DOC NEWS : VEILLE SUR L'ACTUALITÉ EN SANTÉ


Elaborées par les documentalistes de l'Irdes, Marie-Odile Safon et Véronique Suhard, les Doc News rassemblent de façon thématique les résultats de la veille documentaire sur l'actualité en santé, réalisée à partir de lettres d'actualités et de revues de presse en ligne, ainsi que du suivi de sites français et étrangers.

De périodicité bimensuelle, elles présentent les nouveautés sur la politique de santé selon les thématiques mentionnées ci-dessous :




DOC NEWS DU 27 NOVEMBRE 2015

Assurance maladie

Victimes d'actes terroristes : Marisol Touraine annonce l'application immédiate de la gratuité des soins.

17/11/2015 - Marisol Touraine annonce la mise en place immédiate de la gratuité des soins et de la simplification des procédures de prise en charge par l'assurance maladie pour les victimes de terrorisme. Un numéro unique (0 811 365 364) permet dès aujourd'hui aux victimes d'obtenir des informations sur leur situation personnelle.

Marins : la CMAF disparaît au 1er janvier 2016

La lettre Protection Sociale Informations revient sur la disparition e la Caisse maritime des allocations familiales d'une CAF, le 1er janvier prochain, la Caisse maritime d'allocations familiales (CMAF). La suppression de la Caisse maritime créée en 2002 pour gérer au niveau national les prestations familiales des marins pêcheurs et de la marine marchande et recouvrer les cotisations et contributions en rapport avait été programmée par l'article 18 du PLFSS pour 2015. Dès l'an prochain, la gestion des prestations familiales des 6 500 foyers allocataires concernés sera assurée exclusivement par la CAF du lieu de résidence qui verse déjà les allocations logement et le RSA. De même, les gens de mer doivent bénéficier d'un guichet unique pour le recouvrement des cotisations sociales géré par l'Établissement national des invalides de la marine (Enim) qui s'occupe des autres risques, avec délégation à l'Urssaf.
> Protection Sociale Informations, N° 1001 du 18/11/2015

Le top 30 de la Mutualité 2015,: Publication de l‘Argus de l'assurance

Basé sur les chiffres 2014, ce baromètre analyse les phénomènes qui traversent le monde mutualiste. La volonté d'une partie des mutuelles de constituer des groupes diversifiés, potentiellement de futurs groupes prudentiels, mêlée au choc de l'ANI, remodèle le paysage. Si les cinq premières mutuelles du Top 30 de la mutualité 2015 sont stables, on se bouscule au-delà pour grignoter des places. Harmonie Mutuelle conserve la première place (2 374 Ms € de cotisations), suivie par le groupe MGEN (1 758 Ms €), la Mutuelle Générale (1094 Ms €), Eovi-MCD (819,1 Ms€), et la MNH (639,2 Ms €).

> Lire la suite sur le site de l'Argus des assurances

Economie de la santé

PLFSS 2016 : La commission des affaires sociales de l'Assemblé a rétablit le texte adopté en première lecture

Les mesures phares du projet de loi santé, éliminées par le Sénat en première lecture, ont été réintroduites en commission à l'Assemblée nationale, lors de l'examen du texte en nouvelle lecture les 9 et 10 novembre comme le paquet neutre et la généralisation du  tiers-payant dont les objectifs de mise en oeuvre technique ont été précisés.

