ACTUALITÉS SANTÉ ET PROTECTION SOCIALE
6 avril 2018

Ce bulletin rassemble les résultats de la veille documentaire sur l'actualité en santé et domaines connexes. Cette veille se base sur la lecture de Lettres d'actualités et de Revues de presse en ligne ainsi que sur le suivi de sites français et étrangers. Il est élaboré par les documentalistes de l'Irdes, Marie-Odile Safon et Véronique Suhard.

De périodicité bimensuelle, ce bulletin de veille présente les nouveautés selon les thématiques suivantes :

Assurance maladie DémographieEconomie de la santéEtat de santéGéographie de la santéHandicapHôpitalInégalités sociales de santéMédicamentNTIC : Internet, open dataPolitique de santé, politique socialePolitique publiquePréventionPrévision - évaluationPsychiatrie  • RéglementationSoins de santé primairesSondagesStatistiquesSystème de santéTravail et santéVieillissementNominations

Assurance maladie

Point de situation sur la réforme du régime de protection sociale des travailleurs indépendants

20/03/18 - En déplacement dans la Somme, lundi 19 mars, les ministres Agnès Buzyn et Gérald Darmanin ont installé le comité de pilotage chargé du suivi de la mise en œuvre de la réforme qui s'est tenu à la préfecture d'Amiens. Pour rappel, ce comité de pilotage, constitué des directeurs de la CNAMTS, de la CNAV et de l'Acoss, se réunira au moins une fois par mois jusqu'au 31 décembre 2019. Il a pour mission d'élaborer les modalités selon lesquelles les trois caisses en question gèreront auprès des travailleurs indépendants les prestations et le recouvrement ces cotisations. Ce déplacement a été l'occasion de faire un point sur la mise en œuvre concrète de cette réforme du régime de protection sociale des travailleurs indépendants. Le communiqué de presse détaille le décret du 9 mars, les différentes mesures d'amélioration de la qualité de service, précise que le schéma de transformation du RSI, feuille de route de la réforme élaborée par une mission d'experts (IGAS), sera approuvé par arrêté début avril.

> Communiqué du 20 mars 2018 : Point de situation sur la réforme du régime de protection sociale des travailleurs indépendants.

Tiers payant : sa généralisation fait face à de nombreux obstacles.

La ministre des Solidarités et de la Santé souhaite mettre en place un calendrier de montée en charge du tiers payant sur la part complémentaire, tout en préservant son caractère facultatif pour les professionnels de santé. Les médecins libéraux dénoncent des obstacles techniques, confirmés par un rapport de l'Igas dont les conclusions ont été présentées aux différents partenaires lors de la réunion du comité de pilotage du tiers payant. Selon ce rapport, cette généralisation ne sera pas possible avant 2020.

> Le Parisien, 30 mars 2018

Démographie

Economie de la santé

Vers l’unification de la protection sociale ? : un dossier documentaire de la SFSP

> Site de la SFSP

Selon l'institut Montaigne le système de protection sociale doit évoluer en prenant le virage du numérique

Un rapport de ce think tank  prône l’utilisation des nouvelles technologies, sous diverses formes, pour améliorer la relation entre le citoyen et son système de protection sociale. Il formule dix propositions sur les nouveaux principes de la protection sociale, sur l'amélioration du service délivré au citoyen et sur la gestion et l’organisation du système de protection sociale.

> Site de l'Institut Montaigne

> Argus de l'assurance, 28 mars 2018

Reste à charge zéro sur les lunettes et les audioprothèses : élargissement des bénéficiaires mais renouvellement davantage espacé

L'article des Echos du 28 mars, consacré à la mise en place du projet de mise en place du reste à charge zéro rappelle que les différents partenaires doivent se mettre d'accord sur le panier de soins. Un avis de projet de nomenclature doit être publié début avril, suivi par l'ouverture d'une concertation officielle, puis par la publication d'un arrêté sur le reste à charge zéro fin mai. Les professionnels visent 20 % de personnes concernées pour les prothèses auditives alors que l'administration propose des montants qui couvriraient 70 % de la population. Concernant l'optique, le gouvernement penche pour un panier de soins assez large. Les professionnels des deux secteurs s'inquiètent des conséquences de ces mesures qui les mettraient dans l'obligation de réduire leurs marges afin que le panier soit pris en charge. De plus, l'administration souhaite que la  durée pour un renouvellement soit finalement rallongée d’un an : trois ans pour l’optique, cinq ans pour l’auditif.

