparément la variabilité entre séjours et la variabilité entre établissements. Cela nous permet de mesurer correctement l’impact du nombre de séjours réalisés dans l’établissement (globalement ou spécifiquement pour l’intervention analysée) sur la probabilité de réadmission ou de décès, en ajustant par le profil clinique du patient et en contrôlant les caractéristiques de l’établissement (effectifs médicaux…). Une attention particulière est prêtée à la forme du lien entre le volume et la qualité lorsqu’il est avéré.
Les résultats préliminaires montrent que la relation entre volume et qualité ne peut pas être établie de même manière pour tous les types de soins. L’ampleur de la corrélation semble notamment sensible à la complexité et/ou à la rareté de la procédure. De plus, la relation fonctionnelle n’est pas linéaire mais suit une forme log linéaire avec le lien volume-qualité s’atténuant au delà d’un certain seuil d’activité.

L'enjeu des systèmes d'information dans la réponse aux maladies invalidantes
et aux handicaps de longue durée

Henrard J.-C.

Mardi 6 janvier 2009

Le dossier informatisé RAI a été construit pour caractériser de façon exhaustive les situations des personnes de tous âges en situation de handicap et en particulier les personnes âgées dépendantes ou en perte d’autonomie. Il s'adresse à tous les professionnels et aux établissements et services à domicile ces personnes. Il s'appuie sur une évaluation globale de la personne basée elle même sur des outils standardisés et faisant notamment appel aux concepts de la classification internationale OMS du fonctionnement humain, du handicap et de la santé (CIF).

A partir des évaluations initiales conduisant aux plans de soins, le RAI a de nombreuses utilisations :

  • Indicateurs de santé synthétiques facilitant le suivi de l’état des personnes et donnant des correspondances avec d’autres outils tels que la grille AGGIR.
  • Extraction de groupes iso-ressources (RUGs) utiles aux financeurs et aux gestionnaires.
  • Indicateurs de qualité des soins.

C’est de tous ces aspects dont traitera en détail l’exposé de Jean-Claude Henrard.

Notre lettre d'information Vous inscrire

Nous contacter
Mentions légales
Commander
Plan du site
Plan d'accès
Postes à pourvoir
Liens utiles
Nouveau sur le site
Nouvelles publications


1er décembre 2009