QUI SOMMES-NOUS ?

PUBLICATIONS

ENQUÊTES

SÉMINAIRES ET COLLOQUES

PARTENARIATS / PROJETS

SERVICES

DOCUMENTS DE TRAVAIL 2011


N'ayant pas suivi les procédures de relecture et de validation en vigueur dans l'institution, ces documents de travail ne reflètent que l'opinion de leurs auteurs et ne sauraient engager l'Irdes.
Ils sont finalisés pour soumission et publication dans des revues à comité de lecture.
Ils s’adressent principalement à la communauté scientifique et académique.







DT n° 42

Durée d’arrêt de travail, salaire et Assurance maladie : application microéconomique à partir de la base Hygie
Ben Halima M.A., Debrand T. (Irdes)
Document de travail n° 42. 2011/09

L’objectif de cet article est de mettre en évidence la relation entre la durée d’arrêt de travail, les salaires et l’Assurance maladie. Nous présentons une réécriture du modèle développé par Allen (1981), en tenant compte des spécificités du modèle français.
Les propriétés d’équilibre du modèle montrent qu’il existe une indétermination de l’effet du salaire sur la durée de l’arrêt de travail et que les règles de l’Assurance maladie modifient aussi la durée d’arrêt de travail. Cette propriété est soumise à estimation économétrique en utilisant la base de données Hygie, construite à partir de la fusion de différents fichiers administratifs de salariés du secteur privé en France en 2005, qui permet de prendre en considération : les relations " employeurs/employés ", l’impact des caractéristiques des entreprises sur la santé de leurs employés mais aussi les interactions entre la santé et le travail.
Nous estimons un modèle à hasard proportionnel à temps discret en tenant compte de l’hétérogénéité inobservée sur l’échantillon des hommes et des femmes. Afin de lever l’indétermination du salaire sur la durée d’arrêt de travail, quatre niveaux sont mobilisés : le niveau actuel du salaire, le taux d’évolution depuis le début de la carrière salariale (rendement de l’éducation), la progression sur les deux dernières années (récompense monétaire) et le salaire d’efficience. Les résultats des estimations montrent que le salaire actuel a un effet négatif sur la durée d’arrêt de travail. En revanche, une forte progression salariale de long terme tend à réduire la durée d’arrêt de travail pour les hommes et à la rallonger pour les femmes. De plus, les différentes modalités de l’Assurance maladie semblent modifier les comportements des salariés concernant les arrêts de travail.


Duration of sick leaves, income and health insurance : A microeconometric application from database Hygie
The aim of this article is to establish the relationship between the duration of sick leaves, income and health insurance. The analysis is based on a modified version of the model developed by Allen (1981), taking into account the specificity of the French model.
The model’s equilibrium properties indicate an indeterminate effect of wages on the duration of sick leaves, and that National Health Insurance rules equally modify their duration.
This property was subject to an econometric estimation using the Hygie database, constructed from the merger of different administrative files concerning private sector employees in France in 2005. It allows the employer/employee relationship to be taken into consideration, together with the impact of company characteristics on the health of their employees and the interactions between work and health.
Estimations are carried out using a discrete time proportional hazard model allowing for unobserved heterogeneity in the male and female samples. In order to remove the indeterminate wage effect on the duration of duration of sick leaves, four levels are taken into account: the current wage level, wage progression since the beginning of the career (return on education), wage increases over the last two years (monetary recompense) and the efficiency wage. Estimation results show that current wage has a negative effect on the duration of sick leaves. On the contrary, high wage increases over the long-term tends to reduce the duration of sick leaves among men and to increase them among women. Moreover, the different Health Insurance modalities appear to modify employee behaviours concerning work absences.

