QUI SOMMES-NOUS ?

PUBLICATIONS

ENQUÊTES

SÉMINAIRES ET COLLOQUES

PARTENARIATS / PROJETS

SERVICES

VU SUR D'AUTRES SITES : NOVEMBRE 2013


retour au sommaire

Dépenses de santéEnquêtes - sondages | Etat de santé | Géographie de la santé | Hôpital - Établissements de santé | Inégalités de santé - accès aux soinsInternational | MédicamentPolitiques de santé |  Protection sociale - Assurance maladie | Psychiatrie - Santé mentale | Recherche | Santé et travailVieillissement

Dépenses de santé

Analyse médicalisée des dépenses de santé : éclairages sur la répartition des dépenses et les leviers d’amélioration pour le système de santé (Caisse nationale d’Assurance maladie des travailleurs salariés (Cnamts), octobre 2013)

« Pour mieux appréhender l’usage fait des ressources importantes consacrées au système de santé, l’Assurance maladie a développé une nouvelle approche permettant d’analyser la dépense non seulement par type de soins (médicaux, infirmiers, médicaments, hospitalisation), comme cela est fait traditionnellement, mais par pathologie et processus de soins. Plusieurs points-clés ressortent de cette analyse et sont détaillés dans le rapport annuel sur l’évolution des charges et des produits de l’Assurance maladie au titre de l’année 2014.
Les pathologies lourdes et chroniques ont entrainé 92 mds € de remboursements en 2011, totalisant près des deux tiers des dépenses totales. Parmi elles, les pathologies et facteurs de risques cardiovasculaires représentent plus de 30 mds € de dépenses, les pathologies et traitements liés à la santé mentale 22,6 mds € et les traitements des cancers 14,5 mds €. Les épisodes hospitaliers ponctuels représentent 29,9 mds € de dépenses en 2011 et les soins courants génèrent une dépense de 14,5 mds €. »

Cnamts, Point d’information du 22 octobre 2013

Enquêtes - Sondages

Baromètre Santé & Société - Europ Assistance/CSA 2013 – 7e vague (Europ Assistance, octobre 2013)

« Huit pays européens ainsi que les États-Unis entrent dans le champ d’étude du Baromètre Santé & Société - Europ Assistance 2013 dont l’objectif est d’évaluer l’opinion et les attentes des citoyens concernant la préservation de leurs systèmes de santé ainsi que leur perception de la qualité des soins. Le baromètre aborde également, entre autres, les thèmes des renoncements ou reports de soins et de la prise en charge des personnes âgées et dépendantes. Un Français sur trois dit avoir renoncé ou reporté des soins pour raisons financières en 2013, 18 % des Européens et 23 % des Américains. »

Télécharger le rapport

Télécharger la synthèse

Observatoire des politiques publiques : Les Français et la protection sociale (Institut français d’opinion publique (Ifop), septembre 2013)

D’après l’Ifop, les résultats de son enquête sur les perceptions des Français quant à leur système de protection sociale et de santé traduisent « l'ambivalence de leur sentiment au sujet de leur protection sociale et de santé, marqué à la fois par un attachement fort à la pérennité du système et par une défiance manifeste à l'égard de l'efficacité de la gestion par les pouvoirs publics des fonds qu'y consacrent salariés, entreprises et contribuables. »

Ifop, Observatoire des politiques publiques : Les Français et la protection sociale, 2013/09

Etat de santé

Maigreur, obésité et perte d’autonomie chez les personnes âgées à domicile en France : l’enquête nationale Handicap-Santé volet « Ménages », 2008 (Institut de veille sanitaire (InVS, octobre 2013)

« L’objectif de cette étude était de décrire la prévalence de l’obésité et de la maigreur chez les personnes âgées à domicile en France et d’étudier leur association avec la perte d’autonomie.

