COMMUNIQUÉ DE PRESSE


Questions d'économie
de la santé n° 258,
Mai 2021

 

Exercer en maison de santé pluriprofessionnelle a un effet positif sur les revenus des médecins généralistes

Matthieu Cassou1,2,3, Julien Mousquès2, Carine Franc 1,2

1 Centre de recherche en épidémiologie et santé des populations (CESP), Inserm U1018, Université Paris-Saclay, Université Paris-Sud, UVSQ, Villejuif, France.
2 Institut de recherche et documentation en économie de la santé (Irdes), Paris, France.
3 Direction de la recherche, des études, de l'évaluation et des statistiques (Drees), Paris, France.


Télécharger
 

Entre 2008 et 2020, 1 300 Maisons de santé pluriprofessionnelles (MSP) ont été créées en France ; elles sont très majoritairement implantées dans les territoires médicalement défavorisés. Le profil des médecins généralistes y exerçant est aussi particulier. Ainsi, ceux qui ont rejoint une MSP entre 2008 et 2014 étaient un peu plus jeunes en moyenne que leurs homologues et exerçaient plus fréquemment une activité salariée en sus de leur activité libérale.
Au cours de la période 2008-2014, les revenus des médecins généralistes ayant choisi d'exercer dans une MSP progressent plus rapidement que ceux de leurs confrères. Cela s'explique notamment par une augmentation plus rapide de la taille de leur file active et donc des rémunérations forfaitaires qui y sont associées. Pour autant, l'évolution du nombre de leurs consultations et visites n'apparaît pas significativement différente. La capacité des médecins en MSP à accroître leur patientèle sans augmenter le nombre d'actes dispensés peut s'interpréter comme un effet direct de la coordination entre professionnels de la MSP. Compte tenu de l'implantation géographique des MSP, plutôt en zone faiblement dotée en médecins généralistes, cette hausse de la taille de la patientèle peut également s'interpréter comme une amélioration de l'accès aux soins.
Par ailleurs, cette croissance plus rapide de la patientèle pour les médecins exerçant en MSP ne semble pas avoir été réalisée au détriment de la qualité évaluée au sens de la Rémunération sur objectifs de santé publique (Rosp).

Cette étude est co-éditée par la Drees et l'Irdes
 
Nous restons à votre disposition pour tout renseignement complémentaire.
Nous suivre :
twitter linkedin facebook rss

Pour le service de presse

11 mai 2021
Anne Evans
evans@irdes.fr
01 53 93 43 02
Suzanne Chriqui
chriqui@irdes.fr
01 53 93 43 06