Les dépenses d'assurance maladie du régime général en hausse de 2,6 % sur un an, à fin octobre 2015 : Communiqué de presse de la Cnamts

Sur les douze derniers mois, les dépenses remboursées par le Régime général dans le champ de l'ONDAM sont en hausse à fin octobre 2015 de 2,6 % en données CJO-CVS, un chiffre en légère baisse par rapport au mois précédent (+ 2,8 %).
> Site d'Ameli

Le conseil d'administration de la CNSA adopte son budget initial 2016

Le conseil d'administration de la Caisse nationale de solidarité pour l'autonomie (CNSA) a adopté, le 17 novembre, le troisième budget rectificatif 2015 de la CNSA. Ce budget rectificatif intègre notamment une nouvelle actualisation des prévisions de recettes de la direction de la sécurité sociale (DSS), une annulation de crédits de 85 millions d'euros et l'abondement d'un nouveau fonds de restructuration des services à domicile de 25 millions d'euros. Le conseil a également adopté son budget prévisionnel pour 2016. Il s'élève à 23,110 milliards d'euros, en hausse de 1,1 % par rapport au troisième budget rectificatif 2015. La CNSA bénéficiera du versement intégral de la CASA (estimée à 726,5 millions d'euros) ce qui permettra de financer l'entrée en vigueur de la loi relative à l'adaptation de la société au vieillissement sous ses différents aspects (réforme de l'APA et mesures de prévention).
> Pour en savoir plus : Dossier de presse de la réunion du 17 novembre 2015

Financement du système de santé : "le point de vue du législateur"

Diffusée à l'occasion du Forum Economie Santé 2015, cette vidéo réunit les réponses de quatre parlementaires : Michèle Delaunay, Dominique Lefebvre, Arnaud Robinet et Olivier Véran. Dans un système de soins en rupture, comment adapter aux contraintes actuelles un modèle pensé en 1945 ?
- Faut-il instaurer un déficit zéro à l'Assurance Maladie ?
- Faut-il supprimer les cotisations " maladie " de la fiche de paye ?
- Comment clarifier le rôle respectif de l'AMO et de l'AMC… faut-il spécialiser cette dernière ?
- Quelle est la priorité la plus importante à vos yeux, en une phrase ?
> Vidéo en ligne

Impact de la protection sociale et de son financement sur la distribution territoriale des revenus - Rapport du Haut Conseil du Financement de la Protection Sociale, novembre 2015

Le Haut Conseil du financement de la protection sociale a engagé au cours de l'année 2015 des travaux sur l'impact de la protection sociale et de son financement sur la distribution territoriale des revenus. Le présent rapport restitue ces travaux, autour d'une part de développements centraux qui décrivent la répartition régionale et départementale des prestations et des prélèvements de protection sociale, et s'efforcent d'identifier les effets redistributifs qu'elle induit sur les revenus des ménages entre territoires, et d'autre part d'éclairages complémentaires de certains comportements ou mécanismes qui agissent sur la localisation des personnes et des activités, et par suite sur la distribution territoriale des revenus.

> Lire le rapport

Etat de santé

État de santé et conditions de vie des populations sans domicile : Etude de l'InVS

La précarité des personnes sans domicile affecte leur santé dans toutes ses dimensions et les problèmes de santé physique et mentale sont plus fréquents et plus nombreux, y compris par rapport aux individus les plus défavorisés ayant un logement. Les enquêtes nationales menées par l'Insee révèlent une augmentation et une diversification des populations sans domicile au cours de la dernière décennie, avec notamment un accroissement des familles ayant des enfants. Toutes les recherches soulignent la grande hétérogénéité de ces personnes. De même, leurs caractéristiques socio-démographiques, leur situation au regard de la citoyenneté, leur trajectoire et l'intensité de leurs liens sociaux sont diverses. Loin de la totale désocialisation que certains imaginent parfois, ces personnes participent à la vie sociale de diverses manières. Un quart d'entre elles occupe un emploi, un quart vit avec des enfants, elles fréquentent différents services publics ou associatifs, la plupart ont eu un contact avec le système de santé dans l'année.