Les analyses portant sur 4 296 personnes âgées de 75 ans et plus montrent une prévalence de la maigreur s’élevant à 14,9 %, plus élevée chez les femmes (19,6 %) que chez les hommes (7,6 %) et augmentant avec l’âge. La prévalence de l’obésité atteint 14,6 % et diminue avec l’âge. Chez les hommes, le risque de perte d’autonomie est augmenté en cas de maigreur ou d’obésité comparé à la corpulence normale. Chez les femmes, il augmente en cas de surpoids ou d’obésité comparé à la corpulence normale. »

Vernay M, Chan-Chee C, Szego E, Castetbon K. Maigreur, obésité et perte d’autonomie chez les personnes âgées à domicile en France : l’enquête nationale Handicap-Santé volet « Ménages », 2008. Bull Epidémiol Hebd. 2013;(33-34):425-32.

Géographie de la santé

Indicateurs de cohésion territoriale sur la santé et le vieillissement (Observatoire des territoires, octobre 2013)

« Le volet « santé et vieillissement » des indicateurs de cohésion territoriale fournis par l’Observatoire des territoires a été enrichi d’une trentaine d’indicateurs déclinés en cinq thèmes : état de santé, offre de soins, personnes âgées, précarité et handicap, chaque indicateur étant cartographié à la maille territoriale la plus pertinente pour son observation. »

Observatoire des territoires / Indicateurs de cohésion territoriale

SROMS - Bilan national de la première génération des schémas régionaux d’organisation médico-sociale 2012-2016 (Caisse nationale de solidarité pour l’autonomie (CNSA), octobre 2013)

« Ce document présente une analyse des vingt-six schémas adoptés par les agences régionales de santé (ARS) conduite par la direction des établissements et services médico-sociaux de la Caisse nationale de solidarité pour l’autonomie. Le bilan a vocation à éclairer plusieurs débats : les réponses qu’il convient d’apporter aux besoins qui demeurent ; l’organisation des parcours de santé que le Conseil de la CNSA préfère nommer parcours de vie ; la participation des personnes âgées et des personnes handicapées qui ont été associées au sein des conférences régionales de la santé et de l’autonomie à l’élaboration de cette première génération de SROMS. »

Télécharger le document de la CNSA

Hôpital - Établissements de santé

Hospitalisation de court séjour - Évolution des parts de marché entre 2003 et 2011 (Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (Drees), octobre 2013)

« Sur la période 2003-2011, l’activité globale des établissements de santé a logiquement augmenté, en lien avec l’accroissement et le vieillissement de la population. Ainsi, la déformation de la structure de la population est responsable de 80 % de la hausse du nombre de séjours entre 2003 et 2011. Si l’effet démographique apparaît donc prépondérant sur l’évolution de l’activité globale, il est minoritaire pour certains segments d’activité.

Par ailleurs, la part de marché des hôpitaux publics en nombre de séjours – valorisés ou non par les tarifs – s’est développée sur la période au détriment des cliniques privées. L’essentiel de cette progression est due aux activités chirurgicales et semble s’être faite en deux temps : d’abord une augmentation du nombre de séjours, puis, à partir de 2008, un déplacement de la consommation vers des séjours davantage valorisés. L’analyse de quelques motifs de recours à un niveau fin montre que les raisons du repli du secteur privé peuvent être multiples. »

Drees, Études et résultats n° 854, 2013/10

Quelle prise en charge des cancers en 2020 ? De la chirurgie ambulatoire aux soins de support : les six tendances les plus structurantes pour la prise en charge des patients atteints d’un cancer à horizon 2020 (Unicancer, octobre 2013)

« Dans le cadre de l’étude « Unicancer : Quelle prise en charge des cancers en 2020 ? », 40 experts ont été interviewés (oncologues médicaux, pharmaciens, radiothérapeutes…), issus des Centres de lutte contre le cancer, mais aussi d’autres structures de soins en France (CHU, cliniques privées) et à l’étranger (hôpitaux spécialisés dans les traitements des cancers aux Pays-Bas, aux États-Unis et au Royaume-Uni). (…) Cette étude a permis de dégager, qualifier et quantifier six tendances et d’évaluer leur impact en termes de nombre de lits / places, de temps d’équipement et de temps médical, notamment sur les Centres de lutte contre le cancer. La chirurgie ambulatoire, inscrite comme un axe stratégique prioritaire de développement par les Centres de lutte contre le cancer, devrait représenter la moitié des chirurgies du cancer du sein en 2020. 15 % de la chirurgie des cancers de l’ovaire (vs moyenne nationale 2012 de 3 %) et 15 % de la chirurgie des cancers de la thyroïde (vs moyenne nationale 2012 de 1 %). Le développement de la chirurgie ambulatoire nécessitera une profonde réorganisation des unités de chirurgie. Cela se traduira par une diminution de 20 % de lits en hospitalisation classique en faveur d’une augmentation de 40 % de places de chirurgie ambulatoire. »