DT n° 41

L’influence des conditions de travail sur les dépenses de santé
Debrand T. (Irdes)
Document de travail n° 41. 2011/03

L’objectif de cette étude est d’estimer l’impact de certaines conditions de travail sur des indicateurs de dépenses de santé et de mesurer l’effet agrégé sur les dépenses de santé de la collectivité. Notre analyse empirique repose sur un échantillon de salariés âgés de 18 à 65 ; ces données sont issues de l’enquête Santé 2002-2003. Nous utilisons trois indicateurs des dépenses de santé : le nombre de recours aux médecins généraliste ou spécialiste au cours des douze derniers mois, la prise d’arrêts de travail sur une période de deux mois consécutifs, le recours à l’hôpital au cours des douze derniers mois. Nous estimons nos effets à l’aide de deux méthodes différentes : une méthode « naïve » et une méthode par appariement.
Nos résultats confirment que les conditions de travail semblent bien être à l’origine d’un accroissement des dépenses de santé. Les trois formes de pénibilités retenues (pénibilité physique actuelle, pénibilité physique passée et risques psychosociaux) induisent des modifications dans la consommation ambulatoire, dans la prise d’arrêts de travail et dans les hospitalisations. De plus, nous mettons aussi en évidence un effet supplémentaire du cumul des risques professionnels sur les dépenses de santé. Ainsi selon la méthode d’estimation retenue, les individus soumis au cumul des trois risques étudiés ont entre 22,4 % et 25,1% de consultations en plus relativement aux salariés sans exposition, entre 46,3 % et 56,1% d’arrêts de travail en plus et entre 27,2 % et 35,9 % d’hospitalisation en plus.


The Impact of Difficult Working Conditions on Health Expenditures
The aim of this study is to estimate the impact of certain difficult working conditions on health expenditure indicators and to measure the aggregated effect on public health expenditures. The empirical analysis is based on a sample of employees aged from 18 to 65 using data from the 2002-2003 French Health survey. Three health expenditure indicators are retained: the number of GP or specialist consultations over the last twelve months, prescribed sick leave over two consecutive months and hospitalisations over the last twelve months. Impacts are estimated using two different methods: the intuitive estimation method and the matching method. Results clearly confirm that difficult working conditions have a direct impact on increased health expenditures.
The three attributes describing difficult working conditions (current physical risk, past physical risk and psychosocial risk) cause modifications in ambulatory care consumption, sick leave and hospitalisations. Results also reveal an additional impact on health expenditure induced by the cumulative exposure to occupational risks. According to the estimation methods retained, individuals subject to exposure to the three occupational risks studied record 22.4% to 25.1% more GP or specialist consultations than employees without exposure to risk, 46.3% to 56.1% more sick leave and 27.2% to 35.9% more hospitalisations.

DT n° 40

Social Capital and Health of Older Europeans
Sirven N., Debrand T. (Irdes)
Document de travail n° 40. 2011/02

This research uses a time-based approach of the causal relationship (Granger-like) between health and social capital for older people in Europe. We use panel data from waves 1 and 2 of SHARE (the Survey of Health, Ageing, and Retirement in Europe) for the analysis. Additional wave 3 data on retrospective life histories (SHARELIFE) are used to model the initial conditions in the model. For each of the first 2 waves, a dummy variable for involvement in social activities (voluntary associations, church, social clubs, etc.) is used as a proxy for social capital as involvement in Putnamesque associations; and seven health dichotomous variables are retained, covering a wide range of physical and mental health measures. A bivariate recursive Probit model is used to simultaneously investigate (i) the influence of baseline social capital on current health - controlling for baseline health and other current covariates, and (ii) the impact of baseline health on current participation in social activities - controlling for baseline social capital and other current covariates. As expected, we account for a reversed causal effect: individual social capital has a causal beneficial impact on health and vice versa. However, the effect of health on social capital appears to be significantly higher than the social capital effect on health. These results indicate that the sub-population reaching 50 years old in good health has a higher propensity to take part in social activities and to benefit from it (social support, etc.). Conversely, the other part of the population in poor health at 50, may see its health worsening faster because of the missing beneficial effect of social capital. Social capital may therefore be a potential vector of health inequalities.