> Site de l'InVS

Les progrès dans la réduction de la mortalité maternelle : Rapport de l'Onu et d la Banque mondiale

Un rapport conjointement publié par plusieurs organismes des Nations Unies et par le Groupe de la Banque mondiale rend compte des progrès accomplis, dans le monde, s'agissant de la mortalité maternelle. Entre 1990 et 2015, le taux de mortalité maternelle est passé de 385 pour 100 000 naissances vivantes à 216 pour 100 000 naissances vivantes, soit une réduction de 44%. Le rapport analyse les inégalités mondiales en la matière, alors que 99% des décès ont lieu dans les pays en développement. La nouvelle cible prévue par les objectifs de développement durable (ODD) consiste à faire passer le taux mondial de mortalité maternelle au-dessous de 70 pour 100 000 d'ici 2030. La nouvelle stratégie mondiale pour la santé de la femme, de l'enfant et de l'adolescent, souligne la nécessité de renforcer le leadership des pays, la capacité des systèmes de santé et la collaboration intersectorielle afin d'atteindre cette cible ambitieuse.
> Site de l'OMS

Géographie de la santé

Handicap

La CNSA a adopté un nouveau modèle de convention pluriannuelle avec les départements pour le financement des maisons départementales des personnes handicapées (MDPH)

A l'occasion de son conseil d'administration du 17 novembre (voir notre article ci-contre du 20 novembre 2015), la Caisse nationale de solidarité pour l'autonomie (CNSA) a adopté un nouveau modèle de convention pluriannuelle avec les départements pour le financement des maisons départementales des personnes handicapées (MDPH). Le modèle actuel de ces documents - intitulés "conventions d'appui à la qualité de service" - remonte en effet à 2006.
> Lire la suite sur Localtis.info

Synthèse des rapports d'activité des maisons départementales des personnes handicapées (MDPH): publication de la CNSA

24/11/2015 - Pour la neuvième année consécutive, la synthèse des rapports d'activité des maisons départementales des personnes handicapées (MDPH) permet de prendre la mesure du chemin parcouru depuis leur création et de leur rôle central dans l'accès aux droits des personnes handicapées. 97 rapports d'activité 2014, autant qu'en 2013, et 102 maquettes financières et d'effectifs ont été exploités. Comme chaque année, cette synthèse s'enrichit des différentes enquêtes statistiques conduites par la Caisse nationale de solidarité pour l'autonomie : enquête dite des « échanges annuels » relative à l'activité et au fonctionnement des MDPH, suivi de la montée en charge de la prestation de compensation du handicap (PCH) et de l'allocation aux adultes handicapés (AAH).
> Sur le site de la CNSA

Hôpital

Attentats: l'urgence passée, les médecins digèrent le choc et dressent un premier bilan

La presse a salué unanimement le courage et le dévouement des professionnels de santé au lendemain des attentats du 13 novembre. Après avoir pris en charge plus de 400 blessés, les services d'urgences des hôpitaux ont progressivement retrouvé une activité normale, malgré l'affluence inhabituelle de visiteurs et la présence d'agents de sécurité, rapporte Le Monde. Une situation qui témoigne des "faits de guerre" d'une ampleur inédite à laquelle les médecins ont été confrontés. "On a multiplié presque par dix le personnel. On était près de cent soignants entre les urgences et les salles de réveil, cela n'arrive jamais", témoigne Nathalie Nion, qui supervise les infirmières et les aides-soignantes à la Pitié-Salpêtrière. Dans La Croix, le Dr François Ducrocq, qui a dirigé une cellule médicopsychologique à la mairie du 11e arrondissement, insiste également sur l'importance de la prise en charge psychologique. "Les données accumulées après des attaques terroristes de grande ampleur, telles que le 11 septembre, laissent penser que le fardeau des problèmes de santé mentale, notamment le syndrome de stress post-traumatique, peut être substantiel et durable parmi la population exposée aux attaques à Paris", indique le Pr Yuval Neria, directeur du programme de recherche à l'Institut psychiatrique de l'Etat de New York (université Columbia).
> Le Monde, 16 novembre 2015