Unicancer, dossier de presse du 16/10/2013

Inégalités de santé - Accès aux soins

L’accès aux soins des plus démunis en France. Rapport 2012 (Médecins du monde, octobre 2013)

« Dans son rapport annuel sur l’accès aux soins des plus démunis en France, Médecins du Monde alerte sur l’aggravation continue de la misère et des inégalités territoriales et sociales de santé. En 2012, plus de 30 500 personnes ont été accueillies dans les Centres d’accueil, de soins et d’orientation (Caso) dont l’activité globale ne cesse d’augmenter (+ 3,7 % depuis 2011 et + 24 % depuis 2008), avec notamment une hausse inquiétante et constante de l’effectif des mineurs depuis 2008 (+ 69 % versus + 30 % pour l’ensemble des patients). Les personnes accueillies cumulent difficultés financières, précarité des conditions de logement et problèmes de santé et d’accès aux soins. 43 % des recours sont trop tardifs et 22 % de renoncements au cours des douze derniers mois sont enregistrés. »

Le rapport 2012 de Médecins du monde sur l’accès aux soins des plus démunis

La synthèse du rapport

La mortalité des personnes sans domicile en France entre 2008 et 2010 (Observatoire national de la pauvreté et de l’exclusion sociale (ONPES), septembre 2013)

« En France, il n’existe pas, au niveau national, d’étude épidémiologique permettant de caractériser la mortalité des personnes sans domicile. L’Observatoire national de la pauvreté et de l’exclusion sociale (ONPES) publie les premiers résultats d’un appariement des bases de données du CépiDc-Inserm et du Collectif « Les morts de la rue » permettant de décrire les causes de décès des personnes sans domicile en France et d’estimer le nombre de leurs décès survenus en France de 2008 à 2010. Ces premiers éléments, inédits en France, pourront donner lieu à des travaux complémentaires permettant de mieux analyser certains résultats. »

ONPES, Lettre n° 3, 2013/09

La Fédération hospitalière de France (FHF) et Médecins du Monde s'associent pour proposer de nouveaux modèles de prise en charge des patients précaires (Fédération hospitalière de France, octobre 2013)

« La FHF et Médecins du Monde ont décidé d’unir leur force et de lancer un groupe de travail sur la prise en charge de la précarité à l’hôpital : « Hôpital et précarité : des modèles à créer ». Composée de personnalités issues du monde de la santé, mais aussi des milieux associatif et universitaire, cette réflexion inédite associe un panel des acteurs concernés, en amont et en aval des établissements de santé. À l’issue de cette réflexion, la FHF et Médecins du Monde adresseront aux pouvoirs publics, mais aussi aux hospitaliers et à l’ensemble des acteurs de santé, des propositions visant à développer de nouveaux modèles de prise en charge des usagers précaires, de leur entrée à leur sortie de l’hôpital. »

FHF, communiqué de presse, 15/10/2013

Droit au séjour pour soins – 2e rapport de l’Observatoire étrangers malades (AIDES, octobre 2013)

« L’Observatoire étrangers malades, créé par AIDES fin 2010, est un outil informatique de recueil de données quantitatives et qualitatives, alimenté par les personnes concernées et les différents acteurs qui les accompagnent, militants de AIDES, travailleurs sociaux, partenaires associatifs… Cet observatoire recense les difficultés administratives ainsi que leur impact sur la santé et la vie quotidienne des personnes étrangères touchées par le VIH et/ou une hépatite virale, résidant en France et qui ne peuvent se soigner dans leur pays d’origine.