Capital social et santé des Européens âgés
L’objet de cette étude est d’analyser les relations de causalité entre participation sociale (capital social) et santé des personnes âgées en Europe. Nous utilisons les trois vagues de l’enquête SHARE (Enquête sur la santé, le vieillissement et la retraite en Europe) auprès des individus de 50 ans et plus dans onze pays. Pour chacune des deux premières vagues (2004 et 2006), une variable dichotomique renseigne sur la participation à des activités sociales (associations, clubs, partis politiques, etc.) et sept variables dichotomiques renseignent sur l’état de santé physique et mental des répondants. Un modèle Probit bivarié et récursif est utilisé pour estimer l’influence de la participation sociale en 2004 sur la santé en 2006 et réciproquement, de la santé en 2004 sur la participation sociale en 2006. En plus des variables de contrôle usuelles, les données rétrospectives de la troisième vague d’enquête sur les histoires de vie (SHARELIFE) permettent de prendre en compte les conditions initiales de l’échantillon. Les résultats suggèrent un effet causal réciproque : la participation sociale favorise une meilleure santé et vice-versa. Néanmoins, l’effet de la santé sur la participation sociale apparaît plus important que l’effet inverse. Par conséquent, les individus âgés en bonne santé ont d’autant plus de chances de préserver leur santé à travers l’effet bénéfique du capital social. De même, ceux en moins bonne santé ont moins de chances de participer à des activités sociales et ne bénéficiant pas de leur effet bénéfique, ont à leur tour une probabilité plus forte de voir leur état de santé se dégrader plus vite. En somme, malgré ses effets individuels bénéfiques, le capital social est un vecteur potentiel d’accroissement des inégalités de santé parmi les personnes âgées.

Paru dans : Social Science & Medicine, vol 75, n° 7, 2012/10, 1288-1295. Social capital and health of older Europeans: causal pathways and health inequalities.

DT n° 39

Arrêts maladie : comprendre les disparités départementales
Ben Halima M.A., Debrand T., Regaert C. (Irdes)
Document de travail n° 39. 2011/02

L’objectif de cet article est de comprendre les disparités interdépartementales en termes d’arrêts maladie. Nous utilisons la base de données Hygie, construite à partir de la fusion de différents fichiers administratifs de salariés du secteur privé en France en 2005, qui permet de prendre en considération : les relations « employeurs/employés », l’impact des caractéristiques des entreprises sur la santé de leurs employés mais aussi les interactions entre la santé et le travail. Après avoir rappelé les différents déterminants, entre effet de composition et effet de contexte, des arrêts maladie et leur importance pour comprendre les différences géographiques, nous menons une analyse empirique en trois temps : une analyse descriptive pour mettre en évidence les différences interdépartementales, une analyse multivariée pour mettre en avant les facteurs explicatifs de la probabilité d’être en arrêt maladie et enfin une analyse des déterminants des différences entre les départements.
Nos différentes modélisations explicitent une grande partie des disparités interdépartementales. Les effets de composition et les effets de contexte constituent approximativement la moitié de l’écart absolu et les deux tiers de l’erreur quadratique moyenne. Ce sont les variables décrivant l’offre médicale (densité d’omnipraticiens), les contrôles de l’Assurance maladie et l’âge d’entrée sur le marché du travail qui permettent le plus d’expliquer les disparités interdépartementales en matière d’arrêts maladie.
Contrairement à d’autres variables de composition ou de contexte qui ont soit une inertie d’évolution temporelle certaine (par exemple : le taux de natalité, le secteur industriel,…), soit des variables pour lesquelles la politique publique de santé a peu d’effets (par exemple : politique de rémunération des entreprises, taux de chômage), le pourcentage d’arrêts de travail contrôlés et la densité d’omnipraticiens sont déjà des leviers importants des politiques de santé. Notre recherche montre qu’ils pourraient être utilisés comme des instruments d’une politique publique visant à la réduction des disparités géographiques.


Sick Leaves: Understanding Disparities between Departments
The purpose of this publication is to better understand disparities of proportions of sick leaves granted in French Departments. The Hygie database was used for this, built by merging a number of administrative files of employees in the private sector in France in 2005. This database enables the determination of "employers/ employees" relations, the impact of the characteristics of firms on the health of their employees and interactions between health and work.
After briefly reviewing the various determinants, between the effect of composition and effect of context, sick leaves and their importance for understanding geographic differences, we present a three-phase empirical analysis: a descriptive analysis to detect differences between Departments, a multivariate analysis to highlight explanatory factors of probability of being on sick leave and finally an analysis of determinants of differences between Departments.
Our different models explain a large part of the disparities between Departments. The effects of composition and effects of context account for about half of the absolute difference and two-thirds of the mean square error. These are the variables describing the medical supply (density of general practitioners), verifications by National Health Insurance and patient age when the professional career started, which best explain disparities between Departments concerning sick leave. In contrast to other composition or context included in our model, the percentage of sick leaves verified and the density of general practitioners are important levers of health policies. Our research shows that they could be used as public policy instruments aimed at reducing geographic disparities.