Inégalités sociales de santé       

Pauvreté et de l'exclusion sociale : chiffres-clés du CNLE

Le Conseil national des politiques de lutte contre la pauvreté et l'exclusion sociale (CNLE) a publié le 17 octobre dernier sa première édition des "Chiffres clés",  regroupant une large sélection d'indicateurs dressant l'état des situations de pauvreté et d'exclusion sociale en France. C'est une véritable mine d'informations sur la question. Elle rappelle que la pauvreté, loin d'être une fatalité, est une réalité qu'il faut regarder avec objectivité si l'on souhaite agir efficacement sur ses différentes composantes : logement, santé, emploi, accès aux droits… Elle montre également que de nombreuses politiques sont menées, tant au plan national que territorial, et permettent de conduire des actions ciblées sur des publics prioritaires.

> Site du CNLE

État de santé et conditions de vie des populations sans domicile - Bulletin épidémiologique Hebdomadaire, novembre 2015

Ce numéro  rassemble sept études allant des caractéristiques sociodémographique et de santé des familles sans logement d'Ile-de-France à la santé mentale et les addictions chez les personnes sans logement personnel, en passant par des sujets comme l'estimation du nombre de décès de personnes sans domicile, la couverture vaccinale chez les enfants sans logement, ou encore la santé et le recours aux soins des personnes sans domicile.
> Lire le BEH
> L'Institut de veille sanitaire met en évidence l'impact de l'absence de logement personnel sur la santé, Localtis.info, 24 novembre 2015

Médicaments   

Une enquête multipays de l'OMS révèle une large incompréhension de l'opinion publique à l'égard de la résistance aux antibiotiques

16/11/2015 - Une nouvelle enquête multipays montre que l'opinion publique comprend mal cette menace majeure pour la santé publique et ne sait pas comment empêcher sa progression. La résistance aux antibiotiques survient lorsque les bactéries se modifient et deviennent résistantes aux antibiotiques utilisés pour traiter les infections dont elles sont responsables. Un usage excessif ou une mauvaise utilisation des antibiotiques favorisent le développement de bactéries résistantes, et cette enquête met en lumière certaines des pratiques, des lacunes dans les connaissances et des idées fausses qui contribuent au phénomène.
> Communiqué de presse sur le site de l'Oms
> Rapport en texte intégral (en anglais)

Journée européenne d'information sur les antibiotiques : état des lieux de la consommation et de la résistance aux antibiotiques en France

16/11/2015 -  A l'occasion de la journée européenne d'information sur les antibiotiques du 18 novembre 2015, l'Institut de veille sanitaire (InVS) et l'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) tiennent à rappeler la nécessité de mieux utiliser les antibiotiques afin d'en préserver l'efficacité. Dans ce cadre, ils publient, pour la deuxième année consécutive, un bilan des données de consommation et de résistance aux antibiotiques en France sur une période de dix ans (2004-2014) et pour la première fois des données de pharmacovigilance relatives aux effets indésirables des classes d'antibiotiques1. Au regard de ces résultats, la mobilisation durable et déterminée des prescripteurs, des patients et des pouvoirs publics2 reste indispensable pour promouvoir le bon usage des antibiotiques.
> Communiqué de presse INVS / ANSM
Etude INVS / ANSM sur la consommation d'antibiotiques et résistance aux antibiotiques en France : nécessité d'une mobilisation déterminée et durable. Bilan des données de surveillance, 17 novembre 2015