> Les Echos, 28 mars 2018

Etat de santé

L'Institut national du cancer publie l'essentiel des faits et chiffres des cancers en France en 2017

Issu du rapport « Les cancers en France – Edition 2017 », qui sera publié en juin 2018, « L’essentiel des faits et chiffres » présente les données clés sur le cancer et la cancérologie. Au-delà des données générales, deux focus sont proposés. Le premier concerne la question de la participation au programme du dépistage du cancer colorectal, le second fait le point sur la consommation d’alcool et les risques de cancers attribuables à sa consommation.

> Site de l'Inca

Géographie de la santé

Handicap

Gynécologie et femmes en situation de handicap : résultats de l’étude HandiGynéco

L’ARS Ile-de-France publie les résultats de l’étude relative aux besoins et à la prise en charge gynécologique et obstétricale des femmes en situation de handicap, notamment celles accueillies en établissements médico-sociaux. La démarche a donné lieu à un rapport d’analyse sur les besoins des femmes, à une cartographie de l’offre gynécologique et obstétricale pour les femmes handicapées en Ile-de-France, ainsi qu’à une synthèse reprenant l’ensemble des constats et préconisations.

> Site ARS Ile-de-France

Pratiques de coopération et de coordination du parcours de la personne en situation de handicap : Recommandations de l'Anesm

Ces recommandations se présentent en deux volets. Le premier volet aborde en priorité les évaluations préventives à mettre en place et à renforcer lors de toute transition, le recueil des attentes et aspirations de la personne en situation de handicap et de son entourage. Il identifie d’une part les acteurs ressources permettant de fluidifier le parcours de vie de la personne et d’autre part il définit l’acteur ressource assurant une fonction de coordination. Il s’attache également à construire et mettre en œuvre un dispositif ressource permettant de répondre à l’ensemble des besoins de la personne. Le second volet est composé d’outils, de zooms sur la réglementation et des fiches acteurs. Ces fiches ont pour but d’améliorer le repérage des dispositifs et acteurs présents sur le territoire et de faciliter l’identification de leur rôle et de leurs missions.

> Site de l'Anesm

Hôpital

Pose de prothèse totale de hanche en ambulatoire à Nîmes

19/03/18 - Le virage ambulatoire amorcé en chirurgie orthopédique se poursuit. Le service de Chirurgie orthopédique et traumatologique du CHU de Nîmes a effectué une première pose de prothèse totale de hanche "en hospitalisation de jour grâce aux techniques opératoires mini-invasives, aux avancées en matière de gestion de la douleur périopératoire et à l'organisation minutieuse des prestataires de soins à domicile". Le patient âgé de 74 ans présentait une arthrose de la hanche invalidante. Arrivé à 7h dans l'unité de chirurgie ambulatoire (UCA), il a été transféré au bloc opératoire où il a été opéré en début de matinée. Le patient a regagné son domicile à 17h. Il a poursuivi ses soins et son programme d'autonomisation sous contrôle de l'équipe d'infirmières et du kinésithérapeute de ville à son domicile. Un réseau médicalisé entre le CHU et la ville notamment via le dispositif PRADO, développé par l'Assurance maladie, garantit la sécurité du patient à son domicile.