Pour cette seconde édition, entre octobre 2010 et juin 2013, 437 situations ont été analysées. Les résultats montrent la persistance des piètres conditions d’accueil et d’instruction en préfecture : attente au guichet supérieure à 5 heures (19,58 % des cas), refus ou report d’enregistrement de la demande de titre de séjour sans motif légal. Le délai d’instruction dépasse 6 mois dans 20,7 % des cas. Aucun récépissé n’est remis au cours de l’instruction dans 47,8 % des cas. »

Télécharger le rapport de l’Observatoire étrangers malades de AIDES

International

La protection sociale en France et en Europe en 2011 – Edition 2013 (Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (Drees), octobre 2013)

« En France, l’année 2011 constitue une deuxième année de croissance modérée (+2,0 %) avant la stagnation du PIB de 2012, dans un contexte de récession de l’Union européenne (-0,3 % en 2012). La protection sociale semble moins bien jouer son rôle d’amortisseur économique en Europe, en raison de la durabilité de la crise et de la réduction des dépenses sociales de certains pays pour équilibrer leur budget. C’est particulièrement le cas en Grèce, en Italie, en Espagne et aux Pays-Bas. En France, il n’y a pas d’affaiblissement marqué de ce rôle d’amortisseur, même si l’on constate depuis 2010 un infléchissement de la croissance des dépenses de protection sociale.

Dans un tel contexte, il semblerait que l’opinion des Français ait évolué. Bien que toujours demandeurs d’une protection sociale de haut niveau, ils sont plus nombreux à être préoccupés par la question de la dette.

L’affaiblissement, sensible en 2010, de la dynamique des dépenses de protection sociale se confirme en 2011, dernière année disponible des comptes de la protection sociale. L’année 2011 apparaît comme une année de meilleure maîtrise des comptes sociaux. Les prestations restent en effet sur un rythme de croissance modéré (+3,0 %). En particulier, le rythme de croissance des dépenses du sous-risque maladie (27,0 % du total des prestations) continue sa décélération (+2,1 % en 2011). Les prestations du sous-risque maternité et du risque emploi enregistrent même une baisse. Parallèlement, les recettes de la protection sociale retrouvent une croissance plus rapide que les dépenses. Elles augmentent de 4,5 % du fait du léger rebond des assiettes de cotisations et de l’augmentation des prélèvements. Au total, ces évolutions conduisent à une nette amélioration du solde de la protection sociale. »

Drees, La protection sociale en France et en Europe en 2011, Collection Études et statistiques, édition 2013

Voir aussi : Drees, Les comptes de la protection sociale en France et en Europe en 2011, Collection Études et résultats n° 856, 2013/10

Baromètre Santé & Société - Europ Assistance/CSA 2013 – 7e vague (Europ Assistance, octobre 2013)

« Huit pays européens ainsi que les États-Unis entrent dans le champ d’étude du Baromètre Santé & Société - Europ Assistance 2013 dont l’objectif est d’évaluer l’opinion et les attentes des citoyens concernant la préservation de leurs systèmes de santé ainsi que leur perception de la qualité des soins. Le baromètre aborde également, entre autres, les thèmes des renoncements ou reports de soins et de la prise en charge des personnes âgées et dépendantes. Un Français sur trois dit avoir renoncé ou reporté des soins pour raisons financières en 2013, 18 % des Européens et 23 % des Américains. »

Télécharger le rapport

Télécharger la synthèse

EuroPoPP-MH Report: European Profile of Prevention and Promotion of Mental Health (Commission européenne, octobre 2013)

A l’occasion de la Journée mondiale de la santé mentale, le 10 octobre 2013, la Commission européenne a publié une étude portant sur les systèmes de santé mentale des pays de l'Union européenne et de la Norvège.