Les Français se défient de l'industrie pharmaceutique : Sondage Odexa

Selon un sondage de l'Institut Odoxa pour Le Figaro, 34% des Français déclarent avoir "une bonne opinion" de l'industrie du médicament. Les médecins, questionnés dans un échantillon séparé, sont beaucoup plus positifs avec 72% d'avis favorables. Ils sont également 66% a jugé leur relation avec l'industrie "constructive".. Concernant la défiance du grand public à l'égard des laboratoires pharmaceutiques, elle semble toutefois constituer une spécificité française. D'après le même sondage, 74% des Britanniques, 67% des Allemands et 69% des Italiens leur accordent leur confiance. Selon Jean de Kervasdoué, titulaire de la chaire santé du Conservatoire national des arts et métiers, les Français sont marqués par les dernières affaires, "au point d'oublier ce que la médecine doit aux innovations pharmaceutiques". "Paradoxalement, ils contredisent ce sentiment par leurs comportements quotidiens: 98% des consultations aboutissent à la prescription de médicaments en France, contre 40% dans les pays du nord de l'Europe, où l'image des laboratoires est bien plus positive".
> Le Figaro, 16 novembre 2015

Attentats : ruée sur  les somnifères en Ile-de-France

Le Parisien s'interroge sur la consommation de médicaments après les attentats de Paris. La pharmacie d'Andrée Ivaldi, rue du Roule (Ier arrondissement), à deux pas du Châtelet et des Halles, a notamment constaté une hausse des ventes de produits antistress, comme l'Euphytose®, à base de valériane, pour combattre les troubles de l'anxiété, du Donormyl® (doxylamine), un somnifère vendu sans ordonnance. Les personnes "se plaignent d'insomnie, de stress, de maux de tête. Le choc est encore plus violent qu'après les attentats contre Charlie Hebdo", constate une pharmacienne. "Quand ils passent la porte, les mines sont graves comme s'ils portaient le deuil". Dans une autre officine, rue du Faubourg-du-Temple (Xe), c'est le Rescue®, un cocktail homéopathique réputé antistress, qui a été pris d'assaut. "

> Le Parisien, 21 novembre 2015

Bonnes pratiques contre les erreurs médicamenteuses : guide de la HAS

La HAS prévoit de publier au premier semestre 2016 d'un guide de bonnes pratiques, qui insiste notamment sur l'importance de la conciliation des traitements médicamenteux, un processus formalisé qui permet de prendre en compte, dans une nouvelle prescription, l'ensemble des médicaments (pris, à prendre, prescrits ou pas) d'un patient hospitalisé.  Selon l'expérimentation Med'Rec, concentrée sur les patients de plus de 65 ans (dans 9 établissements pendant 5 ans), cette conciliation a permis d'établir 46.188 divergences médicamenteuses (écart entre le bilan médicamenteux établi à l'admission et la prescription en cours) sur 27.447 patients "conciliés". 21.320 erreurs médicamenteuses ont été repérées, alors que 23.381 changements de traitement n'avaient pas été documentés...
> Le Quotidien du médecin, 25 novembre 2015

Le commerce de détail d'optique : Etude de l'Insee

Le commerce de détail d'optique s'est développé rapidement entre 2003 et 2013 ; l'emploi salarié y a augmenté de 3,7 % par an en moyenne contre 1,6 % dans l'ensemble du commerce de détail. La croissance du nombre de points de vente est légèrement plus marquée : + 4,3 % par an sur la décennie. Cet essor s'accompagne d'une faible baisse du nombre de salariés par magasin et, après 2011, d'une diminution du chiffre d'affaires en valeur par point de vente. Dans ce secteur, les actifs bénéficient de rémunérations plus importantes que dans le reste du commerce de détail, reflétant des qualifications plus élevées. En outre, le prix de l'optique médicale a augmenté moins vite que l'inflation au cours de la dernière décennie. Néanmoins, la marge commerciale de l'optique demeure l'une des plus élevées du commerce de détail : une entreprise sur deux pratique un taux supérieur à 62 %. Toutefois, les évolutions des dernières années semblent moins favorables : la progression du chiffre d'affaires marque le pas, le taux de profitabilité diminue et la création de nouveaux points de vente ralentit.
> Lire la suite sur le site de l'Insee

NTIC : open data, internet

Politique de santé, politique sociale

4,2 millions de prestations d'aide sociale atttribuées par les départements en 2014 : Etude de la Drees