> CHU Réseau, 09 mars 2018

Le traitement de la cataracte primaire est la plus fréquente des interventions chirurgicales  : Étude Drees

En France, le nombre de séjours hospitaliers avec traitement chirurgical de cataracte primaire (remplacement du cristallin par une lentille artificielle) s’élève à 826 000 en 2016. Le nombre de patients opérés est toutefois plus faible : 574 000, car 44 % d’entre eux ont été opérés des deux yeux la même année, au cours de deux séjours distincts. Entre 2008 et 2016, la part de la chirurgie ambulatoire est passée de 70 % à 92,5 %. Au cours de cette période, le nombre annuel de séjours pour cataracte primaire a augmenté de 39 % et celui des patients opérés de 28 %. Après prise en compte de l’augmentation de la population et de son vieillissement, la hausse des taux standardisés est de 23 % pour les interventions et de 13 % pour les patients. Ce décalage reflète l’augmentation des interventions bilatérales réalisées au cours de la même année.

> Site Drees

"L'hôpital public est à l'agonie". Tribune de Remy Nizard

Le professeur Rémy Nizard constate, dans une tribune au « Monde », que l’hôpital public est à bout de souffle. Il identifie six pistes à suivre afin de sortir de la situation actuelle, parmi lesquelles la remise en cause des 35 heures pour les médecins salariés moyennant des compensations.

> Le Monde, 4 avril 2018

Inégalités sociales de santé

Des inégalités de niveau de vie plus marquées une fois les dépenses pré-engagées prises en compte : Étude Drees

En les distinguant selon leur niveau de vie, il est possible de catégoriser les ménages en ménages pauvres, ménages modestes non pauvres, classes moyennes et ménages aisés. Malgré une convergence des structures de dépenses sur longue période, particulièrement concernant la part de l’alimentation, des différences persistent entre ces différentes catégories, notamment en termes de logement, de transport ou de loisirs. Une partie des dépenses des ménages est dite pré-engagée, c’est-à-dire qu’elles sont engagées par contrat (assurances, loyers, remboursements d’emprunts, etc.) et difficilement renégociables à court terme. La part des dépenses pré-engagées dans le revenu disponible des ménages est d’autant plus forte que leur niveau de vie est faible : elle passe de 61 % pour les ménages pauvres à 23 % pour les ménages aisés.

> Site Drees

Médicament

La Cnam veut généraliser la prescription électronique : les syndicats de médecins réclament un système simple et sécurisé

19/03/18 - La Cnam et le gouvernement veulent généraliser à l'horizon 2019 la prescription électronique de médicaments , véritable outil de coordination entre le médecin et le pharmacien. Le sujet fait partie des négociations de l'Accord cadre interprofessionnel (ACIP) qui ont repris la semaine passée entre l'Union nationale des professionnels de santé (UNPS) et l'Assurance maladie. À ce jour, seuls trois départements (Val-de-Marne, Saône-et-Loire, Maine-et-Loire) expérimentent depuis novembre 2017 l'ordonnance électronique, répondant au doux nom de PEM2D, un projet d'e-prescription de la Cnam mené avec deux éditeurs de logiciels d'aide à la prescription et deux éditeurs de logiciels pour pharmacies. Pour l'instant, la solution choisie s'appuie sur un QR Code (aussi appelé code 2D) imprimé par le médecin sur l'ordonnance, scanné par le pharmacien qui exécute la prescription et transmet les données de prescription à l'Assurance Maladie. Ce QR Code reprend les données de la prescription papier sous forme de données structurées et comprimées. Il est authentifié et signé par la CPS du médecin. L'exemplaire papier est donc pour l'instant maintenu. Une première étape avant, espèrent certains professionnels, d'en arriver à une dématérialisation complète réalisée via une base de données sécurisée à laquelle auraient accès les médecins et les pharmaciens. Les syndicats médicaux y sont favorables, même s'ils posent des conditions : sécurité des données et simplicité du système devront être assurées. De nombreux pays ont déjà adopté la e-prescription. Les pays scandinaves sont les précurseurs en la matière comme au Danemark où ce type d'ordonnance est en place depuis les années 90.

