SÉMINAIRES DE RECHERCHE : HISTORIQUE 2017

Les séminaires de recherche de l'Irdes constituent un outil de présentation, de discussion scientifique et de diffusion de travaux de recherche en cours de réalisation dans le domaine de l'économie de la santé.

Durée d'une séance : 1h30

- 40 minutes de présentation par les auteurs

- 25 minutes de discussion par un chercheur senior

- 25 minutes de discussion avec la salle

Ces séminaires se tiennent dans les locaux de l'Irdes et sont ouverts à l'ensemble de la communauté scientifique.







Does Experience Rating Lower the Incidence of Workplace Injuries in Small Firms?

Auteurs : Lengagne P.
Discutantes : Hillion M. (Dares) et Le Clainche C. (Université Lille 2)

Jeudi 7 décembre 2017

Experience rating is a common tool set up in Workers' Compensation Insurance in different countries. According to that scheme, firms pay contributions that are modulated to reflect their own past experience in terms of workplace-related injuries. This should incentivize employers to invest more in prevention activities. Usually, in order to avoid putting significant financial stress on small firms, those firms are only partially experience-rated or assigned to a collective experience rating calculated at an aggregated sector level. Based on a quasi-natural experiment in France, this paper assesses the effect of the partial experience rating applied to small firms (i.e. firms composed of 20 to 49 employees in this study) on their workplace injury outcomes. We use a difference-indifference approach. Results show that the partial experience rating induces a decrease in the number of workplace injury per employee. We find that this effect is driven by a decrease in workplace injuries with 2 to 90 absence days. We do not find any effect of the partial ER on musculoskeletal disorder outcomes.

Evaluation d'impact des politiques territoriales : enjeux méthodologiques et solutions à partir de l'expérimentation Paerpa (Parcours santé des aînés)

Auteurs : Bricard D., Penneau A., Or Z. (Irdes)
Discutante : Gramain A. (Université Lorraine)

Jeudi 7 décembre 2017

L'évaluation d'impact des politiques publiques mises en place dans le secteur de la santé connaît un intérêt grandissant des chercheurs et des décideurs publics. Dans les évaluations des expérimentations territoriales, de plus en plus répandues en France, l'évaluateur n'est pas seulement intéressé par l'estimation de l'impact global du dispositif qui serait attendu d'une généralisation, mais souvent aussi par la compréhension de l'hétérogénéité possible dans l'effet du traitement selon les différents contextes territoriaux.
Dans cet article, nous présentons la méthode du contrôle synthétique comme un moyen d'évaluer l'impact des politiques au niveau territorial et vérifions sa robustesse en prenant l'exemple des expérimentations menées sur le parcours de santé des personnes âgées, dite « Paerpa » (Parcours santé des aînés). Nous confrontons cette méthode aux méthodes plus classiques d'estimation d'impact et de choix de territoires témoins en vérifiant leurs hypothèses. Nous proposons une spécification originale du contrôle synthétique à partir d'une lecture critique des derniers développements de la littérature sur les différentes approches possibles. Dans notre évaluation, nous mettrons l'accent à la fois sur l'évaluation globale de Paerpa au niveau national pour estimer un effet moyen dans le cas d'une généralisation, et sur l'évaluation de l'impact par territoire.
Les analyses exploratoires par régression permettent de mettre en évidence un biais de sélection en lien avec certains indicateurs de résultats pour l'ensemble des territoires Paerpa et de façon encore plus marquée territoire par territoire. Ces analyses justifient l'utilisation de la méthode du contrôle synthétique afin de faire varier la composition des témoins selon le territoire et l'indicateur de résultat. Les tests de robustesse sur les tendances avant Paerpa (2010-2013) et le test placebo en 2014 confirment la robustesse du contrôle synthétique et de sa spécification.
Nos analyses montrent aussi que la méthode du contrôle synthétique peut fournir des clés de compréhension utiles dans les analyses territoriales. Elle fournit un moyen systématique pour choisir les unités de contrôle, donne la possibilité d'explorer de façon approfondie les résultats par territoire et d'être transparent dans le choix des territoires témoins.


Social Inequality in Cancer Survival in Canada

Auteurs : Grignon M. (McMaster University Hamilton, Ontario, Canada)
Discutante : Or Z. (Irdes)

Mardi 17 mars 2017

A social gradient in the survival period following a cancer diagnosis has long been observed, even in countries with universal publicly funded access to health care services. However, the evidence is based mostly on neighbourhood or area rather than on individual level observations; moreover, it is quite dated or refers to specific cancer sites. Our estimates are based on an extraordinary Canadian database in which records from 20 percent of respondents in the 1991 Census of Population are linked to 326,000 longitudinal records of ever-diagnosed individuals from the Canadian Cancer Registry; mortality is tracked to the end of 2010.
We estimate Cox proportional hazard regression models to assess the effects of SES on survival after diagnosis, while controlling for a variety of other factors.
We find that survival rates after diagnosis vary with SES: in the lowest educational category, these rates are 15 percent below those in the highest; in the lowest income quintile, they are 17 percent below those in the highest.
The study provides strong evidence that cancer survival is associated with SES: those with higher levels of education and income live longer even after accounting for age, sex, occupation, immigrant status and ethnic origin, region of residence, marital status, tumor site, and cancer stage at the time of diagnosis. The other factors that might explain some of the differences - but which we were unable to take into account - could be lifestyle differences, including smoking, exercise and nutritional practices, as well as treatment differences.