Voir le rapport de la Commission européenne (en anglais)

Pour plus d’informations sur les actions menées par la Commission européenne en matière de santé mentale

Health System Performance Comparison: New Directions in Research and Policy Health Policy. Volume 112, Issues 1–2, Pages 1-162, September 2013

L'Organisation mondiale de la santé a publié un numéro spécial de Health Policy ayant pour thème les comparaisons internationales et l'évaluation de la performance des systèmes de santé.

Document en accès libre sur le site ScienceDirect

Discrepancies in Cancer Incidence and Mortality and its Relationship to Health Expenditure in the 27 European Union Member States (Oxford Journals – Annals of Oncology, septembre 2013)

« Cette étude montre que les pays qui investissent le plus en matière de santé enregistrent le plus faible nombre de décès par cancer. Ainsi, en Roumanie, Pologne ou Hongrie où la dépense pour la santé est inférieure à 1 500 euros par personne et par an, environ 60 % des individus décèdent de leur cancer, tandis que dans des pays comme la France, la Belgique ou l’Allemagne qui investissent plus de 3000 euros par personne et par an pour la santé, ce taux de décès tombe à 40 %. »

Ades F., Senterre C., de Azambuja E., Sullivan R., Popescu R., Parent F. & Piccart M., Discrepancies in Cancer Incidence and Mortality and its Relationship to Health Expenditure in the 27 European Union Member States, Annals of Oncology, 1-6 2013

Médicament

Mémento du médicament – Édition 2013 (Mutualité française, octobre 2013)

« La nouvelle édition du Memento du médicament se penche plus particulièrement sur les prescriptions et les médicaments génériques comme levier d’amélioration de la qualité des soins. La Mutualité Française demande l’élargissement du champ du répertoire des génériques aux molécules comme le paracétamol et l’acide acétylsalicylique, mais aussi aux antiasthmatiques, ainsi qu’une meilleure cohérence dans la politique de prix de ces molécules. »

Mutualité française, Mémento du médicament – édition 2013, 2013/10

Rapport d'information de M. Yves Daudigny, fait au nom de la mission d'évaluation et de contrôle de la sécurité sociale et de la commission des affaires sociales sur les médicaments génériques (Sénat, septembre 2013)

« La mission d'évaluation et de contrôle de la sécurité sociale du Sénat a organisé, le 19 juin 2013, deux tables rondes réunissant de nombreux acteurs concernés : la première pour répondre à la question lancinante de l'équivalence entre le médicament d'origine et ses génériques ; la seconde pour évaluer la politique publique poursuivie depuis quelques années en la matière. Ce rapport rend compte de ces deux tables rondes et présente, de manière synthétique, la problématique du médicament générique.  »

Télécharger le rapport Daudigny, 2013/09

Politiques de santé

Pour une stratégie nationale de santé qui ne se limite pas à l’optimisation des parcours de soins individuels (Cairn.info, octobre 2013)

Dans cet article, l'auteur regrette « que l’essentiel des recommandations, très riches, porte sur le système de soins (et de protection sociale), qu’une seule (même si c’est la première) nomme en propre l’objectif de promotion de la santé et de prévention et qu’aucune n’est consacrée aux enjeux de santé et environnement (cinq lignes sont consacrées à la santé au travail, par exemple). »

Pierre Lombrail « Pour une stratégie nationale de santé qui ne se limite pas à l'optimisation des parcours de soins individuels », Santé Publique 4/2013 (Vol. 25), p. 385-388 .

Protection sociale - Assurance maladie

La protection sociale en France et en Europe en 2011 – Edition 2013 (Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (Drees), octobre 2013)

« En France, l’année 2011 constitue une deuxième année de croissance modérée (+2,0 %) avant la stagnation du PIB de 2012, dans un contexte de récession de l’Union européenne (-0,3 % en 2012). La protection sociale semble moins bien jouer son rôle d’amortisseur économique en Europe, en raison de la durabilité de la crise et de la réduction des dépenses sociales de certains pays pour équilibrer leur budget. C’est particulièrement le cas en Grèce, en Italie, en Espagne et aux Pays-Bas. En France, il n’y a pas d’affaiblissement marqué de ce rôle d’amortisseur, même si l’on constate depuis 2010 un infléchissement de la croissance des dépenses de protection sociale.