A donné lieu à : Questions d'économie de la santé Irdes n° 177. 2012/06.
Arrêts maladie : comment expliquer les disparités départementales ? Premières exploitations de la base Hygie
Ben Halima M.A., Debrand T., Regaert C. (Irdes)

Paru dans : Revue française d’économie, vol 26, n°4, 2012/04.

DT n° 38

Disability and Social Security Reforms: The French Case
Behaghel L. (Paris School of Economics, Inra), Blanchet D. (Insee-D3E),
Debrand T. (Irdes), Roger M. (Paris School of Economics, Inra, Insee-D3E)
Document de travail n° 38. 2011/02

The French pattern of early transitions out of employment is basically explained by the low age at “normal” retirement and by the importance of transitions through unemployment insurance and early-retirement schemes before access to normal retirement. These routes have exempted French workers from massively relying on disability motives for early exits, contrarily to the situation that prevails in some other countries where normal ages are high, unemployment benefits low and early-retirement schemes almost non-existent. Yet the role of disability remains interesting to examine in the French case, at least for prospective reasons in a context of decreasing generosity of other programs.
The study of the past reforms of the pension system underlines that disability routes have often acted as a substitute to other retirement routes. Changes in the claiming of invalidity benefits seem to match changes in pension schemes or controls more than changes in such health indicators as the mortality rates. However, our results suggest that increases in average health levels over the past two decades have come along with increased disparities. In that context, less generous pensions may induce an increase in the claiming of invalidity benefits partly because of substitution effects, but also because the share of people with poor health increases.


Incapacité et réformes du système de retraite : le modèle français
En France, les sorties précoces de l’emploi sont expliquées principalement par un âge légal de départ à la retraite peu élevé et par l’existence de dispositifs de sorties liés à l’assurance chômage ou à des mesures de préretraites qui permettent aux travailleurs seniors de cesser leur activité avant d’accéder à une retraite « normale ». Pour ces raisons, les dispositifs liés à l’incapacité sont assez peu développés contrairement à la situation qui règne dans des pays où les âges normaux de départs à la retraite sont élevés et où les systèmes de sorties liés au chômage ou à la préretraite sont quasiment inexistants. Pourtant il demeure intéressant d’examiner le rôle de l’incapacité dans le processus de départ à la retraite en France, au moins d’un point de vue prospectif dans un contexte de réduction de la générosité du système de pension et des dispositifs de sortie alternatifs traditionnels.
L’étude des réformes passées montre que l’incapacité est souvent un dispositif qui se substitue à d’autres dispositifs existants. Les changements dans la détermination des indemnités d’invalidité semblent plus impacter les sorties d’activités via ce dispositif que les modifications des indicateurs de santé tels que les taux de mortalité. Cependant, nos résultats suggèrent que les augmentations des niveaux moyens d’état de santé pendant les dernières deux décennies sont corrélées avec une augmentation des inégalités de santé. Dans un contexte où les pensions vont devenir de moins en moins généreuses, les demandes concernant le mécanisme d’invalidité peuvent, donc augmenter pour deux raisons : suite à l’existence des effets de substitution entre les dispositifs mais également pour répondre à des inégalités de santé grandissantes.

Paru dans : NBER Working Paper n° 17055. Cambridge : NBER, 2011/05, 33 p.

Paru dans : Working paper (PSE) n° 2011 – 02. Paris : PSE, 2011/01, 32 p. Disability and Social Security Reforms: The French Case.
Behaghel L., Blanchet D., Debrand T., Roger M.
Sur le site Archives-ouvertes

Lettre d'information
Vous inscrire
Nous contacter
Mentions légales
Commander
Plan du site
Plan d'accès
Postes à pourvoir
Liens utiles
Nouveau sur le site
Nouvelles publis


26 novembre 2012