> Le Généraliste, 17 mars 2018

La consommation d'antibiotique mondiale a augmenté de 40 % entre 2000 et 2015

Selon une étude parue dans la revue "Proceedings of the National Academy of Sciences (PNAS)", la consommation d'antibiotiques mondiale est passée de 21,1 milliards de doses quotidiennes en 2000 à 34,8 milliards en 2015, soit une augmentation de 65%. Le taux de consommation d'antibiotiques dans les pays à revenu faible et intermédiaire (PRFI) a convergé vers (et dans certains pays dépassent) les niveaux généralement observés dans les pays à revenu élevé. Les auteurs insistent sur le fait que la réduction de la consommation mondiale est essentielle pour réduire la menace de résistance aux antibiotiques, mais les efforts de réduction doivent équilibrer les limitations d'accès dans les PRFI et tenir compte des schémas de résistance locaux et mondiaux.

> Site de la revue (en anglais)

> Pourquoi docteur, 28 mars 2018

"On constate une rupture de l'équité dans l'accès aux médicaments innovants" : interview de Claude Le Pen

Dans une interview donnée au Quotidien du Médecin, l'économiste de la santé Claude Le Pen note "une rupture de l'équité républicaine dans l'accès aux médicaments innovants". Il pointe le décret de 2016 qui réserve l'inscription des produits prescrits à l'hôpital sur la liste en sus aux médicaments reconnus comme apportant une amélioration du service médical rendu (ASMR) de I à III, excluant les médicaments à ASMR IV. Certains hôpitaux décident quand même de les financer sur leurs fonds propres, en prenant sur leur dotation annuelle, sur les enveloppes de recherche. Ces pratiques sont connues et sources d'inégalité entre les patients". Toutefois, "l'Etat est conscient du problème et recherche une solution pour contrôler les dépenses sans pénaliser les patients. Sous leur pression, le décret 'liste en sus' sera revu", précise Claude Le Pen. Interrogé sur la nécessité d'une réforme du système de fixation de prix, l'économiste estime en effet que le système français "trouve certaines limites". "La vraie question n'est pas de fixer les prix des médicaments innovants chers dont on connaît les bénéfices thérapeutiques, mais de tarifer et de rembourser des innovations chères dont on ne connaît pas bien les bénéfices".

> Le Quotidien du médecin, 29 mars 2018

NTIC : open data, internet

Une nouvelle page de connexion pour le compte ameli web qui devient désormais fournisseur de services FranceConnect

23/03/18 - Depuis le 21 mars 2018, la page de connexion au compte ameli a fait peau neuve. L'écran développé en « responsive design » pour un affichage optimisé sur les différents types de matériels - smartphones, tablettes et ordinateurs -, intègre dorénavant le bouton "FranceConnect" (FC) qui permet aux internautes de se connecter à leur compte personnel ou créer un compte via leurs identifiants FC. Par exemple, les personnes qui disposent déjà de paramètres de connexion (identifiant et mot de passe) auprès de l'administration fiscale, de La Poste et d'Orange (service « Mobile connect ») peuvent les utiliser pour se connecter à leur compte ameli. Réciproquement, le numéro de sécurité sociale et le mot de passe utilisé pour le compte ameli peuvent permettre de se connecter aux services des Impôts (DGFIP), de La Poste, etc.

Le rapport de Cédric Villani sur l'intelligence artificielle : ses propositions en matière de santé

29/03/18 - Le mathématicien Cédric Villani, médaille Fields 2010 et député LREM, a remis le 28 mars 2018 au Premier ministre son rapport sur l'intelligence artificielle. Le document de 235 pages met en exergue quatre secteurs stratégiques dont le développement économique et industriel appelle avec instance une aide de l'État : la santé, la mobilité (transports), l'environnement et la défense-sécurité. Le chapitre dédié à l'innovation en matière de santé est intitulé « la santé à l'heure de l'IA ». L’intelligence artificielle en santé ouvre des perspectives très prometteuses pour améliorer la qualité des soins au bénéfice du patient et réduire leur coût – à travers une prise en charge plus personnalisée et prédictive – mais également leur sécurité – grâce à un appui renforcé à la décision médicale et une meilleure traçabilité. Elle peut également contribuer à améliorer l’accès aux soins des citoyens, grâce à des dispositifs de prédiagnostic médical ou d’aide à l’orientation dans le parcours de soin. Près de vingt ans après la création de la base nationale des données médico-administratives (SNIIRAM), la France doit à nouveau faire figure de pionnière en investissant massivement dans les capacités de recherche et d’innovation en matière d’IA appliquée à la santé. Ces capacités reposent à la fois sur la mise en place de systèmes adaptés aux usages liés à l’IA visant à plateformiser le domaine, des procédures d’accès aux données plus fluides et un cadre pour expérimenter « en conditions réelles » les solutions émergentes. L’appropriation de l’IA en santé dépend également de notre capacité à accompagner les patients et professionnels de santé dans la transformation des pratiques médicales, ainsi qu’à structurer et animer en continu un débat national sur les usages éthiques de l’IA en santé.