Dans un tel contexte, il semblerait que l’opinion des Français ait évolué. Bien que toujours demandeurs d’une protection sociale de haut niveau, ils sont plus nombreux à être préoccupés par la question de la dette.

L’affaiblissement, sensible en 2010, de la dynamique des dépenses de protection sociale se confirme en 2011, dernière année disponible des comptes de la protection sociale. L’année 2011 apparaît comme une année de meilleure maîtrise des comptes sociaux. Les prestations restent en effet sur un rythme de croissance modéré (+3,0 %). En particulier, le rythme de croissance des dépenses du sous-risque maladie (27,0 % du total des prestations) continue sa décélération (+2,1 % en 2011). Les prestations du sous-risque maternité et du risque emploi enregistrent même une baisse. Parallèlement, les recettes de la protection sociale retrouvent une croissance plus rapide que les dépenses. Elles augmentent de 4,5 % du fait du léger rebond des assiettes de cotisations et de l’augmentation des prélèvements. Au total, ces évolutions conduisent à une nette amélioration du solde de la protection sociale. »

Drees, La protection sociale en France et en Europe en 2011, Collection Études et statistiques, édition 2013

Voir aussi : Drees, Les comptes de la protection sociale en France et en Europe en 2011, Collection Études et résultats n° 856, 2013/10

Psychiatrie - Santé mentale

EuroPoPP-MH Report: European Profile of Prevention and Promotion of Mental Health (Commission européenne, octobre 2013)

A l’occasion de la Journée mondiale de la santé mentale, le 10 octobre 2013, la Commission européenne a publié une étude portant sur les systèmes de santé mentale des pays de l'Union européenne et de la Norvège.

Voir le rapport de la Commission européenne (en anglais)

Pour plus d’informations sur les actions menées par la Commission européenne en matière de santé mentale

Recherche

Ouverture du Portail français dédié au programme européen Horizon 2020

« Destiné aux futurs porteurs de projets européens (chercheurs, enseignants-chercheurs, industriels...), « horizon2020.gouv.fr » rassemble toutes les informations relatives au programme de financement de la recherche et de l'innovation pour la période 2014-2020. D’ici au lancement officiel du programme Horizon 2020, le site sera enrichi en continu sur l’ensemble des composantes du programme. »

Accès au Portail français dédié au programme européen Horizon 2020

Santé et travail

Trajectoires professionnelles et de santé et sorties définitives de l’emploi avant 60 ans (Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (Drees), octobre 2013)

« Les personnes sorties définitivement de l’emploi avant 60 ans connaissent des trajectoires professionnelles stagnantes peu qualifiées et sont plus exposées au cumul de pénibilités physiques que les autres personnes de 60 ans ou plus. Leur sortie de l’emploi relève plus souvent de choix contraints en lien avec la sphère professionnelle. Leurs carrières sont davantage affectées par une santé plus dégradée. Ces inégalités simultanées et cumulatives (sociales, de conditions de travail et de santé) sont d’autant plus marquées que le retrait de l’emploi intervient prématurément. Dans un second article, une approche complémentaire à cette analyse consiste à mettre à jour de grands types de trajectoires professionnelles entre 15 et 49 ans pour ensuite analyser les comportements des personnes concernées en matière d’âge et de modalités de sortie de l’emploi. »

Drees, Dossiers Solidarité et Santé n° 45, 2013/10

Santé et travail chez les Franciliens – Résultats du Baromètre santé 2010 de l’Institut national de prévention et d'éducation pour la santé (INPES) (Observatoire régional de santé Ile-de-France, octobre 2013)

« 40,9 % des 829 actifs occupés franciliens interrogés en 2010, dans le cadre du Baromètre santé de l’INPES, déclarent travailler dans des postures pénibles ou fatigantes, et 15 % travaillent 48 heures ou plus par semaine. Par ailleurs, 36 % éprouvent des difficultés à respecter les objectifs professionnels ou délais imposés. Ces conditions de travail induisent une fatigue nerveuse pour 69,3 % des actifs occupés franciliens. De plus, 28,6 % d’entre eux estiment que leurs conditions de travail se sont détériorées depuis cinq ans. »

