« MARDIS DE L'IRDES » À VENIR

Les séminaires « Mardis de l'Irdes » présentent des travaux de recherche finalisés ou en cours.

Ils répondent à deux objectifs :

- présenter et discuter les travaux effectués par les chercheurs de l'Irdes,

- valoriser et échanger sur les travaux réalisés par des équipes de recherche extérieures à l'Irdes.

Les « Mardis de l'Irdes » se déroulent deux fois par mois, le mardi à 11h00 à l'Irdes et sont ouverts aux personnes extérieures (chercheurs, administrations, professionnels de santé, etc.). La durée d'un séminaire est au maximum d'une heure et demi, soit jusqu'à 45 minutes d'exposé et 45 minutes de discussion.

Pour participer aux séminaires veuillez cliquer sur l'onglet « Inscription ». Vous recevrez un message de confirmation de votre inscription.

L'équipe organisatrice des « Mardis de l'Irdes » est composée d'Estelle Augé, Marie Bonal et Antoine Marsaudon.

Origine géographique des étudiants en médecine : un levier pour attirer des médecins en zones rurales ?

Mardi 12 mars 2024

11h00

Présentation : Dumontet M. (Université. Nanterre, EconomiX) et Chevillard G. (Irdes)
Discussion : Dormont B. (Université Paris-Dauphine)

Contexte : En France, comme dans de nombreux pays, les médecins sont mal répartis sur le territoire. Des mesures ont été déployées pour attirer et maintenir les médecins dans les zones déficitaires via des incitations financières ou l'amélioration des conditions d'exercice. En revanche, très peu de réponses concernent la formation des médecins. Notre objectif ici est de documenter les déterminants des préférences des étudiants en médecine en matière de lieu d'exercice avant de choisir leur spécialité et leur lieu de formation de 3e cycle. Nous supposons que des facteurs personnels influenceront ces choix et que certains d'entre eux peuvent être traités par les autorités publiques pour reconsidérer la formation médicale.

Matériel : Nous avons envoyé une enquête à 83,7 % des étudiants en médecine de 6e année qui ont passé les Epreuves classantes nationales (ECN) en 2022. 3 525 réponses ont été reçues, soit un taux de réponse de 43 % sur les 8 039 étudiants contactés.

Méthodes : Notre variable de résultat est une variable catégorielle non ordonnée indiquant le type de lieu d'exercice souhaité des étudiants en médecine affectés à une spécialité (zones rurales et suburbaines, grandes villes, autres villes et "Je ne sais pas") et ceux affectés à la médecine générale (zones urbaines, suburbaines ou rurales ou "Je ne sais pas"). En utilisant un modèle logit multinomial, nous estimons la probabilité d'indiquer un choix de lieu d'exercice préféré 1 pour 8 groupes de zones de pratique préférées. Notre principale variable d'intérêt est l'origine géographique.

Résultats : Les étudiants en médecine affectés à une spécialité médicale sont significativement moins susceptibles d'être originaires d'une région rurale par rapport à ceux affectés à la médecine générale. En revanche, une proportion plus élevée de ceux affectés à une autre spécialité médicale ont passé leur enfance dans de grandes villes. En ce qui concerne les variables comportementales et les traits de personnalité, nous constatons que les étudiants en médecine affectés à la médecine générale sont significativement plus averses au risque que ceux affectés à une autre spécialité médicale. Les résultats économétriques montrent que les origines géographiques jouent un rôle significatif dans le type de lieu d'exercice souhaité. Par exemple, comparativement aux étudiants qui ont vécu dans de grandes villes, les étudiants qui ont vécu dans des zones rurales ont une probabilité de 13 points plus élevée d'indiquer le désir de pratiquer dans une zone rurale lorsqu'ils sont affectés à la médecine générale et une probabilité de 7,2 points plus élevée d'indiquer une zone rurale ou périurbaine lorsqu'ils sont affectés à une spécialité.