> La stratégie française sur l'Intelligence Artificielle - La conférence avec accès au rapport Villani
> DSIH, e-santé, 27 mars 2018
> Le Monde, 28 mars 2018

Politique de santé, politique sociale

Mal-être et suicide en agriculture. La Mutualité sociale agricole renforce en mars 2018 l'expertise de son service Agri'Ecoute

21/03/18 - Créé en octobre 2014 par la MSA, dans le cadre de son plan de prévention du suicide en agriculture, Agri'Ecoute, le service d'écoute téléphonique de la MSA permet à tout adhérent MSA de dialoguer anonymement, à tout moment avec des écoutants.  De 90 appels par mois en 2015, on est passé à plus de 300 appels mensuels en 2017. Soucieuse de toujours mieux protéger et accompagner ses adhérents en difficulté, la Sécurité sociale agricole optimise l'expertise du service Agri'écoute pour faciliter la détection précoce des cas sensibles ou à risque. En parallèle, elle lance, du 19 mars au 30 avril, une campagne de communication nationale dédiée dont le principal objectif est d'informer l'entourage proche - personnel et professionnel - des adhérents potentiellement concernés, ses partenaires traditionnels et les relais d'opinion, de l'utilité et des nouveaux points forts d'Agri'Ecoute version 2018, lancé en mars. Parmi les nouveaux atouts d'Agri'écoute 2018, un nouveau profil d'écoutants téléphoniques avec désormais une équipe de psychologues cliniciens diplômés, spécifiquement formés à la gestion du mal-être et des situations de crise suicidaire.
> Communiqué et dossier de presse MSA, 20 mars 2018

Le gouvernement annonce 15 mesures pour le bien-être des étudiants en santé

Sur la base du constat de difficultés importantes, émanant à la fois d’enquêtes des associations étudiantes, et de la littérature internationale Agnès Buzyn et Frédérique Vidal, ont confié une mission au Dr Donata Marra, qui depuis 2016 préside et anime le BIPE (Bureau Interface Professeurs Étudiants) de l’Université Paris 6. Le BIPE est une structure qui accompagne les étudiants pendant leurs études de médecine et, si besoin, les évalue et les oriente vers des structures d’aides qui contribuent à l’épanouissement de ces futurs soignants dans leurs études. L’analyse et les propositions du rapport du Dr Marra permettent d’élaborer 15 engagements. Certaines mesures permettront une intervention et un soutien et seront mises en œuvre sans délai. Mais l’objectif du bien-être et de la qualité de vie des étudiants en santé sera aussi au centre de la réflexion engagée pour une transformation profonde des études de santé, nécessaire à la transformation du système de santé.

> Dossier de presse et rapport sur le site du ministère de la santé

> Le Monde, 3 avril 2018

Politique publique

Légère décroissance du nombre de bénéficiaires du RSA et forte hausse des foyers bénéficiaires de la prime d'activité en 2017