Télécharger la fiche de l’ORS Ile-de-France, 2013/10

Sécurité sociale - Assurance maladie

Le projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS) 2014 (Portail de la Sécurité sociale, octobre 2013)

Télécharger sur le portail de la Sécurité sociale le PLFSS 2014 et ses annexes

Avis du Comité d’alerte n° 2013-3 sur l’élaboration de l’objectif national de dépenses d’assurance maladie (Ondam) (Portail de la Sécurité sociale, octobre 2013)

« Le PLFSS pour 2014 propose de fixer l’Ondam à 179,2 Md€, soit une progression de 2,4 % par rapport au montant prévisionnel des dépenses pour l’année 2013, qui est aujourd’hui estimé à 174,9 Md€, soit 500 M€ de moins que l’objectif initial. Le comité a examiné les évolutions en cours et les modalités d’élaboration de l’ONDAM pour 2014. La prévision de dépense retenue pour 2013 est vraisemblable et les vérifications menées sur la construction de l’objectif 2014 n’ont pas fait apparaître de biais manifeste. »

Télécharger l’avis du Comité d’alerte n° 2013-3 sur l’élaboration de l’Ondam

Références CMU : La lettre du Fonds de financement de la couverture maladie universelle (Fonds CMU, octobre 2013)

Dans sa lettre du mois d’octobre, le Fonds CMU présente, outre les données habituelles relatives au nombre de bénéficiaires, au coût des dispositifs et à l’actualité juridique des dispositifs CMU-C, CMU de base et ACS, les mesures du projet de loi de finances (PLF) et du projet de loi de financement de la sécurité sociale (PLFSS) pour 2014.

Fonds CMU, Références CMU n° 53, 2013/10

Le service d’accompagnement du retour à domicile après une hospitalisation : une montée en charge réussie sur le volet maternité, une meilleure coordination ville-hôpital sur l’orthopédie et l’insuffisance cardiaque (Caisse nationale d’Assurance maladie des travailleurs salariés (Cnamts), octobre 2013)

« Près de trois ans après son démarrage, le déploiement du programme d’accompagnement des jeunes mères après leur accouchement s’avère très satisfaisant pour l’Assurance maladie au vu de l’évaluation menée auprès de 100 000 femmes dont près de 13 500 ayant bénéficié du service en 2012. Les jeunes mères adhérentes bénéficient, dans les 12 jours qui suivent leur accouchement, de près de deux visites de sages-femmes contre seulement 0,5 visite parmi les femmes éligibles au service en 2012. Les bénéficiaires du service sont également plus nombreuses à réaliser la rééducation post-natale recommandée avec un masseur-kinésithérapeute ou une sage-femme libérale et leur durée de séjour apparaît légèrement plus courte que celle des autres femmes éligibles observées : 3,98 jours versus 4,07 jours. Le suivi de la jeune mère et de son enfant par les autres professionnels de santé (gynécologue, pédiatre ou médecin traitant) est identique selon que la mère ait ou non bénéficié du service d’accompagnement. »

Cnamts, Point d’information, 22 octobre 2013

Vieillissement

Le parcours de santé des personnes âgées

Sur le portail dédié aux seniors et personnes âgées (Capgeris), l'Agence nationale d’appui à la performance des établissements de santé et médico-sociaux (Anap) présente et dresse un point d'étape à septembre 2013 de l'expérimentation Paerpa (Personnes âgées en risque de perte d'autonomie). Voir également une présentation du plan personnalisé de santé (PPS) élaboré par la Haute Autorité de Santé (HAS).

Le parcours de santé des personnes âgées. Mise en œuvre des expérimentations Paerpa et PPS

Tous les "Vu sur d'autres sites"...

Lire la suite...

Notre lettre d'information Vous inscrire
Nous contacter
Mentions légales
Commander
Plan du site
Plan d'accès
Postes à pourvoir
Liens utiles
Nouveau sur le site
Nouvelles publis


12 novembre 2013