12/11/2015 - Fin 2014, les départements ont attribué 4,2 millions de prestations au titre de l'aide sociale aux personnes âgées, aux personnes handicapées, à l'enfance ou à l'insertion. En un an, ce nombre a augmenté de 3 %, en raison notamment de la hausse de 4 % des effectifs des allocataires du revenu de solidarité active (RSA) socle et du nombre d'aides aux personnes handicapées (+5 % en 2014). Le nombre d'aides aux personnes âgées progresse de 1 % en 2014, une croissance plus faible que celle observée entre 2009 et 2013.
> Etudes et Résultats Drees, n°942, novembre 2015
> Tirée par le RSA socle et la PCH, l'aide sociale des départements a progressé de 3% en 2014, Localtis.info, 17 novembre 2015

Le Conseil National des politiques de Lutte contre la pauvreté et l'exclusion sociale (CNLE) publie ses chiffres 2015

Publié à l'occasion de la journée mondiale du refus de la misère, cette brochure à visée pédagogique regroupe une large sélection des indicateurs dressant l'état des situations de pauvreté et d'exclusion sociale en France.

> Sur le site du CNLE

> Le CNLE publie les chiffres clés de la pauvreté et de l'exclusion sociale, Localtis.info, 18 novembre 2015

Le Secours Catholique-Caritas France publie son rapport statistique annuel

À partir de l'observation sur le terrain de plus de 90 000 situations (sur les 1 425 000 personnes accueillies en 2014), l'association rend compte de l'évolution de la pauvreté en France et propose des solutions. Cette année, l'enquête apporte un éclairage particulier sur la mobilité des personnes en situation de précarité.

> Le rapport du Secours Catholique

Histoire de la santé XVIIe-XVIIIe : Ouvrage

L'histoire de la médecine, activité longtemps réservée et consacrée aux seuls médecins, a connu depuis un demi-siècle de nombreuses mutations. Investie par les historiens, les philosophes et diverses sciences sociales, elle s'est progressivement développée sous la forme d'une histoire de la santé visant à comprendre comment les hommes et les femmes du passé vivaient, pensaient et agissaient pour maintenir, recouvrer ou améliorer leur santé.
Au sein de ce domaine de recherche en pleine expansion, les travaux francophones se sont multipliés depuis le début du XXIe siècle, dessinant les contours d'une historiographie singulière. C'est un panorama de ces recherches francophone en histoire de la santé à l'époque moderne et contemporaine que propose cet ouvrage collectif. Résultat des activités du réseau de recherche Historiens de la santé, il présente une sélection de travaux originaux réalisés par des chercheuses et des chercheurs francophones issus de différents pays, afin de témoigner de la vitalité de l'histoire francophone de la santé. Cet ouvrage a été réalisé avec le soutien du Réseau de recherche en santé des populations du Québec (RRSPQ).
 > Sommaire en ligne

Nouveau report de la loi santé

Le projet de loi santé, qui instaure notamment le paquet de cigarettes neutre et le tiers payant généralisé, a été discuté de façon accélérée cette nuit en deuxième lecture à l'Assemblée nationale.  En première lecture, deux semaines avaient été nécessaires pour venir à bout de l'examen et, cette fois-ci, il reste encore plus de 700 amendements à étudier. " C'est une erreur politique de faire passer une loi avec des sujets conflictuels quand il n'y a pas de sérénité chez toutes les parties prenantes, notamment dans le corps médical qui n'est pas prêt à ça ", ajoute Jean-Pierre Door, qui plaide pour un report du débat à janvier 2016, voire après la grande conférence de santé, prévue le 11 février. Un sentiment partagé par les médecins libéraux, qui ont interrompu dans la soirée du 13 novembre leur nouvelle semaine de protestation contre l'instauration du tiers payant généralisé.