22/03/18 - Au titre de décembre 2017, le revenu de solidarité active est versé par les CAF à près de 1,83 million de foyers résidant en France métropolitaine et dans les Dom, pour un montant moyen de 490 euros par mois. Le nombre de bénéficiaires connaît ainsi une légère diminution de 0,6 % entre fin 2016 et fin 2017 (la baisse était de 4,3 % en 2016). Au titre de décembre 2017, la prime d'activité est versée par les CAF à 2,67 millions de foyers résidant en France métropolitaine et dans les Dom (y compris Mayotte), pour un montant moyen de 158 euros par mois. Le nombre de bénéficiaires de la prime d'activité connaît une croissance annuelle de 7,5 %. Toutefois, cette évolution est contrastée, selon que les foyers perçoivent ou non une majoration de leur allocation liée à leur situation d'isolement avec enfant(s) à charge ou à naître. Au total, cette prestation couvre 5,44 millions de personnes : 2,67 millions d'adultes responsables du dossier, leurs conjoints éventuels représentant 0,69 million de personnes et leurs enfants ou autres personnes à charge soit 2,08 millions.

> Les foyers bénéficiaires du Rsa : 1,83 million à fin décembre 2017 - Rsa conjoncture, n° 21, mars 2018
> Les foyers bénéficiaires de la prime d'activité : 2,67 millions à fin décembre 2017 - Prime d'activité conjoncture, n° 8, mars 2018

Prévention

Vaccin, tabac, alcool: le gouvernement dévoile 25 mesures de prévention santé

Le Premier ministre, Edouard Philippe, et la ministre de la Santé, Agnès Buzyn, ont présenté, mercredi 28 mars 2018, le plan en faveur de la prévention, à l'occasion d'un comité interministériel pour la santé dans les locaux de Santé publique France, à Saint-Maurice (Val-de-Marne). Doté de 400 millions d'€ sur cinq ans, il se décline en un catalogue de 25 mesures, sans réel projet fort ou emblématique. Plusieurs domaines sont concernés, dont le tabac, l'alcool, la nutrition, le dépistage de certains cancers ou la vaccination contre la grippe par les pharmaciens volontaires, qui sera généralisée dès 2019. La lutte contre l'hépatite C a également été évoquée, avec un renforcement du dépistage de proximité via les tests rapides d'orientation diagnostique (TROD) combiné, et l'ouverture de la prescription des nouveaux médicaments en ville, alors qu'elle est aujourd'hui réservée à l'hôpital. Contre le tabac, les patchs nicotiniques et autres produits prescrits pour arrêter de fumer vont être remboursés comme des médicaments classiques. Le forfait actuel de 150 € va progressivement être remplacé par un remboursement en fonction des besoins. Dès la rentrée 2018, 48.000 futurs médecins, sages-femmes et infirmiers effectueront ainsi des missions dans les collèges, lycées, universités, mais aussi par la suite dans les Ehpad, prisons, entreprises, etc.
> Les Echos, 27 mars 2018

> Dossier de presse sur le site du ministère

> Localtis, 26 mars 2018

Prévision - Evaluation - Méthodologie

Psychiatrie

Réglementation

Arrêté du 27 mars 2018 fixant le montant de la dotation annuelle du fonds pour l'innovation du système de santé pour 2018

Le montant de la dotation de la branche maladie, maternité, invalidité et décès du régime général versée au fonds pour l'innovation du système de santé est fixée, pour l'année 2018, à vingt millions d'euros (20 000 000 €).

> Site Legifrance

Arrêté du 26 mars 2018 fixant le plafond des ressources prises en compte pour l'attribution de la protection complémentaire en matière de santé

Le plafond de ressources pris en compte pour l'attribution de la CMU-C est revalorisé de 1 % au 1er avril 2018. Il en résulte que les personnes seules justifiant de ressources inférieures à 8 810 € par an pourront prétendre à la CMU-C.