Conclusion : Nos résultats suggèrent que le recrutement d'étudiants ayant divers profils géographiques et sociaux peut conduire à une répartition géographique plus harmonieuse. Il semble donc intéressant de remettre en question la manière dont les étudiants sont sélectionnés afin de diversifier leurs profils géographiques et sociaux.


La prescription potentiellement inappropriée de benzodiazépines chez les seniors : l'impact des Ehpad

Jeudi 28 mars 2024

11h00

Présentation : Penneau A. (Irdes)
Discussion : Perdrix E. (Université Paris-Dauphine)

Contexte : La prescription prolongée de benzodiazépines est liée à des effets indésirables bien documentés, tels que la toxicomanie, des troubles de la mémoire, ou encore des chutes, notamment chez les personnes âgées. Dans les Etablissements d'hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad), les médicaments sont généralement prescrits par des médecins libéraux, en cabinet ou à l'hôpital. Pourtant, la qualité de la prescription médicamenteuse pourrait être influencée par divers facteurs institutionnels, tels que la composition et la formation du personnel et leur coordination avec les médecins de ville et des hôpitaux.

Objectif : Cette étude évalue l'impact du fait de séjourner en Ehpad plutôt qu'en ville sur les prescriptions de benzodiazépines chroniques ou de longues durées d'action, en comparant les prescriptions des résidents avant et après leur entrée dans ces établissements.

Méthode : Nous identifions, dans la base de données Resid-Ehpad, 5 824 Ehpad dans lesquels 444 462 nouveaux résidents ont été admis entre 2016 et 2018. L'appariement avec les données du Système national des données de santé (SNDS) de 2014 à 2019 nous permet d'étudier l'évolution des prescriptions avant et après l'entrée en Ehpad. Afin d'isoler l'impact des Ehpad sur ces prescriptions, nous contrôlons des caractéristiques individuelles (âge, sexe, nombre de maladies chroniques, historique de parcours de soins). Nous introduisons également un effet fixe du médecin prescripteur principal pour contrôler du changement de prescripteur et utilisons un instrument tirant parti des variabilités d'accessibilité géographique aux Ehpad dans les communes de résidence des personnes âgées avant leur admission.

Résultats : Nos résultats montrent un niveau de prescription chronique plus élevé après l'entrée en Ehpad, qui s'explique par le maintien de ces prescriptions initiées au moment de l'entrée dans l'établissement et qui sont très peu dé-prescrites. Nous montrons également que les établissements plus médicalisés, en particulier ceux ayant une proportion plus élevée d'infirmiers parmi le personnel soignant, ont moins de prescription de benzodiazépines que les autres établissements.

Conclusion : Ces résultats suggèrent qu'un renforcement de l'expertise médicale dans les Ehpad, associé à une réévaluation médicamenteuse à l'admission, pourrait améliorer significativement la qualité des prescriptions médicamenteuses des résidents.


Informations pratiques : séminaire en visio

Les séminaires Irdes se déroulent en visioconférence avec le logiciel Teams .

Après inscription au séminaire sur l'onglet Inscription de cette page, vous recevrez un courriel contenant un lien permettant d'assister en visio à la conférence.


INFOS PRATIQUES

 Séminaire en visio

En raison de la pandémie de COVID-19, les prochains séminaires Irdes se dérouleront en visioconférence.

La connexion se fera sur le logiciel, gratuit, Zoom .

Après inscription au séminaire sur le site de l'Irdes via le formulaire, il vous sera communiqué un lien permettant d'assister virtuellement à la conférence.

INSCRIPTION

Mme
M.

Je suis une personne à mobilité réduite, merci d'en tenir compte

Je souhaite être contacté par courriel sur l'actualité de l'irdes



: Saisie obligatoire


Un problème pour remplir le formulaire ? Contactez nous

Les données transmises sont nécessaires au traitement de votre inscription. Les renseignements recueillis nous servent à améliorer l'information diffusée dans nos publications et concernant nos manifestations (séminaires, colloques...).

Utilisation de vos données personnelles sur le site de l'Irdes.