> Le Monde, 25 novembre 2015

Lancement des travaux pour "la médecine du futur"

Le gouvernement a lancé hier les travaux sur "la médecine du futur", demandant à un comité de 28 personnalités du monde industriel, associatif et académique de lui fournir des propositions visant à contribuer au développement d'innovations et premières mondiales de santé. Ce comité, piloté par le Pr André Syrota, ancien président de l'Inserm et Olivier Charmeil, vice-président exécutif de Sanofi, doit identifier des pistes de développement pour "la médecine personnalisée ou de précision, la médecine connectée, la médecine réparatrice" et réfléchir à "leurs impacts sur l'organisation des soins". Ces propositions devront se faire en harmonie avec les orientations définies par la grande conférence de santé (février) et le projet de loi de santé en cours d'adoption au Parlement.

> Le Quotidien du médecin, 24 novembre 2015

Politique publique  

Prévention  

Prévision – Evaluation - Méthodologie

Trisomie 21 : de nouveaux tests appellent la révision des modalités de dépistage actuelles selon la Has

18/11/2015 - En France, toutes les femmes enceintes, quel que soit leur âge, sont informées de la possibilité de recourir au dépistage combiné de la trisomie 21 au premier trimestre de la grossesse. De nouveaux tests de dépistage fondés sur la recherche d'une surreprésentation de séquences d'ADN foetal provenant du chromosome 21 au sein de l'ADN foetal libre et circulant dans le sang maternel (dépistage prénatal non invasif ou tests DPNI de la trisomie 21 foetale) pourraient modifier les modalités du dépistage ayant cours en 2015. Dans l'objectif de définir la place de ces tests et dans l'attente des résultats des études en cours en France, la Haute Autorité de Santé (HAS) publie ce jour une première évaluation des performances de ces tests.
> Communiqué de presse de la Has
> La recommandation de la Has  

Psychiatrie

Réglementation

Adoption par les députés de la dématérialisation du Jounal Officiel

Emboîtant le pas aux sénateurs, les députés ont adopté le 17 novembre en première lecture deux propositions de loi, l'une organique, l'autre ordinaire, sur la dématérialisation complète du Journal officiel. Partiellement dématérialisé suite à une ordonnance du 20 février 2004, le Journal officiel (JO) ne devrait plus être accessible qu'en ligne à compter du 1er janvier 2016.
> Lire la suite sur Localtis.info

Soins de santé primaire   

Sondages

Les Français soutiennent massivement le tiers-payant selon un sondage Odoxa

19/11/2015 - Sept Français sur dix soutiennent la généralisation du tiers - payant, disposition phare du projet de loi Santé. Cependant, 52 % contre 48 % des Français estiment « justifiée » l'opposition des médecins à ce projet de loi
Enfin, l'assouplissement de la loi Evin et l'instauration des paquets neutres divisent les Français, suscitant un assez fort clivage gauche–droite.

> Résultats du sondage sur le site d'Odoxa
>Les Français plébiscitent le tiers payant généralisé... mais comprennent l'opposition des médecins, Le Quotidien du médecin, 19 novembre 2015

Statistiques

Systèmes de santé

Travail et santé

Vieillissement

Evolution de l'âge de départ à la retraite : interpréter les indicateurs : Etude de la Cnav

L'âge de départ à la retraite, correspondant à l'âge auquel les retraités font valoir leur droit à la retraite, est un indicateur clé pour le suivi du système de retraite. Trois modes de détermination de l'âge de départ à la retraite sont comparés dans cette étude de la CNAV : l'âge par année de départ à la retraite ou âge des nouveaux retraités ; l'âge de départ par génération ; l'âge conjoncturel de départ à la retraite. Les conclusions qui peuvent être formulées relativement à l'évolution de l'âge de départ varient selon le type d'indicateur retenu.

> Site de la Cnav

Nominations

AUTRES REVUES DE PRESSE EN LIGNE

COORDONNEES DES JOURNAUX