> Site Legifrance

Soins de santé primaire

Convention médicale. Signature de l'avenant 5 pour compenser la hausse de la CSG pour les médecins libéraux

20/03/18 - Après plus de 3 mois de négociations, l'Uncam et quatre syndicats représentatifs des médecins libéraux - MG France, la FMF, Le Bloc et le SML - ont signé, le 15 mars 2018, l'avenant 5 à la convention médicale de 2016. Cet accord vise à compenser au plus juste la hausse de la CSG instaurée par la LFSS de 2018 pour tous les médecins de secteur 1.
Pour ces 83 000 praticiens, la baisse du taux de cotisation des allocations familiales de 2,5 points décidée par la loi de financement de la Sécurité sociale pour l'ensemble des professions libérales ne permettait pas de neutraliser entièrement la hausse de la CSG de 1,7 %. Le dispositif de compensation complémentaire prévoit une mise en oeuvre en deux temps :
- en 2018 : une solution transitoire prend la forme à la fois d'une augmentation de la prise en charge des cotisations famille et de la mise en place d'une nouvelle prise en charge sur les cotisations de la retraite de base de ces médecins, calculée selon les tranches de revenu actuellement utilisées.
- en 2019 : une solution pérenne sera mise en place avec la prise en charge par l'Assurance Maladie d'une partie des cotisations de la retraite de base calculée pour chaque médecin, en fonction de 3 tranches de revenus et le retour à la prise en charge actuelle des cotisations famille.
Cette compensation implique un investissement financier pour l'Uncam de 104 millions d'euros.
> Communiqué de presse de l'Uncam, 9 mars 2018

Les déserts médicaux : n° spécial de la revue Mutations

Au sommaire : - Reportage dans un village de l'Yonne qui s'est mobilisé pour la création d'un pôle médical; -le géographe de la santé Guillaume Chevillard (Irdes) dresse une cartographie des déserts médicaux; - Une jeune médecin généraliste explique les aspirations des nouvelles générations de praticiens. - Focus sur l'évolution de la population médicale par département; - L'action des pouvoirs publics et des collectivités territoriales en faveur de l'accès aux soins dans les zones sous-médicalisées; - La ministre de la Santé, Agnès Buzyn, présente sa feuille de route pour lutter contre les déserts médicaux; - Le point de vue de la Fondapol : miser sur la digitalisation de la santé.

> Site de la Mutualité française

Répondre aux besoins de santé en formant mieux les médecins : propositions pour évaluer et réviser le troisième cycle des études médicales : Rapport Igas

Le 3ème cycle des études médicales permet aux médecins d’acquérir la formation de spécialité qu’ils exerceront à l’issue de leurs études. Ce 3ème cycle a été réformé en 2016. La densification de la formation, l’autonomisation progressive et la suppression des diplômes complémentaires redonnent ainsi au post-internat sa raison d’être et doivent permettre une installation plus précoce des médecins. Le rapport analyse cette réforme et le début de sa mise en œuvre. Il propose une méthode et des critères d’évaluation et de révision des maquettes de formation, en mettant en perspective les compétences à acquérir et les besoins de santé. Il donne des éléments de comparaison avec l’organisation des études médicales dans plusieurs pays étrangers (Allemagne, Royaume-Uni, Espagne, Italie, États-Unis et Suède). Il fait un focus sur quelques spécialités médicales et l’évolution de leur 3ème cycle. Il met en évidence l’intérêt des synergies entre systèmes d’information pour orienter les futures évolutions.

> Site Igas

Sondages

Les Français sont toujours de plus en plus inquiets pour leurs vieux jours révèle la 16° édition du baromètre IPSOS/Le Cercle des épargnants « Les Français, l'épargne et la retraite »

Les résultats de ce sondage ont été présentés le 20 mars 2018. 73 % de sondés se disent inquiets pour leur retraite, 84 % pour le système de retraite dans son ensemble et 83 % craignent de manquer de ressources financières à la retraite. Les Français ont une forte propension à l'épargne, 47 % pensent qu'il vaut mieux mettre de côté et épargner par précaution et 62 % préfèrent un placement « qui rapporte peu mais est peu risqué ». 28 % des Français n'ont jamais entendu parler de la réforme des retraites actuellement en préparation. Seulement 30 % des Français estiment que l'épargne individuelle devrait participer en priorité au financement des entreprises.

> Site du Cercle des épargnants

Les Français et la protection sociale : une enquête AG2R La Mondiale

Fin 2017, AG2R La Mondiale a mandaté Harris Interactive pour mener une étude afin de mieux connaître le niveau de préoccupation et d'information des Français sur les différents thèmes de la protection sociale. Les résultats détaillés de cette enquête ont été publiés le 20 mars 2018. Les Français estiment que les préoccupations les plus importantes pour eux, parmi une quinzaine de thèmes proposés, sont la santé, que ce soit la leur ou celle de leurs proches et la situation financière, à hauteur de 50 % chacune, devant les enfants (34 %), l'épanouissement personnel (24 %) et la vie familiale (24 %). La retraite inquiète particulièrement les chefs d'entreprise (82 %) et les TNS (76 %). D'une manière générale, la population se montre peu confiante sur l'avenir de notre système de protection sociale.

> Site d'AG2R La Mondiale

Baromètre 360 santé : le numérique permettra-t-il de redresser une satisfaction en recul ?

59% des Français estiment aujourd'hui que leur système de soins hospitaliers est le meilleur, contre 74% en juin 2016 et 67% en octobre 2017, selon les derniers résultats du Baromètre santé 360° Odoxa-Le Figaro pour Asip Santé, MNH Group et Orange. Autre indicateur qui se dégrade de manière importante, la satisfaction sur le parcours de soins, qui passe de 69% en mai 2015 à 49% en mars 2018. Cette insatisfaction atteint même 90% chez les directeurs d'hôpitaux et 65% chez les médecins. Le manque d'équipements et de nouvelles technologies des hôpitaux inquiètent notamment les Français, qui ne sont que 55% à les trouver en avance, contre 65% en moyenne chez les Européens vis-à-vis de leur propre système de santé. Le développement du numérique et des outils et services liés aux nouvelles technologies (NT) apparaît d'ailleurs dans ce sondage comme un levier puissant de la satisfaction des patients.

> Site d'Odoxa

Statistiques - Méthodologie

Systèmes de santé

Travail et santé

Vieillissement

Panorama de la retraite : chiffres clés 2017 du régime général

Ce document chiffré dresse une photographie du 1er régime de retraite français et apporte des repères sur le système de retraite français. Au 31 décembre 2017, l'Assurance retraite a versé une retraite personnelle ou de réversion à un peu plus de 14,1 millions de retraités : 43 % d'entre eux ont cotisé à plusieurs régimes de retraite de base durant leur carrière professionnelle. L'âge moyen du retraité du régime général a légèrement augmenté : il est de 74,1 ans contre 73,9 ans en 2016. Le montant de base moyen du droit direct servi pour une carrière complète au régime général est de 1053 € par mois en 2017, contre 1041 € en 2016. Le nombre de départs en retraite anticipée « longue carrière » a légèrement diminué passant de 167 659 en 2016 à 162 534 en 2017. Plus de 97 % de ces nouveaux retraités ont un âge compris entre 60 ans et l'âge légal.

> Site de la Cnav

La Banque postale dresse un état des lieux financier des EHPAD publics en France

Quelles sont les caractéristiques de ces établissements ? Comment sont-ils financés ? Avec quels enjeux ? Sans prétendre à l’exhaustivité, cette publication dresse un état des lieux des EHPAD publics autonomes, acteurs majeurs de la prise en charge des personnes âgées. Ce rapport s'inscrit dans le souhait de diversification des activités de la Banque postale : financement des projets de réhabilitation d’établissement  et développement de  nouveaux services permettant le maintien à domicile.

> Site de la Banque postale

> Localtis, 27 mars 2018

Nominations

Transformation du système de santé : Agnès Buzyn et Frédérique Vidal nomment les trois responsables de la consultation sur la formation des professionnels de santé

La ministre des Solidarités et de la Santé et la ministre de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche et de l’Innovation ont chargé le Professeur Antoine Tesnière, la députée du Loiret Stéphanie Rist et l’interne en médecine générale Isabelle Riom de mener les consultations sur ce chantier. Des premières orientations seront rendues en mai.

> Communiqué de presse

AUTRES REVUES DE PRESSE EN LIGNE

COORDONNEES DES JOURNAUX